Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

http://news80.com/

Les pluies diluviennes qui s’abattent sur les villes angoissent les populations. A chaque fois, c’est le même scénario qui se répète avec des systèmes d’évacuation bouchés, des avaloirs mal nettoyés et bien sûr des routes coupées.

Ces derniers jours, les précipitations ont été abondantes et comme à l’accoutumée la situation laisse à désirer au niveau du réseau de voierie. Il faut dire que rien ne présage de l’amélioration de cette situation qui dure depuis des années.


Les pouvoirs publics, qui ont certes établi tout un plan pour assainir les voiries des grandes agglomérations, buttent encore sur les mêmes problèmes. On voit régulièrement les eaux déborder sur les trottoirs et routes, les avaloirs étant bouchés, ce qui cause des inondations qui paralysent la circulation routière dans les grandes artères de la capitale et des autres villes.

Pourtant, le système de curage de ces avaloirs devait, en principe, être achevé durant les mois d’août et septembre, anticipant ainsi sur la saison des pluies et orages à venir.
Jusque-là, le raccordement aux réseaux d’assainissement public suit une bonne trajectoire avec 89 % de raccordement en 2014 selon un bilan fourni par le ministère des ressources en eau.

Sauf que ce réseau n’a pas été correctement renouvelé malgré l’existence actuellement de 270 stations d’épurations qui résistent contre les pertes d’eau en mer. Il est indiqué que les fosses septiques individuelles persistent toujours dans certains endroits altérant ainsi le système d’évacuation et pouvant, avec l’accumulation des eaux, causer des dommages aux routes et habitations.


Les responsables d’entretien des communes peinent à curer les avaloirs qui nécessitent un surplus de capacités d’intervention. Des spécialistes avertissent du danger que peut représenter la remontée des eaux de pluie surtout dans les anciennes villes mal protégées.

Et c’est durant cette période que les différents plans Orsec doivent être déclenchées dans le but de prévenir d’éventuelles catastrophes. Dans la capitale, à titre d’exemple, le plan doit fonctionner dans les localités où les eaux usées mélangées à celles des pluie peuvent présenter des risques.


L’élimination des fosses septiques est la priorité selon d’autres spécialistes qui mettent en avent « l’extension du linéaire d’assainissement dans les villes construites avec un relief de pentes et de montées ». Des villes à l’exemple de Ghardaïa ou de Ouargla sont construites à l’intérieur de vallées, ce qui nécessite d’autres moyens d’intervention.


Il est recommandé, par ailleurs, de mettre le paquet sur les nouveaux systèmes de collecte d’eau qui ont montré leur efficacité dans tous les pays du monde. Le plan quinquennal 2014-2019 le prévoit d’ailleurs avec une extension d’assainissement de 250 km par an et 1.000 km de collecteurs. D’ici là, il y a un espoir de voir résoudre ces problèmes pour peu que les ressources humaines soient déployées efficacement.


Par : FAYÇAL ABDELGHANI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article