Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web

El Watan

En effet, une catastrophe naturelle et économique progresse en rampant. Depuis un certain temps, des spécialistes avaient relevé l’apparition d’une bactérie appelée Xylella Fastidiosa, qui décime les oliveraies dès qu’elle s’installe.

Par conséquent, des milliers d’hectares avaient été massacrés par l’attaque de cette bactérie. Selon les spécialistes, l’épidémie menace les pays voisins de l’Italie. Ce phénomène avait eu lieu au sud de l’Italie, dans l’une des régions qui représente la plus grande oliveraie du monde, avec ses 60 millions d’oliviers.

La bactérie Xylella Fastidiosa s’attaque aux bouts des branches de l’arbre qui sèchent après. Selon les spécialistes, ce fléau est transporté d’arbre en arbre par l’intermédiaire des insectes voraces à une vitesse excessive.

Toujours selon les spécialistes, le risque de propagation dans tout le bassin méditerranéen est vraiment réel. Juste au début de son apparition, la mise en quarantaine des oliveraies est impérative. En Algérie, on évoque la mouche de l’olivier pour identifier l’insecte ravageur des oliveraies. La mouche agit sur les branches, les fruits et les feuilles de l’olivier jusqu’à sa destruction.

Beaucoup de wilayas du pays avaient enregistré la présence de la mouche de l’olivier dans leurs territoires respectifs. Daccus Oliéa est le nom scientifique de la mouche de l’olivier qui se trouvait dans les petits rameaux d’oliviers importés d’Espagne. L’INPV avait produit des pièges pour isoler ces mouches de l’olivier, tout en évaluant le seuil de nuisibilité afin de recommander les protocoles de traitement aux agriculteurs pour lutter efficacement contre ces insectes.

L’absence d’un contrôle strict aux frontières par les services vétérinaires, d’une part, et d’autre part le manque de contrôle de la qualité des plants lors de l’achat à l’étranger avaient facilité l’introduction de ces parasites dans les champs de cultures en Algérie.

La wilaya de Tipasa, selon les propos de son directeur des services agricoles, n’a pas connu cette catastrophe à ce jour, contrairement à ce qui s’est passé dans certaines wilayas du pays. Les parasites de divers types sont malheureusement «importés» et se propagent dans les cultures. Nous pouvons citer quelques cas qui avaient ravagé les superficies agricoles, tels que la Tutta Absoluta, cette mineuse des tomates qui s’est installée dans tout le pays en une année seulement.

Il y a aussi cet insecte ravageur, le Thrips, qui s’attaque aux cultures maraîchères, mais il est cité dans le cas des désastres dans les champs de fraises. Des colonies d’abeilles sont décimées par un autre insecte importé, qui s’appelle le Varroa. La wilaya de Tipasa avait importé d’Espagne les rameaux d’oliviers en 2013.

Cette variété s’appelle Manzanilla. La production totale d’olives à Tipasa durant la saison 2013/2014 avait atteint 27 000 quintaux, dont 22 000 quintaux d’olives d’huile. La DSA de Tipasa prévoit une production d’olives de 29 000 quintaux pour l’année 2015. «Notre oliveraie est saine, nous n’avons pas importé les plants d’Italie», indique la direction des services agricoles de Tipasa ; «pour l’année 2015, nous avons planté la variété Chemlal, une production locale de plants d’oliviers sur une superficie de 170 ha qui s’étend au niveau des 4 daïras de l’ouest de notre wilaya, à partir de Sidi Amar», enchaîne-t-elle. «Notre wilaya compte 5770 ha d’oliveraies, mais je dois vous préciser que la maladie de la mouche de l’olivier est détectée à partir de 4 ans, quand l’arbre commence à grandir», conclut-elle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chibane.H./ Phytopathologiste 17/11/2015 20:16

Xelella fastidiosa , Bactérie de quarantaine effectivement, transmise par un insecte de quarantaine également ( des cicadelles), des organismes listés sur la liste A2 de l'OEPP,cette bactérie que l'on trouve dans le xylème, d'où son nom de Xelella, se nourrit de la sève de la plante, attaque l'Olivier, le Pêcher, la Vigne les Citrus, les Orangers et d'autres plantes . Le laurier rose et d'autres plantes sont des réservoirs d'œufs de ces insectes. Il n'y a pas de lutte. Les parcelles contaminées doivent êtres isolées. Faut arracher les plantes et les incinérer, d'où le danger de la maladie de quarantaine. Selon la règlementation nationale et selon la Convention Internationale de la Protection des Végétaux (CIPV), les pays qui ont adhérés à cette Convention sont amenés à respecter les modalités et procédures des importations et exportations des végétaux, cad que les inspecteurs phytosanitaires de la wilaya ainsi que ceux qui sont affectés aux postes des contrôles aux ports et aux frontières sont assermentés pour faire des surveillances, des contrôles et déclarer la présence de l'organisme nuisible sur les végétaux s'il existe. Les pays adhérant à la CIPV sont amenés à déclarer à l'OEPP l'organisme nuisible s'il est présent sur une zone donnée comme ils sont souverains à interdire l'importation des végétaux des pays où l'organisme nuisible existe. Cette bactérie a été découverte y'a plus d'un siècle dans d'autres pays, mais l'intensité des importations et le manque de vigilance a fait que probablement cette bactérie et cette cicadelle existent en Algérie. Aux inspecteurs phytosanitaires et à l'INPV de confirmer le diagnostic par des méthodes scientifiques.

Tedjani 19/11/2015 12:11

Merci beaucoup pour cet avis d'expert qui donne une vision du problème plus objective que cet article d'El Watan. Je vous invite à publier un article sur le sujet dans Nouara...Si cela vous tente, prenez contact avec moi...

serrurier 25/03/2015 22:56

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

Tedjani 20/11/2015 22:08

Considérez ce blog comme une tribune libre...Bien à vous...

Chibane H./Pytopathologiste 20/11/2015 15:07

Merci pour votre invitation. L'environnement m'intéresse beaucoup, aussi écrire un article sur cette bactérie (Xylella fastidiosa) dans la revue Nouara me fera un grand plaisir. En qualité de phytopathologiste, la protection des végétaux est mon domaine et donc informer le public et /ou les agriculteurs de cette maladie notamment est mon devoir. Je vous contacterai.