Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

"L'environnement", un sujet qui fâche de plus en plus  en Algérie...

Qui a dit que la population algérienne ne se sentait pas vraiment concernée par la question environnementale?Sûremment celles et ceux qui ne vivent pas le quotidien de tant de quidams algériens. Il suffit pourtant, pour s'en rendre compte, de lire les nombreux articles de presse relatant les manifestations d'ordre écologiques qui se font de plus en plus récurentes à travers l'ensemble du territoire. L'écologie, au sens respect d'un milieu local, régional ou national, devient un sujet de réclamation populaire.

C'est peut-être parce que, pour un nombre grandissant d'Algériens et Algériennes, la pollution de leur environnement, la dégradation des paysages et de la nature qu'ils habitent, ont atteint des proportions le plus souvent alarmantes, tant pour leur santé qu'à l'égard de la biodiversité de l'écosystème Algérie. Un intérêt commun que plus personne ne peut ignorer à présent, au risque de voir un jour son cadre de vie intime menacé, systémie oblige.

Une prise de conscience salutaire, d'autant qu'elle n'a pas encore été polarisée, c'est à dire absorbée par un parti politique et qu'elle n'est inspirée que par des motivations endémiques. Il semblerait que la société algérienne ai enfin assimilé le fait que l'environnement ne peut se limiter au pas de la porte de chacun.

Certes, aucun mouvement national, vraiment légitime et durable, n'a encore réussi à se créer parmi la société civile algérienne. On assiste surtout à des phénomènes locaux de pressions citoyennes vis-à-vis de l'Etat à ce sujett. Mais on pourrait comparer tout cela à la poussée, lente,et sûre, des racines d'un arbre sur le point d'émerger de la terre.

L'écologie devient presque un mot à la mode, et il est donc d'autant plus important d'en définir l'expression, dans notre jeune pays qui, rappellons-le, dispose déjà de toute une matrice culturelle ancestrale de prescriptions au respect de la nature et du bien-vivre ensemble.

Beaucoup s'empresseront de parler d'écologistes en Algérie, sans savoir que c'est un terme politique et non une identité sociale. Il ne faudrait pas confondre écologisme et l'écologie, celle qui est science pour les savants, empathie pour les habitants d'un territoire, autant que pour ceux qui en sont originaires.

L'écologie algérienne, je l'espère souvent comme celle du respect du milieu, de la quête d'un équilibre, plus que celle de la protection aveugle de l'environnement, d'ailleurs; car c'est une notion beaucoup trop antropocentrée, presque égologique.

Cette tendance, parmi les Algériens ne doit pas, à mon humble avis, être récupérée par le politique, mais surtout se dévelloper dans le coeur et l'esprit de toute une société. Elle n'en aura que plus de chance de se propager en Algérie, dans son unité, fuyant les clivages stériles. Nous n'avons pas besoin d'écologistes, dis-ai-je, mais juste de citoyen responsables et d'écologues performants et sincères; de même d'une appliquation à la lettre des lois environnementales en vigueur dans notre pays.

Photo: Karim Tedjani(tous droits réservés-2015)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article