Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web

 

Mardi 9 juin 2015

M. Samir Grimes, responsable au ministère des Ressources en eau et de l’environnement, a indiqué lundi à Alger que les conséquences du réchauffement climatique sont de plus en plus visibles et "alarmantes" sur l’Algérie, et qu’elles sont observées sur la pluviométrie, la dégradation des sols et l’érosion côtière.

"L’Algérie se trouve dans une région très vulnérable aux effets des changements climatiques. Ces risques émergents sont devenus aujourd’hui une réalité vécue", a averti M. Grimes lors de la 2e conférence internationale sur l’énergie et l’environnement.

Plus de 13 millions d’hectares (ha) sont touchés par l’érosion, dont 4 millions de manière "grave", a noté le responsable ajoutant que l’Algérie perd annuellement près de 400.000 ha à cause de ce phénomène.

Les régions les plus affectées sont Sidi Bel Abbès, Mascara, Mostaganem et Chlef, précise M. Grimes rappelant l’impact néfaste de l’érosion sur l’agriculture et les volumes d’eau mobilisables. En outre, l’Algérie subit depuis les années 70 une sécheresse récurrente avec une baisse de précipitations d’environ 10% durant les 20 dernières années, entraînant ainsi un dérèglement du calendrier agricole et une baisse des rendements des céréales allant jusqu’à 50%.

Les experts prévoient l’accentuation de cette baisse à l’horizon 2040 avec une diminution attendue de 10 à 20% par rapport au niveau enregistré en 2011, a-t-il ajouté. Par ailleurs, le réchauffement climatique entraîne des événements climatiques extrêmes en Algérie, explique encore M. Grimes citant à titre d’exemple les inondations qui ont fortement touché certaines régions du pays à 10 reprises depuis 1971.

Evoquant les dangers sanitaires liés au réchauffement climatique, le responsable a mis l’accent particulièrement sur le risque de déplacement des pathologies subsahariennes vers le Nord tel que le paludisme et de développement de maladies à transmission hydrique (typhoïde, hépatites virales, etc.).

Le phénomène des eaux colorées sur la côte algérienne, de plus en plus récurrent ces dernières années, est aussi lié directement aux changements climatiques, d’après M. Grimes. Ce phénomène est dû à la prolifération de certaines espèces marines, parfois toxiques, venues de l’océan indien et qui vivent dans des conditions climatiques très différentes de celles de la Méditerranée.

L’érosion côtière est également fortement constatée en Algérie, selon le responsable qui avertit des risques d’inondation menaçant les régions de Sidi Fredj et Zéralda à l’ouest d’Alger. Globalement, les dommages causés par les changements climatiques en Algérie représentaient en 2009 entre 1,3 et 4,3% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, selon lui.

Les renouvelables comme "alternative stratégique"

Cette situation a poussé l’Algérie à établir une stratégie de lutte contre les changements climatiques dont la mise en £uvre est prévue à partir de fin 2015. Cette stratégie comprend des mesures concernant, entre autres, le développement des énergies renouvelables, la promotion de l’efficacité énergétique et des technologies propres, la rationalisation de la gestion des ressources en eau, la modification des pratiques culturales et l’introduction des normes d’émission au transport, selon les explications du même responsable.

Egalement présent à la conférence, le secrétaire général du ministère des Ressources en eau et de l’environnement, El Hadj Belkateb, a mis en exergue l’importance de rationaliser la consommation énergétique et de valoriser les déchets qui peuvent offrir une opportunité pour la création de richesse, la création d’emplois durables et le développement d’un secteur d’économie verte.

"Le développement des énergies renouvelables constitue une alternative stratégique aussi bien pour réduire notre vulnérabilité que pour diversifier nos ressources d’énergie d’une part et pour préserver notre environnement d’une autre part", a-t-il encore noté.

"La chute continue de prix de pétrole augmente la vulnérabilité de notre pays qui dépend encore pour son développement aux hydrocarbures. Les signaux pour l’avenir proche ne sont pas optimistes. Il ne faudrait, non plus, pas attendre un redressement éco-technique. C’est plutôt le chantier de diversification de notre économie qu’il faut accélérer", a-t-il souligné.

L’expert suisse en physique climatique et environnementale, Thomas Stocker, a évoqué, de son côté, la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui va tenir son prochain sommet fin 2015 à Paris, estimant que les pays du monde sont appelés à assumer leur responsabilité de façon commune mais en tenant compte également de leurs contributions historiques à la dégradation de l’environnement.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article