Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web

http://www.impact24.info/

 

Ténès, luttent contre un projet qu’ils jugent destructeur. Un centre d’enfouissement technique (CET) a été programmé par la wilaya sur des terres arables. En réalité, ils ne s’opposent pas au projet en tant que tel, mais demandent simplement aux autorités de le délocaliser vers un autre site. Car, sur ces lieux, ce CET causera des dégâts irréversibles sur l’environnement et les nappes phréatiques. Il contraindra les habitants de Rouachia à l’exode rural.

Les habitants de Ténès «ne souhaitent pas que ce projet prive leur région du développement durable». Photo: Mehdi Bsikri

Ce CET est projeté sur une assiette de 15 hectares. Une partie des terres agricoles a déjà été «décimée». Face à la protestation, la wilaya de Chlef bloque les travaux, sans donner une réponse définitive. «C’est une torture morale», décrit un militant associatif.

Le wali de Chlef persiste. Dans des déclarations à la presse, il a indiqué que le CET sera opérationnel à partir de 2016 alors que la direction de l’Environnement essaye de les rassurer, affirmant qu’«il n’y aura aucune incidence sur l’environnement». Sans succès, les agriculteurs et les habitants de Tenès, de Rouachia particulièrement, restent mobilisés et ne cèdent pas devant ces déclarations.

D’ailleurs, dans leur lutte, ils sont soutenus et accompagnés par des universitaires, du géologue au technicien. Leurs arguments sont fondés, expliquant que le meilleur site se trouve à Akacha, de l’autre côté du versant, un endroit rocheux. Par ailleurs, ce projet n’aura aucune incidence sur l’eau souterraine puisque les nappes phréatiques y sont inexistantes alors que leur nombre est important à Rouachia.

«Alors pourquoi prendre les risques de les polluer», indique le collectif citoyen de Ténès. Il faut dire que la vocation de ce village est agricole, et que certains habitants activent dans l’élevage et l’apiculture.

Un cadre pétrolier originaire de Ténès souligne que «les études d’impact sur l’environnement et sur la santé de la population n’ont pas été rendus publics. Et de ce fait, tant que nous ne les connaissons pas, nous estimons que cette étude n’a pas été réalisée».

Les habitants précisent, en outre, que Rouachia fait partie de Ténès et qu’elle n’a jamais été isolée de la ville. C’est un village agricole et une région touristique par excellence. La beauté des lieux le prouve.

Une atteinte à la mémoire

Un autre point indigne la population. Sur le site programmé pour accueillir le CET, reposent les corps de 22 Martyrs de la Guerre de libération. «Comment peut-on insulter à ce point la mémoire des chouhada?», s’interrogent-ils. Le même village figure parmi les zones qui ont lutté vaillamment contre le terrorisme, incitant les citoyens à rappeler leurs sacrifices : «Est-ce là la récompense trouvée pour avoir combattu les hordes terroristes?», diront-ils avec amertume.

Les habitants de Ténès considèrent ce projet comme étant une hogra. «La ville et la région ne méritent pas une catastrophe de ce genre», lancent-ils. Et d’ajouter qu’ils ne sont pas «contre le CET. Mais ils ne souhaitent pas que ce projet privera Ténès du développement durable».

Mehdi Bsikri

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article