Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web

 

Authentique havre de paix et de repos, autrefois, Chelghoum Laïd, notoirement connu pour ses sites féeriques verdoyants et ses espaces boisés qui ceinturaient la cité, a perdu de sa superbe et ne se reconnaît plus face à l’avancée inexorable du béton.

Les fermes et les prairies majestueuses d’antan qui ajoutaient un zeste de beauté à dame nature tout autour du village d’autrefois, que l’ère coloniale baptisa «Châteaudun du Rhumel», ne sont plus qu’un vaste conglomérat de terrains vagues et de lits d’oueds asséchés où l’on entrepose à l’envie gravats et déchets domestiques en tout genre. Bref, à ChelghoumLaïd, les jardins publics et les endroits de repos qui se comptent déjà sur les doigts d’une seule main, se ratatinent comme une peau de chagrin. Les rares lieux encore disponibles se limitent au square de l’Eglise et au petit square vert (qui n’a de vert que le nom) situé au bout de la rue Khelifi Abderrahmane. Quant à l’autre repaire de la ville, le seul square digne de ce nom (celui du centre-ville), il a été, bêtise humaine aidant, défiguré, il y a à peine quelques années, par les «apprentis-sorciers de l’APC».

Ces rares carrés de ce qui s’apparente à des espaces verts sont, en plus, mal entretenus et abandonnés à la dégradation. Quant à la bande forestière longeant la zone industrielle à l’est de l’agglomération, elle n’a que trop pâti des adeptes de Bacchus et une foultitude d’irréductibles consommateurs et de vendeurs de drogues, avant d’être clos devant ces violateurs de la nature. La préservation de l’environnement, la création de sites de détente et le lancement d’opérations de reboisement, ne semblent avoir jamais figuré parmi les priorités des exécutifs communaux qui vont et viennent au gré de leur mandat.

En l’espace de 50 ans d’indépendance, existe-t-il un seul conseil communal qui puisse s’enorgueillir d’avoir prélevé sur son budget des montants affectés à l’aménagement d’espaces verts ? Le béton et les investissements complaisants ont tout sapé. Et rien ne dit qu’ils n’ont pas encore de beaux jours devant-eux ! 

Mahmoud Boumelih
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article