Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Le long déclin des chauves-souris d’Algérie

 

Seul mammifère au monde à pouvoir voler, ce singulier petit animal vole avec ses mains pourvues de membranes, voit avec ses oreilles grâce à un sonar et dort la tête en bas. 

L’homme moderne doit deux choses essentielles à cette petite merveille volante d’à peine une demi-douzaine de grammes: l’aviation a copié sur elle ses premiers modèles d’avion, et la marine n’a fait que reprendre son principe révolutionnaire du sonar et de l’écholocalisation. Ce n’est pas tout, notre petit mammifère volant est capable de gober le tiers de son poids en moustiques en une heure de chasse. Hélas, malgré ce curriculum vitae digne d’un grand champion, la chauve-souris ne serait, dans l’imaginaire populaire, au pire, qu’un vampire, au mieux, un rat volant qui n’inspire guère de sympathie.

Arrière Satan ! Faites-en l’expérience : évoquez la chauve-souris et vous verrez sur le champ une moue de dégoût se dessiner sur la face de votre vis-à-vis. Ainsi donc, malgré le succès phénoménal de Batman, ce super héros aux super pouvoirs et aux ailes de chauve-souris — présentement l’un des plus beaux succès du box-office —, personne ne rêve vraiment de câliner ou d’adopter un chiroptère. Victime de préjugés qui ont la peau dure et d’une mythologie qui lui fait jouer de bien mauvais rôles, la timide petite chauve-souris s’est taillé une sulfureuse réputation pour un capital sympathie proche du zéro absolu. Rideau ?

Pas encore. Patience. Au hasard d’une rencontre fortuite, nous avons mis la main sur un homme qui s’est épris de passion pour ce mammifère aux mœurs nocturnes. Cet homme, c’est Mourad Ahmim, ingénieur agronome aux allures juvéniles et premier Algérien à avoir soutenu un doctorat sur ces charmantes bestioles auxquelles il consacre une partie de sa vie et la totalité de ses études et recherches.

Enseignant-chercheur à l’université de Béjaïa, il a, en quelque sorte, revêtu son costume de Batman et entend bien sauver la chauve-souris du sort funeste auquel une Algérie pressée de bétonner tout son territoire a promis à ce petit animal et à tous ses semblables, qui volent, nagent, rampent ou courent à perdre haleine sur leurs quatre membres.

La chauve-souris, Mourad en parle si bien qu’il vous inocule sa passion en un battement d’ailes et vous vous retrouvez suspendu à ses lèvres comme une chauve-souris au plafond de sa grotte. Notre professeur vient, d’ailleurs, de créer The Algerian Bat Group, un groupe de sauvegarde de la chauve-souris, reconnu depuis quelques jours par le Plan des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et Eurobats.

L’ABG regroupe des bénévoles et des passionnés qui se donnent pour but de sauvegarder les espèces algériennes. Sur sa lancée, Mourad compte bien organiser la Première Nuit de la chauve-souris en Kabylie, le 29 août prochain, histoire de sensibiliser autour de la nécessité qu’il y a de protéger ce petit animal qui joue un rôle d’importance dans l’équilibre écologique et environnemental.

Elle peut manger 6000 moustiques en une nuit

«Savez-vous qu’une chauve-souris peut manger jusqu’à 6000 moustiques en une nuit de chasse ?» dit-il. Rien que cette affirmation dûment constatée par des scientifiques suffit à nous la rendre sympathique. L’ennemi de mon ennemi est mon ami. Sus aux moustiques ! «Ce sont des régulateurs des populations d’insectes nuisibles à l’être humain et à ses activités agricoles.

De ce fait, elle évite à l’homme d’utiliser des produits chimiques telles que les pastilles, qui ne sont d’ailleurs plus efficaces étant donné que les moustiques ont développé une résistance génétique aux produits phytosanitaires dans l’agriculture», dit-il. La chauve-souris est donc de ce fait un insecticide aussi biologique que redoutablement efficace. Ce n’est pas tout, ses déjections, appelées guano, sont un engrais biologique de première qualité. A l’indépendance, on en exportait encore du côté de Khenchela, précise notre homme.

L’Algérie compte 25 espèces présentes toute l’année

Mourad Ahmim sillonne l’Algérie d’est en ouest, mais il travaille plus souvent sur deux sites au niveau de Béjaïa. La rive gauche de la Soummam, du côté de Tala Hamza, et une grande grotte à Aokas qui abrite une importante colonie de chauves-souris évaluée à près de 2500 individus. «Cette grotte est un gîte d’importance internationale, car on y compte 10 des 25 espèces algériennes, de surcroît présentes toute l’année.

J’ai supplié le maire d’Aokas de classer le site afin de le protéger, mais en vain», dit-il. Au passage, on apprend que l’Algérie compte 25 espèces de chauve-souris, nous qui pensions, benoitement, comme le commun des mortels égocentriques que le sort des autres espèces intéresse peu, qu’il n’y avait qu’une seule et même chauve-souris. Afin de secouer quelque peu nos vieux préjugés et nos idées aussi arrêtées qu’une vieille montre à cadran solaire, Mourad propose de nous emmener en vadrouille voir les chauves-souris exécuter leurs chorégraphies aériennes au crépuscule. Pratiquement chaque soir, de 18 à 22 heures, l’homme parcourt les forêts ou inspecte les grottes où vit son animal fétiche.

Ce soir, direction la rive gauche de la Soummam, dans la commune de Tala Hamza. Les berges de la rivière sont densément touffues d’une végétation luxuriante qui abrite une biodiversité riche et diversifiée. Beaucoup de vergers, de potagers, des oliviers aux troncs noueux et des peupliers géants. Une fois le site choisi, le coffre de voiture de Mourad se révèle être un véritable laboratoire ambulant. Il abrite les instruments permettant de localiser, d’entendre et d’enregistrer les fameux chiroptères chers à son cœur.

Quand les chauves-souris commencent à sortir, nous avons tout le loisir de les observer voler au-dessus de nos têtes à la poursuite d’invisibles proies. Mais grâce aux appareils détecteurs d’ultrasons, on peut enfin les entendre. On les entend tout à coup chanter, communiquer, gazouiller, alors qu’on les croyait définitivement muettes. «Elles ont même un cri joyeux que je reconnais, une sorte de ‘‘tchiw-tchiw’’ à travers lequel elles socialisent», dit Mourad.

Un paradis pour la biodiversité

Les chauves-souris vont et viennent, exécutant une véritable chorégraphie aérienne tant leur trajectoire de vol est atypique, déroutante, en rupture continuelle. Le nez en l’air, nous nous enfonçons dans les sous-bois à l’aide de petites lampes poches maintenant que la nuit est tombée. Il suffit juste de faire attention aux sangliers nombreux qui peuplent ces coins hospitaliers. «La repisylve de la Soummam est un paradis pour la biodiversité», dit Mourad qui croise souvent genettes, mangoustes et oiseaux de diverses espèces. On voit quelquefois la chauve-souris plonger pour humecter ses membranes qui ont besoin de rester humides.

Ces drôles de mammifères repèrent leurs proies grâce aux ultrasons qu’elles émettent par la bouche et le nez et leur revient dans les oreilles. Au fur et à mesure, Mourad Ahmim identifie ses protégées grâce à leur signal sonore. «Voilà une Pipistrelle commune… là, c’est Tadarida Teniotis et voilà la pipistrelle de Kuhl… et voilà Big Foot, de son nom scientifique Myotis capaccinii. On l’appelle Big Foot à cause de ses grandes pattes antérieures…», dit Mourad. Avec humour, ses étudiants ont rebaptisé ses charmants volatiles : Tadarida est devenue Farida et la pipistrelle de Kuhl est devenue Kahloucha…

Une nouvelle espèce, déjà répertoriée au Maroc et en Tunisie, vient tout juste d’être détectée. Il s’agit du minioptère du Maghreb (Miniopterus maghrebensis), de son nom savant. «Par voie acoustique, on a retrouvé la signature sonore de la pipistrelle de Rueppel, une espèce désertique habituellement signalée du côté de Beni Abbès, aux frontières marocaines». Mourad Ahmim se demande s’il ne s’agit pas là d’une conséquence du réchauffement climatique. La visite guidée se termine aux alentours de 22h. Nous laissons les charmantes bêbêtes finir leur dîner tranquillement pour reprendre le chemin de la ville.

Menacées de disparition

Sur le chemin du retour, Mourad insiste pour dire que les chauves-souris sont menacées par la disparition de leurs habitats et de leurs zones de nourrissage. C’est ce qui fait que leurs effectifs soient en régression constante. Cela est d’autant plus dommageable que la chauve-souris n’est pas un champion de la reproduction et elle ne donne naissance qu’à un seul petit, rarement deux, par an.

Mourad nous apprend qu’hormis une grotte située à Abalessa, non loin de Tamanrasset, avec une population de chauve-souris estimée à près d’un million d’individus, et accessoirement celle d’Aokas, l’Algérie ne compte guère de sites connus pour la présence massive du mammifères volants. «En six ans de travail, j’ai trouvé 10 espèces pour une population estimée à 33 000 individus.

C’est très peu», se désole Mourad. La chauve-souris ne reste pas toute l’année au même endroit et possède un cycle annuel divisé en quatre. Elle hiberne de novembre à mars et estive de juin à septembre. Entre ces deux périodes importantes, elle se trouve en transit, se déplaçant de son site d’hibernation à son site estival est vice versa.

A l’heure où les scientifiques tirent encore une fois la sonnette d’alarme en affirmant que la faune est en train de subir sa 6e extinction de masse avec des espèces qui disparaissent 100 fois plus rapidement que par le passé, il serait vraiment dommage que ce très original mammifère, si indispensable à l’équilibre écologique, en fasse
partie.  

Djamel Alilat
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article