Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web

La wilaya d’Ouargla compte trois zones humides classées sur la liste de la convention de Ramsar, à savoir le chott de Ain-El-Beida, et les lacs de Sidi-Slimane et d’Oum-Raneb (Sidi-Khouiled).

jeudi 13 août 2015 10:44

La wilaya d’Ouargla a consacré une enveloppe de quatre (4) millions DA pour la réhabilitation et la protection du lac du Chott d’Ain El-Beida, en tant que zone humide aux dimensions touristique et économique, a-t-on appris mercredi des services de la wilaya.
Conscients de l’importance que revêt cette zone, les pouvoirs publics ont consacré, dans le cadre du budget supplémentaire de la wilaya adopté au début de juillet, ce financement pour la réalisation d’une étude technique visant la prise en charge de ce lac pour en faire une destination touristique.
Cette mesure a été prise pour remédier aux facteurs de dégradation qu’a connu, ces dernières années, cet espace naturel, classé depuis 2004 parmi les zones nationales sauvegardées, et qui ont influé négativement sur sa situation de zone humide des plus importantes de la wilaya et de milieu aquatique de prédilection pour des milliers d’oiseaux migrateurs fuyant la rigueur des hivers en Europe.
Entre-autres facteurs de dégradation, cet espace a vu ses berges devenir des décharges anarchiques de déchets ménagers et solides, en dépit des panneaux y interdisant toute action de pollution. Ce plan d’eau, qui constituait une ressource vivrière pour de nombreuses familles qui y ramassaient le sel, du fait de la réduction de ses eaux provenant des surplus hydriques des palmeraies limitrophes, aggravé par les infiltrations d’eaux usées des conduites d’assainissement, engendrant la poussée de mauvaises herbes.
S’étendant sur 100 hectares, ce lac, dont une large partie s’est asséchée, a été proposé par la direction de l’environnement à l’intégration dans le plan national de préservation des terres et de lutte contre la désertification, en vue de pouvoir bénéficier d’opérations devant permettre sa préservation, a-t-on expliqué à la la direction du secteur.
Selon la même source, cet espace naturel abrite annuellement, en dépit de cette situation, une population avifaune migratrice diverse, telles que le flamant rose, la cigogne, le canard souchet, le tadorne casarca, et autres.

Elle compte aussi des zones non-classées, dont Lebhour (commune de Témacine), Lalla Fatma (Mégarine), le lac de la commune de Hassi-Benabdallah, ainsi que les lacs Titaouine et Merdjadja (commune de Nezla), El-Mir (El-Alia), et Sebkhet Sefioune (N’goussa).

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article