Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

« Baisse de chaleur humaine et réchauffement climatique sur la planète... »

 « Baisse de chaleur humaine et réchauffement climatique sur la planète... »

On devrait s’atteler à quantifier non seulement l’augmentation du taux de gaz à effet de serre pour expliquer l’effondrement du capitalisme , mais aussi la baisse d’amour, de compassion, d’empathie et de responsabilité qui sévit depuis des siècles dans le climat humain depuis trop longtemps...

 

La question du réchauffement climatique est un sujet dont l’ampleur ne cesse de prendre la mesure universelle d’un débat fondateur. Le radical commun qui polarise et semble légitimer  bien des  velléités de changement.  Des voix qui   ne cessent de se faire entendre à travers le monde avec  une insistance croissante et de plus en plus officielle. La modification  de la donne climatique mondiale  n’est-elle pas en passe de devenir de  l’ « ennemi public numéro un » qui  pourrait bien   « réconcilier »  tous les peuples du monde   autour d’un projet de gouvernance internationale : un nouvel ordre mondial. Oui, la lutte contre le réchauffement climatique est une forme de terrorisme, qui légitimera cet ordre bien plus que  le combat contre DAECH ou que quelconque autre entité mondiale malfaisante.

 

 

La lutte contre le réchauffement climatique,   serait  en quelque sorte la prochaine   grande « croisade  païenne » de la révolution industrielle.   Un conflit théologique entre deux religions qui adorent  un même Dieu;  par  des cultes qui ne peuvent  cependant que s’opposer. Celui qui place l’homme moderne au centre  même de l’univers, grâce à la science et son corollaire, la technologie. Celui qui nous demande de sacrifier  beaucoup  de notre chaleur humaine contre un peu de confort moderne. Dollar  Bill , le grand architecte du Capital mondial...

D’un côté,  il  y aurait les  partisans de l’ordre établi, « l’économie brune », basée sur l’exploitation des ressources fossiles de la planète Terre. De l’autre,  les chantres de « l’économie verte » qui, sans remettre en question les fondements du capitalisme, proposent de provoquer progressivement sa mutation vers un monde qui fera  la part belle  à l’écologie, aux énergies renouvelables  ainsi qu’aux  smart réseaux.  C’est aussi le  Nord coupable des symptômes  mais qui détient néanmoins les clefs de la guérison. Le Sud, déjà bien affecté par cette maladie, mais la réclame comme un droit au développement. C’est une guerre froide dont la conquête de l’opinion publique mondiale est le principal champ de bataille.  Et le butin qui s’annonce à  la clef  de cette lutte pour le  pouvoir et de  nouvelles parts de marchés, est phénoménal, d’un côté comme de l’autre,...

Qui peut être encore dupe d’un prétendu antagonisme de fond entre  le « pile » et le « face »  d’un même Penny fétiche ?   Verte ou brune, une révolution de couleur n’en demeure  pas moins le printemps éphémère et renouvelable  d’un même hiver. Oncle Picsou aura beau s’habiller à présent tout de  vert,  comme  il a travesti  un jour le vert habit du Père Noël aux couleurs de Coca Cola, il n’en restera pas moins un être  intéressé  de nature ;  gourmand  d’argent au point de la pathologie compulsive. Prenez un loup, pensez-vous qu’il revêtira un jour  la toison du mouton  pour intégrer seulement  la bergerie ?

L’économie verte n’ambitionne-t-elle pas plutôt  de nous vendre ce que l’économie brune détruit. Voici venu le temps béni pour tous les opportunistes du monde entier, où  bien  des services gratuits de la nature vont nous être facturés par l’industrie verte. Où l’on pourra limiter les libertés lambdas par des Climat Act plus liberticides qu'écologiques!  Depuis quand  le cancérologue et le pharmacien sont-ils capables de gagner leur vie sans l’existence du Cancer ?

Les changements climatiques « affligent » non l’écologie de  la planète, mais surtout  l’ordre humain  établi, en bouleversant toutes les donnes de sa suprématie environnementale. Ils nous sont montrés seulement  comme des sources de périls apocalyptiques. On oublie de nous dire que c’est aussi un phénomène qui a été longtemps perçu par notre espèce comme une bonne chose. En Antarctique,  par exemple, un immense territoire fertile, gorgé de richesses fossiles ainsi que de terres rares...une nouvelle route maritime, avec la fonte des glaces va donner à certains pays des nouvelles opportunités d'accumulations de  capital...

Dire que l’homme est devenu  le principal  responsable du réchauffement climatique n’est-ce pas confirmer toute la puissance du capitalisme tout en nous identifiant à lui ?  Puisque « nous » sommes rendus coupables de complicité. C’est aussi, peut-être enfermer la Terre dans une bulle  où les rayonnements solaires ainsi que les évènements cosmiques n’auraient pas d’influence sur notre le climat planétaire. Ils pourtant régissent la Galaxie de notre planète. 

Ainsi, l’augmentation de la  quantité de CO2 dans l’atmosphère  serait le facteur  humain de la pathologie, quand on devrait peut-être considérer cet indice comme  le  symptôme d’un phénomène tout à fait naturel. Ce qui a   changé  dans  monde. L’homme a peut-être oublié, à force de revêtir son armure de confort industriel, que la chaleur humaine est la source de bien-être parmi les plus écologique et bénéfique pour le corps humain...

On devrait s’atteler à quantifier non  seulement l’augmentation du taux de gaz à effet de serre pour expliquer l’effondrement du capitalisme , mais  aussi  la baisse d’amour, de compassion, d’empathie et de responsabilité  qui sévit depuis des siècles dans  le climat humain, depuis trop longtemps. Depuis que ce monde est monde et que  des hommes  se prennent pour le Soleil sans n’en avoir ni la puissance, ni la noblesse, ni la profonde générosité. Sa chaleur brûle de mille feux ardents  ceux qui veulent le toucher de trop près ;  brille  de toutes ses  lumières séduisantes  pour aveugler ceux   qui veulent percer les secrets de son obscurité, sans avoir appris l’humilité. Le Soleil ne rayonne seulement  de ses bontés renouvelables que pour ceux qui l’approchent à la bonne distance et s’en nourrissent avec juste mesure...

La chaleur humaine de notre monde, devenue celle qui émane du corps de l’industrie,  elle, certes  brûle, brille, mais ne rayonne jamais  vraiment dans nos cœurs ; au point de nous convaincre que nous sommes  hommes et nature à la fois...

Karim Tedjani (Textes et photos)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article