Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Rrevue de web

"Une solidarité Nord-Sud demeure plus que jamais nécessaire. Cependant, une solidarité climatique Sud-Sud reste aussi à inventer", a noté le chef delà diplomatie algérienne.

Lundi, 20 Juillet 2015 18:09

 

 

 

L'Accord de Paris sur le climat doit être "ancré et façonné" par la justice et la solidarité
 
 
 
 

PARIS - L'Algérie plaide à ce que l'Accord de Paris sur le climat prévu en décembre prochain, soit "solidement ancré et façonné" par l'éthique, la justice et la solidarité inter et intra-générationnelles, ainsi qu'à la hauteur des attentes des peuples, a indiqué lundi à Paris, le ministre d'Etat ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

"Comment? En adoptant, à l'unisson, à Paris le 11 décembre prochain l'Accord de Paris sur le climat avec la participation de tous et qui soit à la hauteur des attentes de nos peuples et de leur devenir solidaire", a souligné M. Lamamra, à la 1ère Session des consultations ministérielles informelles préparatoires à la COP21 portant sur les questions politiques et l'équilibre général de l'Accord.

Il a rappelé, à ce propos, que "la société civile, là où elle se trouve, inquiète de son devenir et soucieuse de celui des générations futures reste dans l'attente des assurances de ses dirigeants et appelle une réponse des gouvernants qui soit à la hauteur des défis présents et futurs".

"La science a parlé, le marché réagit, les territoires s'adaptent, la société civile exige, les politiques sont donc interpellés pour apporter leur réponse", a-t-il dit.

M. Lamamra a expliqué que cet "Accord universel doit donc être ambitieux, inscrit dans la durée et basé sur les dernières données scientifiques", comme il doit, également, être "flexible afin de pouvoir répondre rapidement aux exigences évolutives de demain et aux aléas d'un monde" en perpétuelle mutation.

Il a appelé, notamment, à ce que cet accord soit "l'aboutissement du processus initié juste après Copenhague, mais, a-t-il souligné, doit être surtout le début d'un nouveau départ d'une communauté internationale réconciliée avec elle-même et en marche vers un devenir qui ne peut être que commun et solidaire".

Dans le même cadre, il a mis en évidence le fait que "l'éthique climatique exige que ceux qui sont historiquement responsables de l'accumulation débridée dans l'atmosphère des gaz à effet de serre puissent résolument et en toute bonne foi respecter leur engagement de Rio et montrer la voie à suivre, par l'exemple, en prenant la direction des efforts".

"La justice climatique exige, quant à elle, que les obligations découlant du nouveau régime climatique de Paris soient au diapason des capacités des uns et des autres, de leurs responsabilités présentes et futures et de leurs contribution actuellement et celles de demain", a-t-il précisé.

Le gaz naturel passerelle idoine pour les énergies de demain

Evoquant la "solidarité climatique", M. Lamamra a estimé que celle-ci "exige que ceux qui ont le moins contribué aux dérèglements climatiques, à savoir les peuples les plus pauvres et les plus vulnérables, et qui en sont malheureusement les principales victimes, puissent être accompagnés, par ceux qui en ont les moyens, en termes de ressources financières nouvelles et additionnelles et de transfert de technologies propres en des termes concessionnels et favorables".

"Une solidarité Nord-Sud demeure plus que jamais nécessaire. Cependant, une solidarité climatique Sud-Sud reste aussi à inventer", a noté le chef delà diplomatie algérienne.

Il a fait savoir que "dans ce contexte, l'Algérie, grand pays africain producteur de gaz naturel, disposant d'un potentiel considérable d'hydrocarbures non conventionnels, est prêt à promouvoir des partenariats stratégiques à long terme tant avec des pays du Nord que du Sud, utilisateurs de charbon, afin, a-t-il précisé, de les aider à mettre en oeuvre leurs engagements d'aujourd'hui et de demain, contenus dans leurs INDC (contributions prévues déterminées au niveau national), car, faut-il encore le répéter, le gaz naturel est la passerelle idoine entre les énergies fossiles et les énergies sobres en carbone de demain".

"En effet, la crise du climat nous interpelle individuellement et collectivement, et à tous les niveaux de responsabilité. Les changements climatiques ne relèvent plus des choses à venir. Ils font déjà partie du quotidien de notre planète", a fait observer M. Lamamra, ajoutant que "la science l'a démontré avec force", "les cinq rapports successifs du comité intergouvernemental d'experts sur les changements climatiques (GIEC), l'ont établi".

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article