Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web

Les pays en développement, eux, sont dans une logique différente, d'après Pierre Radanne :"Pour pouvoir être actifs pour la première fois dans cette affaire de lutte contre le changement climatique, ils vont avoir besoin de technologies et de financements. Et pour y avoir accès, on leur demande d'être extrêmement précis dans chacun des secteurs : construction, transports, etc."

Pierre Radanne, spécialiste des questions énergétiques et climatique

 

par Rédaction de France Info vendredi 17 juillet 2015 16:43
 
Pierre Radanne, spécialiste des questions énergétiques et climatiques © France Info

 

 

La Conférence de Paris sur le climat sera un des grands rendez-vous internationaux de la fin d'année 2015. Les représentants de 195 pays se réuniront à Paris pour lutter contre le réchauffement climatique. D'ici là, ils doivent faire part de leurs engagements auprès de l'ONU. Les pays en développement se révèlent plutôt bons élèves, juge Pierre Radanne, membre du Comité Climat France Info.

 

Et si les pays en développement damaient le pion aux grandes puissances occidentales en matière d'environnement ? A quelques mois de la Conférence de Paris pour le climat, les 195 pays parties prenantes sont invités à rendre leurs copies. Pour le moment, deux cas de figure, explique Pierre Radanne, président de l’association 4D (Dossiers et Débats pour le Développement Durable) et membre du Comité Climat France Info. D'un côté "des pays qui prennent des engagements avec des chiffres, mais souvent très peu de détails de comment ils vont s'y prendre pour réaliser cet objectif. C'est le cas malheureusement de l'Union européenne".

Des engagements précis pour décrocher des financements

Les pays en développement, eux, sont dans une logique différente, d'après Pierre Radanne :"Pour pouvoir être actifs pour la première fois dans cette affaire de lutte contre le changement climatique, ils vont avoir besoin de technologies et de financements. Et pour y avoir accès, on leur demande d'être extrêmement précis dans chacun des secteurs : construction, transports, etc."

Du coup, certains pays ont pris des engagements forts et précis, à l'image de l'Ethiopie par exemple : "L'Ethiopie est sur un énorme travail de reboisement du pays, de valorisation des énergies renouvelables. Elle a par exemple des capacités de géothermie – produire de l'électricité avec la chaleur de la terre. Mais pour faire cela, ce pays va avoir besoin de soutiens financiers".

A contrario, les grandes puissances occidentales font figure de mauvais élèves, avec des engagements plutôt flous. "Il y a des pays qui, par rapport à leurs possibilités, ont fait bien peu d'efforts. C'est le cas des Etats-Unis, de la Russie", selon Pierre Radanne. "La France et l'ensemble des autres pays de l'Union européenne ont fait une copie qui est engageante puisqu'elle est sur l'idée de réduire de 40% les émissions de gaz à effets de serre d'ici 2030. Par contre, il n'y a pas de détails sur comment l'Union européenne va s'y prendre car visiblement il y a beaucoup de désaccords entre les pays".

A l'approche de la fameuse COP21, il sera donc indispensable d'harmoniser les propositions et d'"égaliser les niveaux d'efforts de certains". Pour l'heure, "on se retrouve dans une situation où les copies des pays en développement sont en fait plus précises que celles des pays développés".

"On a des situations très constatées, tout ça va devoir se reprendre dans la négociation" (Pierre Radanne)

"Il y a des pays qui, par rapport à leurs possibilités, ont fait bien peu d'efforts. C'est le cas des Etats-Unis, de la Russie", selon Pierre Radanne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article