Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Le point de vue d'un site "réchauffiste" qui récuse les argument des "sceptiques"...

Ce que dit la science...

Les impacts négatifs du réchauffement climatique sur l'agriculture, la santé et l'environnement l'emportent largement sur n'importe quel point positif.

L'argument sceptique...

"2000 ans d'histoire humaine montrent que les périodes chaudes ont été bénéfiques pour les gens. Ce furent les pénibles et instables Ages Sombres et Petit Age de Glace qui ont apporté les plus grandes tempêtes, vagues de froid, famines et épidémies." (Dennis Avery)

Voici une liste des relations de cause à effet qui montre que la plupart des impacts du changement climatique ne produiront que peu ou pas de bénéfices, mais pourraient faire beaucoup de dégâts à des coûts considérables. 

Agriculture

Même si le CO2 est essentiel pour la croissance des plantes, toute l'agriculture dépend également de réserves d'eau stables, et le changement climatique est susceptible de perturber ces ressources par des inondations ou des sécheresses. Il a été suggéré que des latitudes plus élevées (la Sibérie par exemple) pourraient devenir productives grâce au réchauffement global, mais le sol en Arctique et dans les territoires avoisinants est très pauvre, et la quantité de rayonnement solaire qui atteint le sol en été ne changera pas puisqu'elle est déterminée par l'inclinaison de la Terre.

L'agriculture peut également être perturbée par des incendies et des changements dans la périodicité des saisons, ce qui est déjà le cas, et des changements dans les prairies et les réserves en eau peuvent impacter le pâturage et le bien-être du bétail. L'augmentation du réchauffement peut également avoir un effet plus important sur les pays dont le climat est d'ores et déjà proche d'une température où les rendements sont réduits et les récoltes échouent (au niveau des tropiques ou sub-saharien par exemple).

Santé

Des hivers plus chauds pourraient signifier moins de morts, en particulier parmi les personnes vulnérables comme les personnes âgées. Cependant, ces mêmes personnes sont également vulnérables à la chaleur, et les morts attribuables aux canicules devraient être environ cinq fois plus nombreuses que les morts hivernales ainsi évitées. Il est largement admis qu'un climat plus chaud encouragera la migration d'insectes porteurs de maladies comme les moustiques, et la malaria (paludisme) est déjà en train d'apparaître dans des zones où elle n'avait jamais été vue auparavant. 

Fonte des glaces polaires

Même si l'ouverture pendant toute l'année d'un passage libre de glace entre l'Atlantique et le Pacifique conférerait des bénéfices commerciaux, les impacts négatifs l'emportent largement. Les effets nuisibles incluent la perte de l'habitat de l'ours polaire et l'augmentation des risques de collisions avec des icebergs. La perte de l'albedo de la glace (sa capacité à réfléchir la lumière du soleil), provoquant une plus forte absorption de chaleur par l'océan, est aussi un retour positif. Mais les eaux plus chaudes accroissent la fonte des glaciers et de la couche de glace du Groenland, et augmentent la température de la toundra arctique, qui relâche ensuite du méthane, un gaz à effet de serre très puissant (le méthane est aussi relâché par les fonds marins, où il est piégé dans des cristaux appelés les clathrates). Il est prévu que la fonte des plaques de glace antarctiques ajoute encore à l'augmentation du niveau de la mer sans aucun bénéfice.

Acidification de l'océan

C'est une cause d'inquiétude considérable, car il apparaît qu'il n'y ait aucun bénéfice au changement de pH des océans. Ce processus est causé par l'absorption de plus de CO2 par l'eau, et pourrait avoir des effets déstabilisants sérieux sur la chaîne alimentaire océanique entière. 

Fonte des glaciers

Les effets de la fonte des glaciers sont largement nuisibles, le principal impact en étant que plusieurs centaines de millions de personnes (un sixième de la population mondiale) dépend de l'eau douce fournie chaque année par la fonte printanière naturelle et le cycle de l'eau, et que ces ressources en eau (eau potable, agriculture) pourraient venir à manquer. 

Augmentation du niveau de la mer

Bon nombre d'endroits du monde sont dans des basses terres et seront gravement touchés par une modeste augmentation du niveau de la mer. Les rizières sont inondées par l'eau salée, ce qui détruit les récoltes. L'eau de mer contamine les rivières en se mélangeant à l'eau douce en amont, et en polluant les nappes phréatiques. Sachant que l'IPCC n'inclue pas les eaux de fonte du Groenland et des plaques antarctiques à cause d'incertitude à ce jour, on craint que les estimations de l'augmentation du niveau de la mer ne sous-estiment considérablement l'ampleur du problème. Il n'existe pas de d'hypothèses de bénéfices à l'augmentation du niveau de la mer.

Impacts environnementaux

Les effets positifs du changement climatique pourraient inclure des forêts tropicales plus luxuriantes et une croissance accélérée des plantes en Amazonie, une végétation plus importante aux latitudes plus nordiques et de possibles augmentations de la biomasse de plancton dans certaines parties de l'océan.

Les effets négatifs pourraient inclure une croissance plus importante des zones océaniques pauvres en oxygène, la contamination ou l'épuisement des eaux douces, une augmentation de la fréquence des incendies naturels, la mort massive de la végétation à cause des sécheresses, un risque accru d'extinction du corail, un déclin global du phytoplanction, des changements dans la migration des oiseaux et des autres animaux, des changements dans la périodicité saisonnière, la perturbation des chaînes alimentaires et la disparition d'espèces.

Economie

Les impacts économiques du changement climatique pourraient être catastrophiques, alors qu'on prévoit très peu de bénéfices au final. Le rapport Stern a éclairci le contexte global de détresse économique, et même si les chiffres peuvent être contestés, les coûts du changement climatique excèdent largement les coûts de sa prévention. Certains scénarios prévus par le rapport AR4 de l'IPCC témoignent de migrations massives au fur et à mesure que les pays en basses-terres seront inondés. Des perturbations dans le marché mondial, les transports, les réserves d'énergie et le marché du travail, la banque et la finance, l'investissement et l'assurance, feront toutes des ravages sur la stabilité des pays en développement mais aussi des pays développés. Les marchés endureraient plus d'instabilité et les investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension et les compagnies d'assurance auraient des difficultés considérables.

Les pays en développement, dont certains sont déjà engagés dans des conflits militaires, pourraient être entraînés dans des conflits plus importants et prolongés à propos de l'eau, des réserves d'énergie ou de nourriture, conflits qui pourraient perturber la croissance économique à un moment où les pays en développement seraient en proie à des manifestations plus flagrantes du changement climatique. Il est largement admis que les effets néfastes du réchauffement climatique seront plus importants dans les pays les moins armés pour s'adapter, que ce soit socialement ou économiquement.

Translation by laurent.breillat, . View original English versio

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article