Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Participation de l'Algérie à la COP21: "Le consensus, au lieu de la responsabilité...

 A Bouzegza (Keddara) , comme partout ailleurs en Algérie et dans le monde, la nature  est au centre  le  plus intime de la question climatique...Il ne souffre d'aucune politique consensuelle avec ses destructeurs..

A Bouzegza (Keddara) , comme partout ailleurs en Algérie et dans le monde, la nature est au centre le plus intime de la question climatique...Il ne souffre d'aucune politique consensuelle avec ses destructeurs..

"Consensuelle" , le mot est lancé dans la presse. A peine un peu plus d'un mois avant sa  fameuse "remise des copies", l'Algérie ne semble pas avoir encore  vraiment planché sur sa contribution à la COP21, qui se déroulera l'automne prochain à Paris. Ce  court délai de préparation, du moins en matière de consultation  et d'une réflexion invitant  toutes les parties intégrantes de la société algérienne, soulève une question légitime: n'a-t-elle pas  déjà été largement  rédigée en coulisses?  Pour répondre aux prérogatives de ce mot-d'ordre- clef: "consensus" avec le Nord..

Pourtant, une  des plus efficaces mesures pour notre pays, en matière d'atténuation et d'adaptation climatique,  serait d'arrêter de tout importer ce que les Algériens consomment réduire ainsi les impacts de toute la logistique internationale et locale mobilisée pour ce faire. Car elle génère de grandes quantités d'émissions -pas seulement du CO2- avérées  nocives  pour l'écologie de notre planète.

Nous ne devons justement pas adopter la posture hypocrite qui a fait de l'Europe le bon élève; tandis que presque toute son industrie polluante a été délocalisée en Chine, qu'elle montre à présent du doigt comme le cancre suprême, à l'école des biens pensants...

Produire localement l'essentiel; continuer d'importer le superflu, surtout quand sa production est  si peu respectueuse de l'environnement. Mais, aussi prendre conscience que si l'empreinte écologique officielle des Algériens n'est pas très étendue, c'est qu'elle se compte en hectares seulement algériens...

Consommer  d'abord national, moins et mieux, surtout. Réduire le gaspillage qui est devenu institutionnel en Algérie et qui fait ma foi aussi les bonnes affaires de bien des grandes nations capitalistes. Celle qui lui font régulièrement la morale à ce propos dans ce genre de convention internationale. 

C'est aussi ne plus planter, par exemple, des allées de palmiers là où une essence locale aurait fait bien plus l'affaire; respecter la couverture végétale nationale en applicant tout simplement la loi algérienne. Dépolitiser l'environnement, revenir à l'écologie scientifique , rendre à la société civile la capacité d'influer responsablement sur son milieu; de vie et d'existence...

Et, il n'y a rien de consensuel dans tout cela. Ni pour Paris, ainsi que les autres partenaires étrangers de "l'égosystème" algérien actuellement en vigueur. Ni pour le corpus indigène qui en est souverain...

La Cop 21, devrait  être  pour l'Algérie  plutôt l'occasion de soulever l'"épineuse" question (pour le Nord) de développer plus sincèrement une ligne écologique et environnementale commune à toute la communauté nord africaine. Un développement durable endémique au Maghreb, qui devrait être le socle économique, culturel et donc environnemental d'un "Maghreb Uni" . Qui n'existera pas que sur le papier mais bien autour d'une Algérie elle-même unie et respectueuse de son environnement; donc souveraine...

Le Maghreb est une des zones géographiques et géopolitiques qui vont être parmi les plus affectées par le réchauffement climatique. Au centre de cette crise régionale, il y a forcément le thème local de l'eau ; celui plus global des guerres autour de cette ressource qui se profilent entre les pays de cette partie du monde...Si le besoin d'acier semble avoir fondé l'Union Européenne, la lutte contre les pénuries d'eau sera la source qui abreuvera l'Union des Pays du Maghreb...

Comme toute crise, le réchauffement climatique est aussi opportunité d'évolution. Un tel péril commun devrait polariser toutes les bonnes volontés et compétences maghrébines autour d'un projet commun de bien-vivre ensemble avec le reste du monde.La stabilité économique et géopolitique de cette région est largement liée à des questions écologiques et environnementales. 

La pertinence de la politique algérienne dans ces domaines jouera forcement un rôle important dans cette collaboration inévitable. Sa capacité à innover, proposer des solutions globales grâce à une expertise locale à la fois ouverte sur le monde et patriotique, voilà ce que l'Algérie doit proposer ou inventer pour les générations futures...

Et non se contenter , comme à présent, de prendre tous les trains de retard d'un développement économique dépassé; de singer le développement durable "à l'onusienne" par de belles mesures "vitrines". Mais, loin dérrière le rideau de cette pathétique dramaturgie comicopopuliste, l'Algérie, dans ses profondeurs, donne dans le dévorement continu de sa propre richesse: une ressource naturelle et humaine nationale. Invente l'auto-néo-colonialisme...malheureusement...

Le vrai réchauffement du climat algérien, celui contre lequel cette Algérie là n'est jamais consensuelle dans sa lutte, ne devrait plus être celui des coeurs qui rechauffent l'esprit .

Une source d'énergies "solaires", à renouveler sans cesse au sein d'une société qui prétend à la modernité authentique. Le patriotisme de fond et non le nationalisme de forme qui stérilise la pensée populaire de toute ouverture d'esprit. La compétence qui prime sur le carrièrisme et la docilité. La diversité des idées, des cultures , même des cultes, au service d'un projet unique qui consiste à faire du peuple algérien tout simplement l'égal des autres peuples du monde; en liberté d'épanouissement et en richesse. Non un peuple élu ou bien une race supérieure; non plus leur clone dans la bêtise de masse...

Une Algérie sobre et heureuse; qui ne cherche ni à brûler, ni a briller, mais bien à rayonner d'énergie. Passionnée et non seulement rendue passionnelle, à force de pousser à l'ombre de sa popre lumière pervertie...

 

Karim Tedjani (Texte et photo)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article

STEEVE ZEGGAR 06/08/2015 17:38

ESSAIES DE CORRIGER BOUZEGZA PAS BOUZEZGA MERCI KARIM

Tedjani 06/08/2015 17:44

c'est fait...