Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web

Ce projet cofinancé par le gouvernement algérien et le Fonds français pour l'environnement mondial permettra aux futurs gestionnaires des îles Habibas d'initier un processus de gestion intégrée visant à la fois la conservation d'un patrimoine bioécologique d'une valeur exceptionnelle et le maintien d'activités récréatives et économiques non destructrices sur l'archipel.

 

Classée réserve naturelle depuis 2003, la perle de l'Oranie est sans doute l...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Classée réserve naturelle depuis 2003, la perle de l'Oranie est sans doute la première aire protégée marine algérienne gérée en tant que telle

Les îles Rechgoun et Habibas, îles à  l'apparence à  priori hostile, abritent discrètement chacune entre 20 et 40% des espèces menacées figurant sur l'annexe II du protocole concernant les aires spécialement protégées et la biodiversité en Méditerranée ainsi que quelques espèces qui leur sont exclusives. Elles devront constituer prochainement les fleurons de ces deux pays en termes d'espaces marins protégés gérés.


Désormais, les îles Habibas sont d'ailleurs surnommées "les Galà¡pagos de la Méditerranée". La démarche est déjà  très bien avancée en ce qui concerne les îles Habibas, site classé réserve marine par les autorités algériennes. Ce site sera, avec la future aire protégée de Chenoua-Tipasa, l'un des deux sites démonstratifs qui fera l'objet d'une gestion conservatoire dans le cadre du projet d'assistance à  la création du commissariat national du littoral algérien

(...). Ce projet cofinancé par le gouvernement algérien et le Fonds français pour l'environnement mondial permettra aux futurs gestionnaires des îles Habibas d'initier un processus de gestion intégrée visant à  la fois la conservation d'un patrimoine bioécologique d'une valeur exceptionnelle et le maintien d'activités récréatives et économiques non destructrices sur l'archipel.


Tous les espoirs sont permis pour que ce territoire soit rapidement géré de manière responsable et qu'il ne soit plus un "territoire à  la marge" où tout est permis.
La mise en place de cette réserve permettra notamment d'anticiper la formidable pression de l'activité pêche déjà  amorcée en Algérie et d'assurer la survie d'espèces réellement menacées à  l'échelle méditerranéenne comme le goéland d'Audouin, le puffin cendré, la grande patelle, la grande nacre, le mérou brun ou encore le chou des Habibas (une espèce endémique unique au monde) afin qu'elles ne deviennent pas d'un macabre souvenir comme l'est actuellement le phoque moine, aujourd'hui pratiquement disparu d'Afrique du Nord.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article