Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Déclaration algérienne des droits et devoirs de l'être humain dans son environnement (Projet)

Les nouvelles générations algériennes méritent un meilleur environnement...

Les nouvelles générations algériennes méritent un meilleur environnement...

 

 

Préambule:

 

 

"Le bien-être humain est un bien-vivre ensemble"

 

L’environnement, dans la présente déclaration, n'est pas seulement à considérer comme l’ensemble des éléments naturels et artificiels qui entourent et influencent la société algérienne. Il y est surtout défini comme un milieu où l'être humain évolue au même titre que toutes les espèces vivantes qui partagent son cadre de vie.

 

Il n'est pas de nature un espace matériel et immatériel centré sur l'homme ainsi que ses activités, mais plutôt un équilibre entre l'être humain et son milieu local; au sens oriental de centre de gravité. Un juste milieu capable de mouvement.Par environnement on inclut donc et ainsi , en plus des divers catégories de milieux anthropiques, les milieux, zones, espaces, aires , périmètres habitats et corridors dits « naturels », « biologiques » ou « sauvages ».

 

Cette déclaration nationale a pour sujet les droits et devoirs de tous les citoyennes et citoyens algériens vis-à-vis de leur environnement matériel et ce à l’échelle autant locale, régionale que nationale. Elle replace le concept environnement dans une optique algérienne; c'est à dire en adéquation avec la nature ancestrale et historisque  du peuple Algérie.

 

Des termes arabes, tamazight et dérija, comme, par exemple,  Agama, El Wassat,  Douar ou bien encore Tawannit , ainsi que Tawazun, ou bien  encore  El Dénia,   doivent imprégner cette conception de l'environnement algérien moderne; même quand elle est exprimée en français ou dans une toute autre langue étrangère  parlée par peuple "Algérie";  où que ses enfants résident à travers le Monde.  

 

Elle propose surtout de replacer en Algérie le respect de l'environnement algérien au rang de valeur essentielle et fondatrice. Elle doit également rappeler que tous nos ancestres , sur ce territoire, avaient pour coutume de "laisser sa part à la nature"; quand ils profitaient de ses bienfaits naturels pour évoluer en harmonie avec leur milieu.

 

 

Articles:

 

 

"Article 1- Tout être vivant en Algérie  a  le droit, comme partout ailleurs dans le monde,  d’évoluer dans un environnement sain pour lui  ainsi que  son entourage.

 

"Article 2- Les indices écologiques  les plus élémentaires d’un environnement sain sont :

 

1. La  bonne qualité qualité et la quantité  d’eau disponibles pour chaque être vivants et en fonction de ses besoins naturels dans ce domaine ;

 

2. La bonne  qualité  et  quantité de l'air. L'abscence ou la faible quantité dans l’atmosphère de substances ou de particules nocives pour tous les êtres vivants évoluant   au sein de cet environnement ;

 

3. Des écosystèmes  dynamiques  ainsi qu’une biodiversité produisant  en qualité et quantité  capable de conserver  son taux d’endémisme, ainsi que la nature de ses espèces locales ;

 

4. Une couverture végétale suffisante en qualité et quantité, capable de jouer tous ses rôles écologiques et esthétiques au sein de cet environnement ;

 

5. Un habitat ainsi que des espaces publiques propres et agréables à vivre au quotidien. La présence soutenue de la végétation au sein de toutes les agglomérations urbaines et des espaces publiques. Une activité humaine soucieuse de respecter les habitats naturels de la faune et de la flore terrestre et maritime ;

 

6. Des modes de transports soutenables par l’environnement et la santé des espèces vivantes ; des transports en commun  peu bruyants ou polluants et  les moins énergivores possible.

 

7. Un environnement sonore sain, exempt d’impacts nocifs pour  la santé des être vivants au sein de cet environnement ;

 

8. L’absence  d’émissions  à proximité ou dans cet environnement  d’ondes, de fréquences ou de radiations  dangereuses ou potentiellement dangereuses pour la santé des êtres vivants résidants au sein de ces milieux et environnements ;

 

8. Un système de production et de consommation  respectueux  de l'environnement. 

 

10. L’accès à une alimentation saine en qualité et quantité   dont la production et la consommation est respectueuse de l'environnement. 

 

9. Un système énergétique durable  limitant au maximum ses impacts nocifs sur l'environnement.

 

10. La quantité et la qualité des déchets  présents. La revalorisation de ces déchets, leur faible stockage dans des décharges qu’elles soient sophistiquées ou non.

 

11. La qualité du climat et des micros climats. Les capacités   naturelles ou non de cet environnement  à s’adapter aux changements du climat. 

 

13. Des conditions garantes  du maintien d'un hygiène autant intime que collectif. L'indice le plus élémentaire, dans ce domaine, étant l'état sanitaire des toilettes publiques. 

 

14. Ces indices étant considérés comme élementaires, tout autre pourra être discuté et intégré ultérieurement dans cette présente déclaration; dès lors qu'ils concernent l'environnement de manière commune et générique du territoire algérien.

 

"Article 3- Les devoirs les plus évidents du citoyen et de la citoyenne Algériens vis-à-vis de l’environnement   sont :

 

_ Veiller par des gestes et attitudes quotidiens à ce que tous les indices cités dans l’article précédent soient positifs; et ce à l’échelle autant locale que nationale de l’environnement algérien.

 

_ Respecter la législation environnementale en vigueur en Algérie. 

 

_ Veiller à ce que cette législation soit appliquée par toute la société algérienne;  de même à ce qu’elle  soit toujours pertinente  à faire  respecter  l’environnement en Algérie.

 

_ S’informer et sensibiliser son entourage à propos de gestes et attitudes quotidiens respectueux de l’environnement.

 

_ Montrer l’exemple à son entourage et plus particulièrement au sein de son foyer. Agir pour la protection et la préservation de l’environnement et ce  même dans un contexte d’incivisme environnemental  collectif.

 

_ Participer par des  comportements quotidiens  à assurer un environnement sain aux générations futures algériennes. 

 

 

"Article 4 - Aucun citoyen ou citoyenne Algériens ne peut  se dédouaner de ses devoirs vis à vis de l'environnement et des milieux naturels en Algérie et ce, quelque soit son statut social ou ses responsabilités au sein de la société algérienne.

 

"Article 5 - Aucun citoyen ou citoyenne Algériens ne devrait être déchu de son droit à un environnement sain et ce, où qu’il réside en Algérie et quelque soit son statut social.

 

 

"Article  6 -1. Le droit à l’accès à l’eau potable, en qualité et en quantité suffisantes pour assurer la bonne santé d’un environnement est un des droits  et  besoin les plus indiscutables qu’il soit pour un être vivant. 

 

2. Le respect de la ressource aquifère locale et nationale est un devoir qui incombe à toute la société algérienne; c'est à dire dans son ensemble et sa totalité.  

 

3. Préserver les richesses hydriques du pays  relève de la responsabilité de l'ensemble des citoyens algériens.

 

4. Tous les citoyennes et citoyens  Algériens ont des droits pour connaître les procédés et choix  de gestion des ressources hydriques en vigueur dans leur pays et  sont appelés à respecter leurs devoirs, qu’elle soit domestique, agricole ou industrielle, d’une consommation responsable et raisonnée de l’eau.

 

"Article 7- La connaissance, l’étude  ainsi que le respect  de l'environnement  sont des garanties indispensables au bon développement économique, social et politique d’une nation moderne. La bonne gestion de l’environnement  est  un des gage les plus évident de la souveraineté des Algériens sur leur territoire  de même que sur la  bonne destinée des générations algériennes présentes et à venir. C'est pour cela que la formation universitaire, en matière d'environnement doit être à la fois portée par des visions locales, nationales, tout en s'inscrivant dans une volonté d'émulation internationale où la souveraineté environnementale de l'Algérie sera toujours  garantie. 

 

"Article 8-1 L'Etat algérien doit garantir le droit de chaque citoyen et citoyenne Algériens à vivre dans un environnement sain où évoluent des écosystèmes; et ce   dans le respect de leur intégrité biologique et géographique. 

 

2. L’Etat algérien a le devoir d’informer, de sensibiliser, d’éduquer  dès le plus jeune âge les citoyennes et citoyens Algériens aux respect  de l’environnement algérien.

 

3. L'Etat algérien a le devoir d'encourager et d'encadrer  les initiatives de la société civile en matière de protection et préservation de l'environnement. 

 

"Article 9- Les citoyens algériens  ont le devoir de participer et d’encourager les mesures gouvernementales prises pour préserver ou protéger l'environnement en Algérie.

 

 

"Article 10- L'implication, la consultation locale et nationale de la société civile dans les décisions politiques pouvant influer sur l'environnement  sont des facteurs positifs et essentiels à la mise en place d'un développement durable de la société algérienne. 

 

"Article 11- Les notions de  respect  et de préservation de l'environnement  sont indissociables de l'intérêt national qui doit lui-même être celui du peuple "Algérie".  En aucun cas une action entreprise par un citoyen ou une citoyenne algériens pour préserver ou protéger l'environnement  en Algérie ne devrait être condamnée comme une atteinte à l'intérêt ou à  la souveraineté nationale;  tant qu'elle restera  bien entendu respectueuse de la loi algérienne en vigueur.

 

 

"Article 12- Le  respect  de l’environnement doit figurer dans la Constitution algérienne comme  une éthique fondamentale et ancestrale   de la société algérienne.

 

 

"Article 13- Les  notions de poutrage  à  l’environnement,  d'atteinte  à  la biodiversité ou   de dégradation de  la nature doivent être inclus dans la législation algérienne;  et  ces délits punis par de sévères sanctions pénales; notamment pour les cas avérés de dégradations massives et volontaires de l’environnement à des fins purement mercantiles,   le plus souvent commises au détriment  de  l’intérêt commun des citoyennes et citoyens Algériens à disposer d'un environnement sain. "

 

"Article 14- L'Etat algérien a le devoir de précaution de s'assurer qu'aucune de ses  actions  ne puisse nuire  dangereusement à l'environnement ainsi qu'à  la santé publique locale   et nationale. Et cela à court, moyen et surtout long terme.

 

"Article 15- Toutes les lois environnementales en Algérie doivent être appliquées et  soutenues par  des  décrets d'appliquation efficients ainsi qu'une attitude volontaire de la part de l'ensemble de la société algérienne, Etat compris...

 

Article 16 : Cette déclaration est avant tout un texte symbolique qui propose une base commune à tous et tous ceux qui pensent et agissent au sein de le leur environnement;  comme dans un espace à la fois collectif, intime, de droits de jouissance, mais aussi de devoir de responsabilité. Elle n'est portée par aucun  parti politique, ni  algérien, ni  étranger et ne s'inscrit que dans une vision locale, nationale;   au service d'une collaboration équitable et juste;  quand elle doit se faire à  une échelle  plus régionale, continentale, ou même globale.

Projet rédigé et conçu par Karim Tedjani.

Toutes vos remarques et contributions seront les bienvenues...

N'oubliez pas de liker si vous partagez l'esprit de ce texte en projet...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article