Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Conformément à ses missions statutaires, l’Agence nationale des déchets (AND) a réalisé, tout au long de l’exercice 2014, une campagne de caractérisation des déchets ménagers et assimilées (DMA). L’objectif étant d’évaluer qualitativement les DMA afin d’orienter les techniques de recyclage et de traitement des déchets.

Suite à la campagne sus citée, l’Agence nationale des déchets a organisé, hier, en collaboration avec la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), une journée d’étude pour la restitution des résultats liés à cette campagne à l’Ecole Supérieure Algérienne des Affaires (ESAA).
Invité à prendre part à la journée d’information, le représentant du ministère des Ressources en eau et de l’Environnement, Fouad Belkhoudja, directeur de la politique de l’environnement urbaine (DPEU) a souligné que la stratégie nationale en matière de gestion des déchets ménagers et assimilés mise en œuvre en 2002 s’inscrit dans le prolongement de la loi 19/01 relative à la gestion de l’élimination et traitement des déchets.
 « Cette stratégie est en fait un programme ambitieux qui vise à éradiquer les décharges sauvages, améliorer le cadre de vie, réaliser les centres d’enfouissement (CET) et une gestion intégrée des déchets ménagers », précisera M. Belkhoudja à El Moudjahid.
Il ajoutera que la stratégie adoptée a donné lieu à la réalisation de 86 CET et 87 décharges contrôlées, des infrastructures avec lesquelles il a été procédé à l’enfouissement de pratiquement 70%, des déchets ménagers dont le gros va au sud du pays. Il a regretté cependant que le tri sélectif des déchets ne s’est pas encore développé « le tri des déchets reste encore très faible. A force d’enfouir tous les déchets dans casier numéro des CET on est arrivé à saturation, a cet effet nous sommes en train de réaliser un second casier », a-t-il expliqué.
Selon lui, l’enjeu à court terme pour l’Etat aujourd’hui est d’améliorer l’exploitation des casiers, qui est un métier nouveau qu’on doit maîtriser et allez vers le tri sélectif en amont en ramenant au CET les déchets non valorisable, « ce qui donnera une longue vie au CET et valoriser les déchets ménagers ». L’Algérie produit annuellement quelque 13,5 millions de tonnes de déchets et la valorisation de 30% de la totalité des déchets créera une forte activité et de nouveaux métiers en sus du recyclage.

« Aujourd’hui on doit travailler sur le binôme ‘‘Enfouissement-Tri’’, pour améliorer la gestion de nos CET et essayer d’atteindre un taux de tri de 20%, néanmoins cela se fera par l’implication de tous les secteurs », indiquera le DPEU.


Il ajoutera que l’Algérie s’est engagée, dans le cadre de la conférence sur le climat, à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 7% d’ici 2030. Cette proportion pourrait être étendue à 22% avec le support de la communauté internationale.


« L’Algérie doit mettre en avant des projets innovants pour réduire ses émissions de gaz et nos ministères se penchent sur de nombreux projets pour réaliser les objectifs tracés », précisera le représentant du ministère.


Pour sa part, M. Mouhoune a mis en avant le rôle de la CACI pour la promotion des entreprises notamment son apport dans la promotion de l’industrie de la récupération des déchets.
La CACI participe activement à la promotion de l’industrie de la récupération et de la valorisation des déchets à travers l’organisation dans le passé du colloque international sur la récupération et la valorisation des déchets REVAD et aussi à travers le projet d’organisation du 1er Salon international de la récupération et de la valorisation des déchets industriels prévu en octobre 2016 à Alger en collaboration avec l’AND.


La CACI contribue également à promouvoir l’investissement et sensibilise les jeunes promoteurs de projets notamment en matière d’opportunités d’affaires dans le domaine des déchets.
Mohamed Mendaci

----------------------------------

A propos de la gestion des déchets ménagers
La gestion des déchets est d’un apport économique non négligeable. "Si on arrive à trier et valoriser 30% des déchets, c'est déjà important" ont dans ce contexte affirmé les responsables du secteur. Constat confirmé par le directeur général de l'Agence nationale des déchets (AND), Karim Ouamane qui a estimé que le tri et la valorisation des déchets pourraient générer des gains économiques dépassant les 56 milliards de DA et des milliers de postes d'emplois directs.     
 Cette démarche permettra, également, de rationaliser l'exploitation du foncier nécessaire pour l'enfouissement, qui demande des espaces importants, selon M. Ouamane qui s'est basée sur une étude réalisée récemment par son agence.      Selon les résultats de cette étude, menée sur trois CET dans trois zones différentes du pays (nord, semi-aride et aride), les déchets ménagers des Algériens se composent de 54% de déchets organiques, 10% de papiers, 13% de textiles et 17% de plastique avec quelques différences entre les zones. Il y a lieu de signaler que l'Algérie est actuellement engagée en matière de limitation des effets du réchauffement climatique, d’où la nécessité de mettre en place des projets innovants pour revaloriser les déchets qui génèrent beaucoup de gaz à effet de serre. Il s’agit entre autres, de la valorisation du biogaz pour la production de l'électricité et le compostage pour les besoins de l'agriculture.  
M. M

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article