Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

NEW YORK (Nations Unies) - Le Programme de développement durable à l'horizon 2030, qui a été adopté par les dirigeants politiques du monde entier en septembre dernier à l'ONU, va officiellement démarrer ce vendredi, avec 17 objectifs à atteindre au cours des 15 prochaines années.

"Les 17 objectifs de développement durable sont la vision de l'humanité que nous partageons et un contrat social entre les dirigeants du monde et les peuples", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. "C'est une liste de mesures à prendre pour le bien de la planète et de ses habitants", selon un communiqué de l'ONU.

Les objectifs de développement durable, adoptés à l'unanimité par les 193 Etats Membres des Nations Unies lors d'un sommet historique, sont destinés à répondre aux besoins des populations des pays développés et des pays en développement et soulignent que nul ne doit être laissé pour compte.

Vaste et ambitieux, le Programme tient compte des trois dimensions du développement durable - sociale, économique et environnementale - ainsi que d'aspects importants liés à la paix, à la justice et à l'efficacité des institutions.

La mobilisation des moyens pour la mise en œuvre de ce programme, notamment les ressources financières, le développement et le transfert de technologies et le renforcement des capacités, ainsi que le rôle des partenariats, sont également considérés comme indispensables.

Beaucoup considèrent que la Conférence de Paris sur les changements climatiques a été le premier test de la volonté politique de mettre en œuvre le Programme.

"L'Accord de Paris est une victoire pour les peuples, la planète et le multilatéralisme. Pour la première fois, tous les pays du monde se sont engagés à réduire leurs émissions (de gaz à effet de serre), à renforcer leur résilience et à agir aux niveaux international et national pour traiter des changements climatiques. En abordant ces changements, nous faisons progresser le Programme de développement durable à l'horizon 2030", a déclaré M. Ban.

Faire de cette vision une réalité est avant tout la responsabilité des pays, mais il faudra aussi créer de nouveaux partenariats et renforcer la solidarité internationale. Chacun est concerné et a une contribution à apporter, a-t-il encore ajouté.

Les progrès devront être revus régulièrement dans chaque pays, avec la participation de la société civile, du secteur privé et des représentants de différents groupes d'intérêt.

Au niveau régional, les pays partageront leurs expériences et aborderont les problèmes qu'ils ont en commun, tandis qu'à l'ONU le Forum politique de haut niveau pour le développement durable fera, chaque année, le point des progrès accomplis à l'échelon mondial, identifiera les lacunes et les questions nouvelles et recommandera des mesures correctives.

Les 17 objectifs de développement durable et les 169 cibles du nouveau programme seront suivis et examinés à l'aide d'un ensemble d'indicateurs mondiaux. Ceux-ci seront compilés dans un rapport annuel sur l'état d'avancement des objectifs de développement durable.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article