Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Le CDER préconise la réalisation de 1 million de toits solaires en Algérie

Le directeur général du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), Nourredine Yassa, préconise un changement de stratégie. Au lieu des « grandes centrales clés en main » réalisées par des étrangers, l’Algérie doit miser sur de mini-centrale de 3 à 4 mégawatts qui seront réalisées par des Algériens.

 

La conjoncture économique actuelle impose un changement de stratégie, en matière de développement des énergies renouvelables.

Le programme national de développement des énergies renouvelables, révisé en février 2015, s’est fixé pour objectif de produire 37 % des besoins du pays en électricité, à partir de ressources renouvelables (Photovoltaïque et éolien notamment), soit 22 000 mégawatts. Cet objectif semble désormais hypothéqué. Le financement des projets de réalisation des grandes centrales se pose avec acuité, après l’effondrement des prix du pétrole.

Pour s’adapter avec cette situation, le directeur général du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), Nourredine Yassa, préconise un changement de stratégie. Au lieu des « grandes  centrales clés en main » réalisées par des étrangers, l’Algérie doit miser sur de mini-centrale de 3 à 4 mégawatts qui seront réalisées par des Algériens. « Avec la raréfaction des ressources financières, il faut réfléchir à une autre stratégie pour atteindre 4500 mégawatts en 2020 »,  a déclaré Yassa, aujourd’hui lundi, sur les ondes de la radio chaîne III.

Le CDER recommande, à cet effet, l’ouverture du champ du renouvelable au secteurs résidentiel (ménages) et tertiaire (administrations, universités, hôpitaux…). Il s’agit concrètement d’installer des équipements solaires au niveau des toitures. 

Impliquer les banques

L’Algérie peut, selon le DG du CDER, lancer un programme de 1 millions de toits solaires qui sera financé par les banques, dans le cadre du crédit à la consommation. Le taux d’intégration national dans la fabrication des équipements (batteries, modules photovoltaïque…) se situe entre 70 et 80 %, avance Nourredine Yassa.

Les crédits bancaires doivent être sans intérêts pour encourager les ménages à s’engager dans ce projet. « Le citoyen deviendra un producteur d’électricité ». Ccela généra un « boom d’activité » pour les PME algériennes spécialisées dans ce domaine, dit-il encore.

Nourredine Yassa a indiqué que le programme de 20 centrales, dont la réalisation est confiée à CKTM, une filiale Sonelgaz,  est « en phase de finalisation ».

Outre le solaire et l’éolien, le CDER explore d’autres gisements potentiels, à l’exemple des déchets et des eaux usées, pour produire de l’énergie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article