Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Beaucoup trop d'enfants, en Algérie, sont privés quotidiennement d'un rapport intime  avec le végétal, le minérale et l'animal, si ce n'est qu'en tant que denrées consommables...Comment leur inculquer l'amour et le respect de la nature si ils ne la connaissent pas?(Photo: Tedjani K)

Beaucoup trop d'enfants, en Algérie, sont privés quotidiennement d'un rapport intime avec le végétal, le minérale et l'animal, si ce n'est qu'en tant que denrées consommables...Comment leur inculquer l'amour et le respect de la nature si ils ne la connaissent pas?(Photo: Tedjani K)

 

En ce moment, dès lors qu'il est question d'environnement, la plupart des politiques et médias algériens n'ont de cesse de nous haranguer au recyclage des déchets. On ne parle plus que de cela et, on a presque l'impression que la politique algérienne en matière d'environnement, se limite à  relever un tel  louable défi.  Pourtant, dans les faits cette activité ne se développe vraiment, faute d'un contexte algérien favorable à l'innovation ainsi que la gestion durable des ressources locales.

Comme si la santé écologique d'un pays pouvait se  résumer à cette unique question; certes elle est essentielle et corollaire à bien d'autres problématiques du même ordre. Mais cette activité ne saurait  malheureusement  suffire à résoudre tous les problèmes environnementaux de l'Algérie. Il y a bien d'autres thématiques primordiales, dans ce domaine, qui méritent une telle couverture médiatique ainsi que le volontarisme affiché dans les discours politiques.

On parle de moins en moins, dans les débats publiques,  de l'urgence d'un respect de la faune et de la flore comme une  valeur citoyenne. Les dénonciations  contre les délits à l'environnement se font moins virulentes, voire moins présentes dans les médias algériens. De  nombreux périls écologiques et sanitaires. ignorés, qui menacent ou menaceront un jour l'environnement des Algériens;  à force d'une gouvernance environnementale des plus hasardeuse. autant que des moins sincère à résoudre les problèmes en profondeur.

Le fait est que seuls les secteurs environnementaux pouvant générer d'éventuels nouveaux bizness juteux, comme celui de la gestion des déchets ou des énergies renouvelables, semblent avoir les faveurs de la gouvernance algérienne qui, une fois de plus, invoque le manque de savoir-faire local pour justifier le renfort de "partenaires" étrangers sur le marché national...

A mon sens, en ce qui concerne un tel système de penser et d'agir, il ne s'agit pas  ici de  chercher un moyen ou un autre de le recycler, mais bien de le considérer comme un déchet hautement toxique pour l'environnement de la société algérienne, passé, présent et futur...

Comment peut-on gérer sereinement l'environnement dans un pays pollué bien au delà de son espace physique?Je pense que cette question n'est pas malvenue et que nous devrions tous y réflechir quand nous pensons qu'il suffira de grimer ça et là de vert notre économie pour maintenir le même cap, en affichant le changement. Ce n'est pas seulement de changement dont il s'agit, mais  aussi de reconstituer quelque chose qui est propre à l'Algérie, à son histoire, à son écologie passé à la trappe; autant que  d'une dénaturation systématique de la nature algérienne, au sens large du terme...physique, matériel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article