Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

17 février 2016

La Méditerranée réussit l’exploit d’être à la fois un des hotspots de biodiversité de la planète et une mer où 96 % des espèces sont surexploitées. MSC pose ses jalons pour initier une démarche de durabilité avec le projet Medfish.

Quinze ans après son lancement, le label MSC, qui certifie les pêcheries durables, couvre environ 10 % des tonnages capturés. L’ordre de grandeur est similaire en France. Mais la Méditerranée fait figure d’exception : aucune pêcherie n’est certifiée. Avec 96 % des stocks en surexploitation, il serait bien difficile de délivrer un label. Et l’horizon s’annonce sombre, avec l’augmentation de la population (100 millions de riverains supplémentaires dans 20 ans), l’intensification attendue du tourisme, de la pêche de loisir, des transports maritimes, de l’aquaculture et de l’exploration pétrolière et gazière.

« Il faut soutenir la pêche durable », milite Joséphine Labat, chargée de projet « pêche durable » au WWF. L’association lance avec MSC le projet franco-espagnol Medfish, soutenu par trois fondations. Une centaines de pêcheries côtières – 50 françaises, 50 espagnoles – représentatives de la pêche en Méditerranée sont suivies depuis septembre 2015 pour comprendre leurs spécificités : espèces pêchées, matériel utilisé, quantités capturées pour estimer l’état des stocks, système de gestion, etc.

A partir du printemps 2016, 14 pêcheries (7 françaises et 7 espagnoles) se soumettront à la pré-évaluation de la durabilité sur les critères du label MSC, afin d’identifier les points forts et les axes de progrès. « Enfin, un plan d’action leur sera proposé », indique Margaux Favret, responsable Pêcheries chez MSC France. Sans aller jusqu’à l’obtention d’un label, qui n’est pas envisageable avant trois ans quatre ans. Actuellement, il n’existe aucun plan de gestion en Méditerranée ni de quotas, hormis pour le thon rouge.

« Nous souhaitons intégrer dans ce projet toutes les parties prenantes : scientifiques, ONG, gouvernements, communautés de pêcheurs (prud’homies), distributeurs, etc. Ce groupe consultatif nous conseillera pour être sûr que le projet va dans la bonne direction », argumente Margaux Favret.

 

AC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article