Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

TAMANRASSET - Une série d’actions visant la préservation de la biodiversité du parc culturel national de l’Ahaggar a été retenue pour les zones de Tafdest et Taïssa (Nord de Tamanrasset), a-t-on appris mercredi des responsables de ce projet.

Visant à aider les populations de ces régions du parc, favorables à l’exécution du projet, ces initiatives, dont la première phase a été lancée dans la zone de Taïssa avec ses deux groupements d’habitants Almane et Tarhanet, prévoit la distribution de 16 kits solaires à des nomades, l’équipement de deux forages en pompes solaires.

L’opération devra contribuer à l’amélioration des conditions de vie des nomades et leur fixation, ainsi que leur implication à ce programme de préservation de la biodiversité, a précisé la chargée de communication à la direction nationale du projet de préservation de la biodiversité, Narimen Saheb.

Une action similaire sera lancée en mars prochain dans la zone de Tafdest, sous l’égide de la direction nationale du projet de préservation de la biodiversité et le concours de l’office du parc culturel national de l’Ahaggar, a-t-elle ajouté.

Cette opération consiste, selon la même source, en la mise en place de caméras numériques sophistiquées à des points précis des sites concernés par la biodiversité, avec une formation des membres de la population locale sur la manipulation de ces équipements, en vue d’étudier les conditions naturelles de cet écosystème sur la base desquelles seront arrêtés des programmes visant leur préservation.

Le projet de préservation de la biodiversité d’intérêt mondial et l’utilisation durable des services éco-systémiques dans les parcs culturels en Algérie, a été lancé, dans sa première phase, en septembre 2005 pour une durée de trois ans en vue de renforcer les mécanismes et instruments de gestion de la biodiversité, au plan juridique et institutionnel, pour ce qui concerne les parcs du Tassili et de l’Ahaggar, a-t-on rappelé.

Placé sous l’égide du ministère de la Culture, avec le concours du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ce projet a donné lieu au lancement, en 2013, de sa seconde phase, devant s’étaler jusqu’à 2019, pour sa généralisation aux autres parcs culturels, à savoir ceux de l’Atlas Saharien, de Tindouf, et du Tidikelt- Gourara-Touat, selon les responsables de l’office du parc culturel national de l’Ahaggar.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article