Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

AIN TEMOUCHENT- Des procédures pratiques portant sur la réhabilitation de la zone humide du bassin de Sidi Ameur dans la commune de Ouled Kihal (20 km d’Ain Temouchent) ont été retenues de concert avec les responsables de cette collectivité locale, a-t-on appris mardi du chef de bureau faune et flore de la conservation des forêts.

Faisant suite à l’assèchement de ce petit barrage causé par la sécheresse sévissant dans la région et l’oeuvre humaine, ces procédures, décidées lors d’une réunion regroupant les responsables de l’APC et de la conservation des forêts, portent sur l’identification et le recensement des agriculteurs usant du pompage d’eau de ce bassin, leur sensibilisation et la régulation du pompage, a indiqué M. Hachemi Farid à l’APS.

Toutes ces mesures ne seront effectives qu’après le remplissage de la retenue par les eaux pluviales, a-t-il ajouté.

Recensé parmi les projets de classement des zones humides de la wilaya d’Ain Temouchent, le petit barrage de Sidi Ameur qui s’étend sur une superficie de 28 hectares, selon la fiche technique de la conservation des forêts, a subi, en fin d’année écoulée, les aléas de la sécheresse et du pompage accru de ses eaux, a fait savoir ce responsable, rappelant que 60 % des oiseaux migrateurs transitaient par cet endroit.

Doté d’une végétation forestière dominée par le pin d’Alep, ce site naturel renfermait une faune et une flore importantes, faisant de lui un endroit potentiel pour le tourisme, la pêche et autres loisirs.

Sa faune se caractérise par des espèces reptiles, des amphibiens et des poissons d’eau douce. Pas moins de 10 espèces d’oiseaux très rares menacés d’extinction à l’échelle mondiale, transitaient par ce lieu, à l’instar de l’échasse blanche, le col vert, la foulque, le goéland et l'aigrette.

Sur le plan économique, cet espace se caractérise par son aspect régulateur du régime des eaux, a-t-on indiqué, soulignant que l'aridité peut être dépassée par une pluviométrie et l’application des mesures décidées.

De ce fait, les zones humides de la wilaya d’Ain Temouchent sont passées de 15 en 2015 à 14 cette année, a-t-on signalé. Les autres zones humides recensées cette année, dont celle de l’île de Rachegoune d’importance internationale classée en 2011 selon la convention Ramsar, sont composées notamment de retenues collinaires, oueds et de lacs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article