Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Le bureau de l’Afrique du Nord de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) a consacré une session spéciale sur le thème :
« Economie verte, une voie pour l’accélération industrielle de l’Afrique du Nord », à l’occasion de sa 31e réunion du CIE.

Le Comité intergouvernemental des experts (CIE) du bureau de l’Afrique du Nord de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) s’est penché ce mardi à Rabat les perspectives d’expérimentation de la piste de l’économie verte pour accélérer l’industrialisation de l’Afrique du Nord. Il a relevé, à l’occasion de l’ouverture de la 31e réunion du comité intergouvernemental d’experts de l’Afrique du Nord que les économies à forte industries extractives ont fortement subi l’impact de la baisse des matières premières (Mauritanie et Algérie), tandis que d’autres souffrent du contexte sécuritaire défavorable, qui a touché les secteurs touristiques à l’instar de la Tunisie ou de l’Egypte.

D’où la nécessité, selon lui, d’aller expérimenter de nouvelles pistes pour sortir la région de ce marasme. Notamment celle de l’industrialisation par l’économie verte surtout que les effets des changements climatiques s’accélèrent et que les pays de la région se sont engagés dans l’accord de Paris sur le climat, qui devrait être signé le 22 avril prochain, à s’orienter vers des économies à faible émission en carbone.
Quid du financement ?
Les experts internationaux intervenant sur ce sujet ont examiné dans quelle mesure l’économie verte peut contribuer à accélérer la transformation structurelle de l’économie de la région avec comme finalité l’intégration du tissu économique local dans les chaînes de valeur mondiales.

Même s’ils s’accordent sur le fait que la voie de l’économie verte va indéniablement générer des emplois et améliorer les conditions de vie des populations, la question lancinante du financement a été largement débattue.

Il en ressort que les pouvoirs publics doivent impulser la dynamique de l’économie verte « en montrant » la voie au secteur privé, composé essentiellement de PME, incapable de s’engager « tant qu’il n’y a pas de signaux sur le développement de ce marché au niveau local d’abord », estime Mme Merien Bekaye, experte au sein de CEA, soulignant que le dialogue entre les pouvoirs publics et le secteur privé est impératif avant la mise en marche du processus .
R. E.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article