Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Amar Adjili, super-héros de l'environnement (Portrait de Nassima Guettal)

S’il y a quelqu'un qui mérite le surnom de "Superman" pour moi, c'est bien lui. Mr Amar Adjili, la quarantaine, le visage et bras bien bronzés, des chaussures de ballade, des gants... en s'approchant et discutant avec l'Homme; on découvre qu'il est un passionné de la nature.

Sinon jamais il ne pourrait faire ce qu'il faisait. Vous vous demandez ce qu'il faisait de spécial? ? Je vous dis que depuis 18 jours il se lève à 5h du matin pour descendre à la plage de Chenoua et il ne la quittait pas avant 20h du soir.

Oui, il est là mais pas pour nager, ni apprécier la beauté de la plage et de la mer, ni pour pêcher non plus. Lui il passait ses journées à nettoyer la plage. A ramasser des tas et des tas d'ordures qui polluent la plage et la mer.

Il le fait avec des petits moyens, mais il le fait. Il faut vraiment avoir du courage, de la patience mais surtout de la passion pour nettoyer 3 km de plage tout seul. Aujourd'hui, en étant pour aider un peu, avec Amine Labter, et Mme Ratiba qui l'aidait depuis quelques jours aussi, j'étais émerveillée par l'énergie et le charisme qu'il dégage.

Mais par contre, j'étais choquée par la passivité des gens qui sont là et qui ne s'impliquaient pas. Choquée par la réponse d'un jeune auquel on a demandé de ne pas laisser ses ordures là, et qui nous balance « Ce ne sont pas mes ordures »

Des petits enfants auxquels j'essayais d'expliquer que la plage nous appartient tous et que ça serait gentil de leur part de participer et qui me disent « Tu nous payes on travaille » ou en se foutant de ma gueule « Nous on nettoie, les autres viennent polluer »

Là Amar m'a dit « Je me demande si ce que je faisais aboutira à quelque chose! !! «

Une autre question qu’il nous a posé à maintes reprises : « Allons-nous vivre dans un monde meilleur un jour? «

Amar, malgré qu'il soit seul, qu'il est presque délaissé par nous ses concitoyens et les autorités, il compte quand même continuer son boulot. Et aller plus loin encore. Le prochain projet d’Amar est le Djurdjura.

C'était un plaisir de vous avoir rencontrés Amar et Ratiba. Merci pour le déjeuner, et le café Ratiba. Des actions pareilles sont à multiplier et à encourager. Mais surtout à se mobiliser autour d’elles.

Nassima Guettal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CHAIBI Karim 05/06/2016 11:10

Amar, je vous soutiens dans votre combat pour préserver ce qui peut encore l'être sur les plages d'Algérie. Pendant les années 70-80 ces plages étaient enviées car parmi les plus vierges de la Méditerranée. Avec les années 90, beaucoup de sang et de larmes s'y sont déversées...et beaucoup de valeurs les ont suivi. Aujourd'hui, c'est l'empoisonnement général qui menace la population algérienne, notamment la mer. Avec votre travail que j'admire (j'y avais déjà pensé souvent mais me décourage face à l'inertie d'une grande partie de la population) vous participez à la prévention de nombreuses maladies .
Vraiment si ces personnes qui vous ont agressés et les pollueurs savaient leur responsabilité...!
Je vous soutiens fraternellement !

Karim Chaibi (auteur-cartographe)

Farid 13/05/2016 12:47

Amar et Ratiba merci pour tous ce que vous faite. Vous représenté l’exemple a suivre. Surtout n’arrêtez pas. Je pense moi même faire quelques chose de similaire.

Ferkous Abdallah 09/05/2016 13:19

Un grand bravo pour si Amar Adjili , il n'y a pas de mots pour qualifier ce geste de citoyenneté,cela nous montre que la prise de conscience individuelle d'une personne peut lui procurer une force mentale et physique lui permettant d’accomplir des taches qui dépassent ses capacités , et par conséquent il peut réaliser à lui seul un volume et un espace de travail considérable.Vous responsables, associations, institutions étatiques, réveillez vous .

khaled 08/05/2016 21:46

Salam, un grand salam a amat et ratiba mais ce qui est des dechets si vous avez des decideursdans votre agenda, je pourrai vous donner les coordonnees d'un chercheur algerien en france quia un systeme qui a partir des dechets domestiques ou hospitaliers peut generer du courant electrique
K. Mahfoudh