Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écolo de Karim Tedjani

Source Web

Compenser pour panser la biodiversité en péril ?

Au lendemain de la consultation sur Notre-Dame-des-Landes, Parlons Pro se penche sur la compensation écologique. Ce procédé dit de réparation de la nature est-il efficace ? Accusée d'être un permis de détruire, la compensation fait débat à l'heure de l'examen du projet de loi sur la biodiversité.

Lorsqu'un maitre d'ouvrage détruit de la biodiversité, il a une dette envers la nature : la réparer. C'est ce principe qui sous-tend l'obligation de compenser les impacts des projets d'aménagement sur l'environnement. Inscrite dans la loi sur la protection de la nature de 1976, la compensation est la troisième étape d'un triptyque qui consiste à éviter et réduire les impacts et en dernier recours les compenser. Jusqu'ici peu contrôlée, cette obligation devrait être durcie dans le projet de loi sur la biodiversité qui doit être définitivement adopté cette année.

 

Basé sur le principe d'équivalence écologique ce procédé ne fait pas l'unanimité. Au coeur de projets très controversés comme celui de Notre-Dame-des-Landes et du barrage de Sivens, il est perçu comme un permis de détruire et une facon de s'acheter une bonne conscience tout en autorisant des amenagements surdimensionnés ou peu scrupuleux à l'égard de l'environnement.

De son côté Actu-Environnement a choisi de s'interroger sur l'efficacité de la compensation. Peut-on recréer un milieu ? Toutes les espèces s'en sortent-elles indemnes ? Que compense-t-on et via quelle méthodologie ? Et quels sont les retours d'expérience ?

Pour y répondre, Marie Jo Sader reçoit sur ce nouveau plateau de Parlons Pro:

Bernard Chevassus-au-Louis
Agrégé de sciences naturelles, normalien, Président de l'association Humanité et Biodiversité
Philippe Thiévent
Docteur en écologie, directeur de CDC Biodiversité: filiale de la Caisse des Dépôts
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article