Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Karim Tedjani

La mauvaise qualité de l’air est la troisième cause de décès prématurés derrière le tabac (78 000 morts) et l’alcool (49 000 morts), selon une étude de Santé publique (la nouvelle agence regroupant l’ex-INVS, Inpes et Eprus).

La pollution de l’air tue autant que l’alcool

Mortelle pollution de l’air : chaque année, les particules fines sont responsables d’environ 48 000 morts prématurées en France, soit 9 % des décès.

La mauvaise qualité de l’air est la troisième cause de décès prématurés derrière le tabac (78 000 morts) et l’alcool (49 000 morts), selon une étude de Santé publique (la nouvelle agence regroupant l’ex-INVS, Inpes et Eprus).

L’exposition à la pollution de l’air, notamment aux particules les plus fines (PM 2,5), contribue au développement de maladies cardiovasculaires (infarctus…), respiratoires ou encore neurologiques, et de cancers. Elle favorise également des troubles de la reproduction et du développement de l’enfant.

Grandes villes et communes rurales sont toutes touchées : dans les zones urbaines de plus de 100 000 habitants, les particules fines entraînent une baisse de l’espérance de vie à 30 ans de 15 mois en moyenne. Dans les villes de 2 000 à 100 000 habitants, la diminution d’espérance de vie est de 10 mois en moyenne. Dans les zones rurales, elle est de 9 mois. La campagne n’est donc pas une protection absolue.

Pourtant, la grande majorité des décès seraient évitables si de véritables mesures de lutte contre la pollution étaient prises. « Si l’ensemble des communes réussissaient à atteindre les niveaux de PM 2,5 observés dans 5 % des communes les moins polluées de la même classe d’urbanisation, 34 000 décès [prématurés] pourraient être évités chaque année », note l’étude. Et les personnes de 30 ans gagneraient en moyenne 9 mois d’espérance de vie, voire plus d’un an, dans les zones les plus polluées qui regroupent 19,6 millions d’habitants.

Les pics de pollution concentrent l’attention et servent de signal d’alerte. Mais c’est l’exposition chronique à la pollution, quotidienne et dans la durée, qui a l’impact le plus important sur la santé, les pics de pollution ayant un effet marginal. Cet impact sanitaire a aussi un coût pour les finances publiques. Un rapport sénatorial l’estimait l’an dernier entre 68 et 97 milliards d’euros par an.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article