Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écolo de Karim Tedjani

Ainsi, ce sont les principales villes de Ksar El-Boukhari, Berrouaghia, Tablat, Béni Slimane, El-Omaria, El-Azizia, Sidi-Naâmane, Guel-Kébir, entre autres localités, soit la moitié de la population de la wilaya qui compte plus de 900 000 âmes, qui souffre depuis 4 jours du manque d’approvisionnement en eau potable.

Par EL BEY M.

L’alimentation en eau potable des agglomérations de la wilaya de Médéa à partir du barrage de Koudiet Acerdoune (Bouira) est coupée, depuis samedi dernier, à la suite d’une panne technique survenue sur toute la longueur des canalisations du réseau d’adduction.

C’est par le biais d’un communiqué laconique de l’ADE et lu à la radio locale, lundi, que la population a appris que le problème de manque d’alimentation qui touche plus d’une vingtaine de localités ne sera réglé que progressivement ; dès la réparation de la panne de la station de pompage SP-00 située dans la wilaya de Bouira.

Ainsi, ce sont les principales villes de Ksar El-Boukhari, Berrouaghia, Tablat, Béni Slimane, El-Omaria, El-Azizia, Sidi-Naâmane, Guel-Kébir, entre autres localités, soit la moitié de la population de la wilaya qui compte plus de 900 000 âmes, qui souffre depuis 4 jours du manque d’approvisionnement en eau potable.


Selon le communiqué, les travaux de rétablissement de l’alimentation n’interviendra que progressivement à partir de la journée de lundi passé sur les réseaux de distribution des villes et localités concernées.   


Il faut rappeler que le risque de rupture de l’approvisionnement en eau potable du mégaprojet de barrage de Koudiet Acerdoune est un aléa dont il doit être tenu compte dans les prévisions de stockage et de distribution d’eau pour près de 30 communes, et pour assurer le transport de plus de 200 000 m3 par jour.    


Le projet de barrage de Koudiet Acerdoune a permis de répondre aux besoins en eau de l’importante agglomération de Ksar El-Boukhari qui a été confrontée des années durant au problème d’approvisionnement car alimentée du champ de captage de Birine dans la wilaya de Djelfa, des conduites d’une longueur de plus de 90 km qui étaient souvent l’objet de destruction de la part des éleveurs de la région pour les besoins de l’abreuvement de leur cheptel et aussi des vendeurs d’eau.

M. EL B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article