Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web

Samedi, 11 Juin 2016 13:43

 

 

 
 
Mets traditionnels: la "Guertoufa" fait recette à Ghardaïa
 
 

GHARDAIA- Guertoufa (camomille sauvage du désert) est une plante aromatique et potagère qui s’invite durant le mois de Ramadhan dans les assiettes de chorba, Harira ou El-Hassa, plats incontournable pour rompre le jeûne dans le sud algérien.

Malgré la chaleur écrasante en ce mois sacré, des dizaines de Ghardaouis recherchent cette plante aromatique, appelée aussi wazwaza, auprès des herboristes pour l’utiliser comme condiment incontournable dans les plats culinaires de la région du sud depuis des siècles.

Cueillie dans les hamadas du sud algérien, notamment dans les régions de Bechar, El-Bayadh, Naâma et In-Amenas ainsi que dans les hauts plateaux, à la fin du printemps, cette plante spontanée est utilisée, après séchage et broyage, comme épice pour relever et adoucir la chorba ou El-Hassa, et lui donner des saveurs et des couleurs.

Une frénésie commerciale s'empare ces jours-ci des consommateurs qui se ruent sur des produits de large consommation et autres produits et condiments pour la préparation d'un F’tour copieux et bien garni, majestueusement rehaussé, à l'instar de toutes les régions du pays, par l’indétrônable Chorba, harira ou El-Hassa.

Plat typique et populaire par excellence du Maghreb, très prisé par toutes les classes sociales durant le mois de jeûne, les ménagères s’appliquent avec beaucoup de goût et de finesse à la préparation de ce délicieux et savoureux plat dont le secret de réussite réside dans le dosage et le mélange savant d’épices et herbes aromatiques.

 

Un art culinaire ancestral

 

La camomille sauvage du désert était utilisée dans la gastronomie ancestrale, a fait savoir un herboriste de Ghardaia, précisant que l’art culinaire se transmet de mère en fille, jalousement gardé car chacune cherche à se distinguer de l’autre pour la réussite d’un plat délicieux dont des ingrédients très recherchés et préparés à partir de plantes sont utilisés pour le parfumer.

Approché par l’APS, l’herboriste Boumediene Djebrit a estimé que l'avènement du Ramadan change complètement les habitudes des habitants de la ville, à travers les préparatifs culinaires et la préférence pour certains condiments dont Guertoufa.

Pour Ami Salah, qui dirige un commerce d’épices dans le souk de Ghardaia, le mois de Ramadhan connaît une affluence massive des clients pour s'approvisionner en produits nécessaires à la préparation de différents plats typiquement ramadhanesques, parmi lesquels Guertoufa, une plante très prisée par les habitants du Sud.

Même son de cloche du côté d’un herboriste de Theniet El-Makhzen pour qui le Ramadhan est une occasion pour améliorer ses profits, surtout que les produits qu'il vend sont particulièrement prisés par les ménages.

Les épices et autres herbes aromatiques ont une grande place dans la cuisine algérienne, en ce sens qu'elles aident à la digestion et donnent plus de plaisir et de saveurs aux mets et autres repas, a-t-il précisé, ajoutant que les épices ont des bienfaits sur la santé.

La gastronomie ghardaouie a ainsi réussi à résister aux changements des tendances et habitudes culinaires, et les Ghardaouis tentent, tant bien que mal, notamment durant le mois sacré du Ramadhan, de préserver leurs traditions culinaires, les épices et autres condiments et de les transmettre aux nouvelles générations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article