Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Cabas: le papier pollue plus que le plastique...

«La plupart des sacs en papier distribués en Suisse ne sont pas recyclables, car ils sont traités avec des produits imperméabilisants ou disposent d’un film très fin en plastique servant contre l’humidité», explique Michel Pikhanov, directeur des ventes auprès de BioApply.

Par William Türler. Mis à jour le 11.01.2014

On pense qu’ils sont en papier, donc recyclables. Mais les sacs vendus 30 centimes à la caisse des supermarchés sont difficiles à recycler car ils contiennent du plastique afin de garantir leur solidité. Selon leur fréquence d’utilisation, leur bilan écologique s’en trouve nettement amoindri et se révèle même pire que celui des sacs en plastique PET, en vente aux mêmes caisses.

«La plupart des sacs en papier distribués en Suisse ne sont pas recyclables, car ils sont traités avec des produits imperméabilisants ou disposent d’un film très fin en plastique servant contre l’humidité», explique Michel Pikhanov, directeur des ventes auprès de BioApply. Sa société basée à Gland (VD) développe des sacs, des emballages et d’autres applications biodégradables en privilégiant les matières d’origine végétale.

Selon lui, l’impact environnemental des sacs en papier pose par ailleurs un problème au niveau de la consommation d’eau nécessaire à leur fabrication: jusqu’à 3,3 fois plus importante que pour un sac en plastique traditionnel! De plus, ces cabas sont souvent utilisés comme récipient pour le vieux papier. Ceci alors même que les règlements communaux sur la gestion des déchets (dont celui de la Ville de Lausanne) exige qu’aucune matière ne soit mélangée au papier et au carton lors du dépôt, qu’il s’agisse de sacs, de liens en plastique, d’emballages de magazines, de papiers plastifiés, de trombones ou de sagex.

Tout comme les enveloppes à fenêtre en plastique, les cabas traités contre l’humidité péjorent la qualité du papier collecté et compliquent le processus de recyclage, du fait du traitement supplémentaire à effectuer pour en extraire la matière synthétique.

Habituellement, les cantons alémaniques se montrent beaucoup plus stricts sur les sujets écologiques que les cantons latins. Cette longue tradition permet d’atteindre outre-Sarine des qualités de papier auxquels les producteurs romands ont renoncé, explique Vincent Rossi, président des Verts lausannois et analyste chez Quantis, une société spécialisée dans le cycle de vie. «La question est de savoir comment améliorer les filières de recyclage. Les coûts apparaissent chez les récupérateurs et sont supportés par les contribuables. J’ai la nette impression que nous sommes en retard en Suisse romande.» De son côté, la coprésidente des Verts suisses, Adèle Thorens Goumaz, relève que la question de l’impact écologique des sacs de supermarchés est précisément à l’ordre du jour au Parlement et au sein de l’Administration fédérale.

Migros laisse le choix au client

Du côté des distributeurs, Migros se déclare consciente du bilan écologique négatif des cabas en papier, mais ne souhaite pas mettre ses clients devant le fait accompli en supprimant ces très populaires contenants. Le géant orange essaie d’encourager l’achat de sacs plastique recyclables en vente aux caisses au prix de 2 fr. «Il n’est pas rare que les cabas à 30 centimes en papier ne servent qu’à une ou deux reprises, souligne la porte-parole Monika Weibel. Alors que les modèles en plastique peuvent être réutilisés des dizaines de fois tout en demeurant en parfait état, même mouillés.»

Depuis novembre, Migros Vaud a choisi de proposer les sacs de BioApply, au prix de 5 ct. Biodégradables et réutilisables, ceux-là sont similaires à ceux en plastique, distribués auparavant gratuitement aux caisses.

Pour sa part, Coop a renoncé aux produits imperméabilisants, et recommande, en cas de forte pluie, d’opter pour un sac en PET réutilisable, puisqu’elle ne peut exclure que ses sacs en papier ne se déchirent une fois trempés.(Le Matin)

Créé: 11.01.2014, 09h24

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article

Rahmani Fatima 11/07/2016 11:50

C'est vrai, mais le couffin est inusable, le mien a été acheté il y-a plus de dix ans!! et vous avez raison, le tissu recyclé est une option écologique encore plus intéressante!

karim tedjani 11/07/2016 12:00

Si votre couffin est inusable, c'est bien parce qu'il n'a pas été fabriqué de manière industrielle...si on devait se servirt exclusivement de cet objet dans un pays de 40 millions d'individus, ils seraient produits à la chaine et donc avec une qualité qui n'atteindra jamais celle de votre couffin fabriqué il y a dix ans par de vrais artisans....En tout cas, continuez a l'utiliser! bravo.....

Rahmani Fatima 11/07/2016 09:18

Il n'y-a pas mieux que le bon vieux couffin en alfa.

karim tedjani 11/07/2016 11:07

Bonjour, moi je préfère l'option sac en tissu recyclé...car s'il fallait produire de l'alfa pour produire des couffins pour l'ensemble de la population, ce serait un véritable problème écologique...