Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par revue de Web écolo de Karim Tedjani

l’arrachage massif des arbres formant la ceinture verte autour du siège de la commune, l’assèchement de l’oued Cheliff, l’urbanisation accélérée en piémont et la forte pollution générée par le trafic important de véhicules.

 

La vallée du Cheliff est considérée comme la région la plus chaude du nord du pays. A ce phénomène est venu se greffer un fort taux d’humidité rendant la vie infernale pour les habitants, comme c’est le cas actuellement.

Est-ce dû au réchauffement climatique qui affecte toute la planète, à la dégradation de l’environnement, ou parce que la ville est construite dans le creux de l’oued Cheliff ? On peut incriminer tous ces facteurs à la fois, mais les deux premiers, de l’avis d’observateurs avertis, semblent les plus importants, car de mémoire de Chélifien, on n’avait pas connu pareille variation climatique avant les années 1980. A tel point que la plupart des foyers n’étaient pas équipés d’appareils de climatisation, hormis la cité administrative et la recette principale de la poste.

Alors, comment la ville de Chlef est-elle devenue une fournaise où la température dépasse souvent 40° en été ? Les avis sont unanimes pour affirmer que la dégradation continue de l’environnement est la principale cause du problème. On dénonce, à ce propos, l’arrachage massif des arbres formant la ceinture verte autour du siège de la commune, l’assèchement de l’oued Cheliff, l’urbanisation accélérée en piémont et la forte pollution générée par le trafic important de véhicules.

Il est évident que ce paysage de désolation rend la vie plus pénible et plus contraignante pour les habitants de ce grand carrefour, surtout avec l’absence de piscines, de lieux de loisirs et de détente et d’espaces verts. Dès lors, il serait utile que les élus locaux s’attellent à réunir les conditions matérielles qui puissent inciter les familles à sortir la nuit pour changer d’air.   

Ahmed Yechkour
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article