Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Protection de l’environnement : Favoriser une gestion durable

l’État a investi 2 milliards de dollars dans le domaine de la protection de l’environnement

Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelkader Ouali, a indiqué, hier, que le non-recyclage des déchets ménagers et industriels, fait perdre à l’État, chaque année, quelques 38 milliards de dinars. Le ministre, qui s’exprimait à l’ouverture de la rencontre internationale sur la mise à jour des plans nationaux de mise en œuvre de la Convention de Stockholm sur les nouveaux polluants organiques persistants, a indiqué que l’État a investi 2 milliards de dollars dans le domaine de la protection de l’environnement, pour la réalisation de centres d’enfouissement technique, de centre de tri, de déchetteries, de la prise en charge du passif environnemental industriel, l’augmentation des espaces verts urbains, le classement de plusieurs zones humides et la protection des aires protégées d’importance nationale et internationale, ainsi que la formation des cadres des collectivités locales et des unités industrielles dans le domaine de la protection de l’environnement.

Le ministre a souligné, à la même occasion, que l’Algérie est parmi les rares pays qui ont procédé à la constitutionnalisation du droit à l’environnement, l’amendement de la Constitution en mars 2016 est illustratif à ce titre. Ainsi, l’article 68 est très explicite : «Le citoyen a droit à un environnement sain, l’État œuvre à la préservation de l’environnement.» Aussi, l’article 19 de la Constitution est une transposition juridique du concept de développement durable, l’État garantit l’usage rationnel des ressources naturelles, ainsi que leur préservation au profit des générations futures.»

Le premier responsable du secteur des Ressources en eau et de l’Environnement a souligné que la feuille de route de son département ministériel se base sur la redynamisation du secteur à travers un plan d’action qui prendra en charge le droit du citoyen à un environnement sain et traduit les engagements internationaux de notre pays notamment en matière d’Objectifs de Développement Durable adoptés le 15 septembre 2015 par la Conférence des Nations unies sur le développement durable. 

Sur le plan international, le ministre a rappelé que l’Algérie, à travers les accords et les conventions ratifiés (biodiversité, lutte contre la désertification, changements climatiques, Bâle et Stockholm, etc.), contribue, avec la communauté internationale, à la protection de l’environnement global, sa contribution très active au niveau de la COP21 de Paris sur les changements climatiques en est un exemple concret. S’exprimant au sujet des Polluants organiques persistants, sujet de la rencontre d’hier, le ministre a estimé que ces polluants qui se trouvent dans de nombreux produits, sont persistants sont particulièrement préoccupants.

L’Algérie a signé la Convention de Stockholm

Le ministre a rappelé que l’Algérie qui a soumis son programme national de mise en œuvre de la convention de Stockholm en 2007, en en train de finaliser le deuxième Plan national de mise en œuvre fixée pour décembre 2016 afin de prendre en charge d’autres produits organiques persistants rajoutés par la même convention.
 Durant cette opération, a fait savoir le ministre, l'Algérie avait éliminé  440 tonnes d'huiles à base de PCB, 605 tonnes de terres contaminées par les  PCB, ainsi que 34 tonnes de déchets souillés par les PCB.
 «Le Point Focal national pour cette convention, précise le ministre, est le ministère chargé de l’Environnement, qui a proposé en 2008 la candidature du CNTPP pour servir de Centre régional, rappelant, à ce titre, que le CNTPP a été retenu comme centre régional par les 5e et 7e Conférences des Parties de la Convention pour trois mandats consécutifs de 2011 jusqu’à 2019, ce qui dénote l’importance et de la confiance accordées par les institutions environnementales internationales à l’Algérie.»
 Concernant la rencontre sur l’actualisation des plans nationaux de mise en œuvre de la Convention de Stockholm, M. Ouali a indiqué qu’elle constitue un espace d’échange, d’expertise et de renforcement des capacités des cadres des pays couverts par le Centre régional «Afrique du Nord» représenté par l’Algérie par le biais du CNTPP.  Adoptée en mai 2001 à Stockholm (Suède) et entrée en vigueur en mai  2004, cette convention compte aujourd'hui 197 Etats parties et a tenu sept conférences  des parties durant lesquelles chaque pays à l'obligation de mettre en œuvre  et d'actualiser un plan dit «de mise en œuvre». L'Algérie a signé cette convention le 5 septembre 2001, et l'a ratifiée par un décret présidentiel le 7 juin 2006.
La Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants est un accord international qui interdit un certain nombre de substances chimiques  très polluantes (aldrine, chlordane, dieldrine, endrine, heptachlore, hexachlorobenzène,  mirex, toxaphène, PCB... ), pour ne citer que celles-là. Pour sa part, la directrice générale du CNTPP, Mme Dahlab, a tenu à spécifier que cette rencontre a pour objectifs, la promotion de la gouvernance au niveau national et régional en faveur d'une gestion durable des produits chimiques, et le renforcement des  capacités institutionnelles pour la mise en œuvre pratique de cette convention internationale.
L’autre objectif de cette rencontre de trois jours, à laquelle ont également pris part des experts, du Maroc, de la Libye de l’Égypte et du Niger, étant de marquer le rôle du CNTPP, au niveau national, régional, et international, et mettre en valeur les efforts déployés par l’Algérie, dans le cadre des obligations de la convention à travers la gestion durable des produits chimiques.
Salima Ettouahria

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article