Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

La ville de Boufarik envahie par les aigrettes

 

ELLES PROVOQUENT LA COLÈRE DES CITOYENS À CAUSE DE LEUR NUISANCE

 

La ville de Boufarik est, depuis quelques mois, envahie par les aigrettes, ces échassiers blancs, qui se réfugient sur les cimes des arbres, provoquant ainsi une catastrophe écologique dans la ville.
Étant un oiseau qui vit dans les zones marécageuses et qui se nourrit de multiples insectes et de grenouilles, l’aigrette aurait été importée en Algérie pour “nettoyer” les décharges publiques. Mais d’autres informations indiquent que cet oiseau, de couleur blanche, qui se distingue par son bec et ses pattes noires, se serait installé en Algérie lors de son passage durant sa migration depuis l’Europe. Personne parmi les scientifiques, notamment les vétérinaires, les spécialistes de l’environnement ou de l’écologie de la wilaya de Blida ne s’est intéressé à cet envahissement de la ville de Boufarik par les aigrettes.


Les autorités locales, quant à elles, restent dans l’expectative pendant que la ville connaît une catastrophe écologique. La plupart des arbres, notamment les platanes centenaires, sont altérés par les excréments blanchâtres de ces oiseaux, des déjections qui semblent affecter le feuillage de ces arbres.


Le sol est également blanchi par la fiente - à l’odeur désagréable -  un déchet toxique qu’il est difficile de faire disparaître. Devant cette situation catastrophique, l’APC de Boufarik ne semble pas trouver la solution pour mettre fin à cette “agression” provoquée par l’oiseau qui niche sur les hauteurs des arbres et qui a délogé tous les autres oiseaux comme les moineaux ou les pigeons, qui sont sédentaires dans la ville.


Même cet appareil qui dégage des sons pour chasser les oiseaux, qu’un membre de l’APC a emprunté à un industriel, n’a pas pu déloger l’oiseau qui se multiplie davantage. L’aigrette s’impose dans la ville de Boufarik avec en outre ses cris assourdissants, surtout le soir. En s’imposant, ainsi, l’oiseau a provoqué la colère des citoyens, qui ne supportent plus sa présence envahissante et ses nuisances.

C’est à l’aide d’un camion équipé d’une grue, utilisé dans l’entretien et la réparation du système d’éclairage public, que les citoyens se sont vengés de l’aigrette en coupant les branches sur lesquelles elle a élu domicile.


Des centaines de nids de cet oiseau, venu d’ailleurs, sont tombés par terre. Leurs œufs et de petites aigrettes sont également tombés pour finir sous les roues des voitures ou tuées par des enfants. Mais là aussi, les autorités semblent laisser faire. Puisqu’elles ont laissé faire le massacre des platanes centenaires et avec eux, les aigrettes. Y a-t-il quelqu’un pour sauver les aigrettes ?

K. FAWZI

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article