Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écolo de Karim Tedjani

Les efforts du ministère des Ressources en eau et de l'Environnement visant la résolution de la crise de l'eau en Algérie, ces dernières années, ont porté leurs fruits.

En témoignent l'absence des manifestations de citoyens devant les agences de l'Algérienne des eaux (ADE) et autres actions de revendications ponctuant jusqu'à un passé très récent le quotidien des Algériens. Ce résultat est pour beaucoup un exploit, dans la mesure où l'hiver 2016 n'était pas sur le plan de la pluviosité, extraordinaire.

D'ailleurs, les pluies n'ont pas été enregistrées avant le début du mois de mars. Néanmoins, en observant et en méditant sur la politique judicieuse initiée par les pouvoirs publics au cours de ces 15 dernières années, ces derniers reconnaissent aussitôt que ce résultat est le fruit des efforts consentis par les pouvoirs publics.

Notamment en termes de réalisation de barrages, de stations de dessalement, ainsi que de l'amélioration de la méthode de gestion de l'eau. En matière de réalisation des barrages, l'Algérie qui compte maintenant 84 barrages dont 75 en exploitation pour une capacité globale de 8,8 milliard m3 et 20 autres en cours de réalisation, a pu réaliser au cours de ces 15 dernières années prés de la moitié du nombre de ces barrages. Ainsi, de nombreuses wilayas comptent actuellement deux à trois barrages y compris dans le Sud algérien. Cela sans compter la réalisation des transferts d'eau inter-barrages et la réalisation de centaines de forages et de foggaras à travers toutes les wilayas. Pour les stations de dessalement, l'Algérie a pu réaliser 13 stations de dessalement, dont l'une considérée comme étant la plus grande dans le monde, à savoir la station d'El Magtaâ (500 000 m3 par jour) dans la wilaya d'Oran.

Avec ces infrastructures, le taux de raccordement des foyers au réseau d'eau est de 98%. «Avec ce taux, l'Algérie est classée en première position aux niveaux arabe et africain», avait précisé l'ex-ministre des Ressources en eau, Abdelouahab Nouri. Parlant de la gestion de l'eau, il faut dire qu'un changement radical a été introduit dans ce sens.

En effet, l'eau est gérée maintenant même dans les villages et les hameaux les plus reculés du pays. Cette amélioration est l'oeuvre de l'ADE qui s'est redéployée ces dernières années pour s'introduire dans les villages y compris de haute montagne. En intervenant en fait dans la gestion de l'eau, l'ADE a pu vaincre le phénomène du gaspillage de l'eau qui causait la perte de centaines de milliers de litres d'eau potable par jour dans la nature.

Ainsi, les villageois et les autres habitants qui n'accordaient pas d'importance à cette matière ont appris à l'utiliser rationnellement. La rationalisation de l'utilisation de l'eau est aussi le résultat des efforts du ministère de tutelle qui a multiplié les campagnes de sensibilisation, quant à la préservation de l'eau, en organisant tantôt des journées portes ouvertes sur ce liquide précieux au niveau des agences et des antennes d'ADE et tantôt en se déplaçant dans les établissements scolaires et autres lieux publics.

Dans le souci de toucher le maximum de personnes, le ministère des Ressources en eau, a eu recours même aux nouvelles technologies, en envoyant par le biais des opérateurs de la téléphonie mobile des SMS appelant à préserver l'eau et l'utiliser rationnellement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rahmani Fatima 15/08/2016 08:54

Ce ministère devrait initier des campagnes de sensibilisation des populations contre le gaspillage de cette denrée si précieuse. Il suffit de se promener dans les rues des grandes villes algériennes pour constater l'écoulement des eaux par les terrasses. Dans les entreprises,surtout publiques, beaucoup de personnes ne pensent pas à fermer les robinets après usage...