Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Dar,Douar, Dénia...Les potentiels fondamentaux d'une maana écologique algérienne

Photo:Tedjani K.

Photo:Tedjani K.

 

Chapitre 9

La vérité se nourrit autant de mythes que le contraire

 

J’aimerais à présent,  vous dresser quelques courts portraits d’Algériens,  qui furent parmi  les plus intimes  à mon éducation écologique.  Tous  et toutes  enfants  d’une époque qui remonte à si loin et  fort peu de temps à la fois ; selon que l’on placera leur génération  sur l’échelle du cycle d’une vie humaine, des siècles, ou bien au-delà,  à la mesure du  temps des Peuples  Mais, avant cela, il faudrait mieux  vous expliquer pourquoi  je vais prendre le temps de le faire ;   pour vous parler de l’écologie que j’espère se développer   dans notre pays, comme pour le reste du Maghreb, d'ailleurs. Comme elle pourrait se penser partout ailleurs, au fond. 

En ce qui me concerne, ces héros de mon enfance  m’auront appris beaucoup   de choses sur la nature passée et  actuelle de mon pays d’origine, mais aussi sur la nature en général.Et cela bien plus  que n’importe qui d’autre en Algérie n’a pu  le faire depuis. Pourtant, je pense avoir  eu la chance de rencontrer  ou d’écouter  quasiment toutes celles et ceux qui activent chez nous,  dans le vaste domaine de l’environnement. D’ailleurs,  en rien je ne voudrais réduire ici  toute l’importance de ce que ces gens  m’ont appris. D’autant que ce fut souvent avec une grande générosité  ainsi qu’une  patience que je ne peux que saluer par  la plus profonde des gratitudes,  ainsi qu’un immense respect.

C’est juste, que, il me semble, tous ces centaines de contemporains algériens, souvent considérés comme des experts dans leur domaine, auront  surtout veillé  à  me confirmer ou parfaire un enseignement que j’ai  commencé à acquérir  dès ma plus tendre enfance ;  juste en côtoyant quelques personnages très haut en couleurs de mon entourage familier.  Avec eux, je me suis armé de l’essentiel, je pense, pour  espérer comprendre un jour  l’Algérie d’aujourd’hui. 

 J’espère, surtout, envisager avec vous, muni de cette expérience,  une autre  nation algérienne, plus juste et sereine que celle qui s’offre à nos yeux comme un paysage  trop souvent morne et infertile.  Là, où la vie devrait grouiller de tous ses rayonnements les plus bénéfiques, nous constatons que toutes les formes de pollutions possibles, matérielles ou non, s’activent à nous faire admettre tout le contraire.

Loin de penser cela comme une fatalité insurmontable, je préfère nous inviter à  imaginer une autre Algérie, ensemble,   pour un avenir que j’espère le plus proche possible.  Histoire de voir grandir  au moins quelques graines d’espoir,  que j’ai vu semer ici et là dans ce pays;  éclore en de vigoureux arbrisseaux, tous  parés pour devenir un jour de beaux arbres épanouis;  sous un soleil non plus de plomb, mais d’un or aux couleurs alchimiques des couchers d'un soleil promis à renaitre de toutes ses nuits...

Je ne peux prétendre cerner  en tout la nature  ni le destin  mon pays d’origine, notamment dans bien des obscurs desseins politiques et géostratégiques  où  il s’est embourbé depuis son indépendance confisquée. Ce serait fort inconscient et naïf de ma part de penser cela ou de croire que je pourrais un jour connaitre les vraies coulisses du scénario d’une farce populiste qui n’a que trop duré pour être  encore soutenable. Tant pour la santé d'un peuple que   pour celle du territoire qui l'habite autant qu'il y est censé y habiter en toute paix de l'esprit et la santé du corps.  

D’autant que je ne suis pas né ici, et  que je ne vis  encore qu’épisodiquement le quotidien des Algériens locaux ; même si de tels épisodes ont pu durer  parfois de nombreux mois;  que j’ai pu observer la société algérienne  sous le prisme d’un objectif  aux  angles  très vaste. J’ai autant partagé la galette de l’humble, que dormi  dans des hôtels de luxe,  pour rencontrer mon peuple dans ses identités, mais aussi reconnaitre les différences existant au sein d’une telle variété d’être Algérien, comme Algérienne. Paysans, ingénieurs, fonctionnaires, travailleurs informels, journalistes, scientifiques, politiques, acteurs de la société civile, gardiens de l’ordre publique, ouvriers, artistes, je ne pourrais faire ici la liste de tous les profils algériens que j’ai pu fréquenter et interroger lors de ma longue enquête qui dura plus de huit ans et m’aura amener à me rendre régulièrement dans une trentaine de wilayas algérienne.

Cependant, en ce qui concerne l’environnement, comme l’écologie, je pense avoir acquis au fil du temps et de mes voyages  une idée assez précise de la chose, du moins  telle qu’elle se réalise actuellement en Algérie.

Après des dizaines de wilayas visitées, de milliers de gens rencontrés,  ma conclusion est que je pourrais presque résumer bien de mes idées et constats en me limitant à raconter la vie de mes  héros algériens intimes. Les modes ont évoluées certes, beaucoup de choses ont changé depuis ces étés de début de fin de siècle où je vivais parmi eux  l’Algérie comme l’oasis où se cultivait encore une certaine manière d’être. Mais, au fond, aujourd’hui, les problématiques restent-les mêmes.  Elles n’ont fait qu’empirer à vrai dire, depuis que la plupart de  ces héros  ont rejoint le Ciel originel dans leur linceul de terre natale...Paix à leur âmes...Aussi loin que remonte ma mémoire, je n’ai  plus jamais rencontré  en Algérie de gens aussi proches de ressembler à des personnages de films, ou bien de livres. J'entends par là ceux  qui font tant rêver les enfants...et non qui nous inspirent à conquérir le monde par tous les moyens possibles.

En tous cas, ils étaient et demeurent  mes seuls vrais  héros locaux ; et,  si je n’ai eu de cesse de me sentir  chez moi en Algérie, si je parle la langue de ma région d’origine maternelle,  si je me sens parfois  si  fier et content d’être Algérien, c’est essentiellement à eux que revient ce   noble mérite. Je ne pourrais jamais oublier que c’est à de telles personnes que je dois beaucoup de ce que je suis aujourd’hui. Et je sens bien à quel point ma vie est futile, et si peu remplie de sagesse,  comparée à celle que je les ai vu endurer pour assumer le destin de leurs foyers.  Mais je ne vais pas non plus me rendre coupable d’un certain idéalisme d’Epinal. Je pense qu’il manquait à cette génération un ingrédient que la nôtre doit à tout prix inculquer à ses enfants, comme à tous ceux qui pourront croiser leur destin...

Il parait qu’être moderne, au Moyen-âge, c'était  réaliser à quel point les antiques nous étaient supérieurs moralement. Pour d’autres, justement, la modernité, c’est  de se croire  forcement plus intelligents que leurs prédécesseurs;  de considérer le passé comme une matrice  seulement d’archaïsmes  à combattre  de toutes les forces de la science,  ainsi que de la logique matérialiste.

Moi, et tant d’autres, je le sais, considérons  pourtant que la modernité  est  de réaliser  que, dans chaque nouveauté,  se cache une tradition revisitée. Il faut reconnaitre au passé toutes ses vertus, autant que d’aspirer à en filtrer tous les égarements. Ne dit-on pas que l’erreur est naturellement humaine ? Existe-t-il vraiment de héros infaillibles ? Je serais tenté de dire que ce genre de personnages n’existe que dans les propagandes totalitaires, les mensonges d’états, mais jamais dans la vie réelle, celle que vous et moi endurons  au nom le plus souvent  de mythes  fondateurs. N’est-ce pas cette faillibilité de nos héros qui sera mère de nos aspirations à les rendre volonté de progrès ?

C’est d’ailleurs un très bon indice pour savoir où se situe une histoire nationale. Quand elle ne reconnait pas à ses héros certaines failles, quand elle ne remet plus jamais en question les choix politiques passés, alors une telle histoire devient seulement moraliste, démagogique. Elle combat le plus souvent la liberté en l’assommant, dans l’ombre de ses lumières artificielles, avec  la  même main qui la brandit  pourtant  sous nos yeux, telle une bannière rassembleuse.

Ce ne sont pas de grands  héros populaires, ni des personnages de fictions célèbres dont j’aimerais vous narrer l’existence. Pourtant, ils auront été  bien des fois héroïques dans leurs choix et gestes. Non pas pour l’amour de la gloire, mais pour survivre justement aux méfaits de cette maladie humaine !  Ils n’ont soutenu aucune chaire universitaire, et  ne savaient  même pas lire ! Je dirais que ce sont pourtant  des experts d’une culture ou l’oralité joue un rôle de premier ordre. La survie au quotidien,  mais aussi le bien-être  pour les générations à venir. Voilà leur école, ma foi, et en existe-t-il de plus noble pour un simple quidam ? Des pères et mères de famille qui ont dû  et sû composer avec quasiment tous les périls  possibles  d’un  temps moderne à peine  passé ;  où la loi du plus puissant était ouvertement  force de justice planétaire.

Qu’ils vivaient  en ville ou bien à la campagne, je me souviens très bien qu’ils avaient une maîtrise ainsi qu’une connaissance parfaite  de leur environnement ; ce  qui les rendait plus créatifs et débrouillards que bien de leurs contemporains. Bien plus encore, leur langue était riche, poétique, complexe et variée en nuance. Les gens avaient une certaine éducation qu’aucun manuel scolaire ne pourra jamais nous enseigner comme la simple caresse bienveillante d’une grand-mère, ou la main ferme mais non moins chaleureuse  d’un patriarche.  Cette école n’a pas de professeurs, ni de maîtres imposés par des lois. C’est une affaire de maîtres, ainsi que de disciples qui se choisissent mutuellement, dès lors que les forces du destin les auront réunis.

A  cette période,  bien plus qu’aujourd’hui, l’Algérie me faisait l‘effet d’un Wild West nord-africain ; où tout était possible. Le meilleur et le pire, comme le pire du meilleur et le meilleur du pire. Mais, à la différence de notre époque, certaines valeurs  morales régulaient bien des injustices, inspiraient des comportements sociaux plus responsables et respectueux vis-à-vis de la communauté. Un tel pays ne pouvait qu’enfanter que tels personnages dignes du plus lyrique des  westerns spaghetti. Oui,  pour moi, c’était en quelque sorte un  « Oued-Stern  Couscous », dont la brute, le truand ainsi que le bon se confondaient dans la nature de chacun des personnages que je vais  enfin vous raconter dans  mon prochain article...

Ce ne sont pas des héros  dont vous pourrez apprendre l’existence  à l’école, ou bien à travers le reflet  coloré de vos petits écrans.  C’est pourtant  ce qui fait toute  la force de tels démiurges, d’un ordinaire qui avait régulièrement  les atours d’une odyssée quotidienne contre le déclin programmé d’un peuple indigène.  Face à un de ses plus redoutables adversaires,  non pas seulement, un pays, ni même  un empire, mais bien contre  le nationalisme impérialiste  qui aura habité quasiment toutes les grandes puissances industrielles du siècle dernier. Un mal du Siècle qui aura fait bien des ravages, autant que moi, le petit parisien de Guerbes, je suis un pur produit d’une telle histoire;  entre le monde de ma naissance ainsi que celui de mes origines. Une seule planète les héberge, certes, mais la distance qui pouvait les séparer, alors, pouvait nous mener jusqu’à une prochaine galaxie voisine. Il fallait franchir bien plus que la Méditerranée pour relier leurs réalités respectives...

Ces héros algériens, je les ai fréquentés, je les ai connus intimement, pour me faire une idée assez objective sur la  vraie nature de leurs exploits, mais aussi de leurs plus grands échecs. Il ne s’agit pas ici d’avoir sauvé des foules en péril, ni d’avoir combattu des hordes assassines. Bien que je sache qu’ils ont dû en être capables dans leur jeunesse, ce n’est pas de cet héroïsme dont il s’agit pour moi de vanter les  plus grand mérites. C’était celui de veiller tout simplement  sur ses proches, de respecter ses voisins, et de ne pas exploiter la nature environnante comme une chose seulement utile à remplir nos ventres et combler le vide de nos âmes;  orphelines d’un véritable esprit humain, authentique. Ce n’est  peut-être pas le genre de vie digne de figurer dans les livres d’histoire. Certes, mais en tous cas le souvenir de leur mémoire relève d’un sens bien plus profond et radical, au sens qui fait référence à la racine de toute chose.

Je suis bien entendu tout à fait conscient et heureux que la plupart des adultes  de ma génération vécurent la  même chance que moi,  de connaitre ce genre de héros  dans leur environnement le plus intime. Un parent, un ou une amie de la famille, un voisin, une voisine, bref quelqu’un de proche qui nous aura inspiré pour grandir. Une personne qui aura donné un sens à sa vie tellement digne qu'il ne peut que nous inspirer humilité, respect, mais aussi énormement de tendresse. 

J’ai rencontré d’ailleurs, en France, mais aussi dans quelques autres pays d’Europe, de tels arbres vivants. Ils m’ont  toujours rappelé à une nature humaine  que je suis, moi-même, si loin d’incarner au quotidien.   Tant j’ai été éduqué par l’école, ainsi que les médias,  à les ignorer ou bien à  les penser  comme secondaires. C’est justement, le plus souvent, en me rappelant de mon enfance algérienne, même si elle ne fut qu’estivale, que me vient  l’envie ainsi que les moyens de  résister, certes,   tant bien que mal, à  tous les comportements que j’aurais appris dès la naissance. Dans mon environnement le plus quotidien de consommateur de masse,  né et éduqué  dans une des villes les plus emblématiques du paradigme utilitariste industriel.  Seuls  mes séjours dans mon douar familial pouvaient  me faire envisager qu’une toute autre vie était possible sans profiter de tous les conforts modernes. D’autres plaisirs, une autre science, des décors inédits...

Mais c’est également de cette double vie que j’ai compris que ni le train-train consumériste  parisien, ni la sobriété « poétique »  de l’Algérie profonde de cette époque ne pouvaient me paraitre  totalement justes ; du moins  à me satisfaire dans ma quête d’une vie heureuse, selon des critères qui ne peuvent qu’être personnels, certes.

Le fait est que je ne trouve ni l’Algérie, ni la France d’aujourd’hui capables  de produire un modèle de société industrielle à la fois viable et soutenable pour le corps ainsi que l’esprit de cette planète, comme de ceux  de  l’être humain en général. A mon humble avis, il reste une modernité à inventer et, dans cette aventure, à vrai dire, aucun peuple "pauvre" du monde ne part si désavantagé qu’on voudrait bien nous le faire croire.  Pour peu que l’on réalise que la technologie ne peut pas tout résoudre ;  et que, pour l’acquérir, il faut développer surtout la nature humaine de son pays vers l’épanouissement,  autant individuel que collectif. Ce n’est pas un mince challenge, et je pense au fond qu’aucune société moderne n’a encore vraiment réussi à accomplir cet acte d’héroïsme tant une certaine hégémonie mondialiste aspire à nous inculquer  que seul tout le contraire n’est possible...

Tout le monde s'accorde à dire que le 21ème siècle sera plus spirituel que le précédent; et cela selon l'ordre des cycles des civilisations humaines. Qui sait...Il y a peut-être quelque vérité à prendre dans une telle croyance qui, forcement, ne peut être absolue si elle aspire à la justesse d'un milieu sain. C'est donc surtout l'esprit d'une génération d'Algériens  que j'aimerais faire resurgir dans ma mémoire, ainsi que la vôtre, non pour l'idéaliser, mais pour tenter de le dépasser tout en respectant une certaine tradition morale et spirituelle. 

Des vieillards, d’une vigueur que  les flammes de  mon enfance ne rendaient en rien pâlissante. Chacun, à leur manière, ils furent à la fois arbres et soleil de ma vie ;  et moi tantôt le vers de terre, parfois l’oiseau,  qui se nourrissait de leur substance, de leurs fruits mûrs;  bien à l’abri du danger,  sous  leurs ombres  protectrices,  comme des éclairs de lumière lunaires face aux ardeurs d'un flambeau céleste. Parfois leur silhouette  se faisaient  oppressante ; colérique, mais toujours  animées  d’une certaine justesse, irréprochable, d'un certain point de vue. Car ces colères étaient  inspirées par une logique qui  leur aura permis de survivre à une des plus périlleuses périodes de l’Algérie moderne.

 Si une telle époque revenait, comme ce fut déjà le cas depuis, serions-nous équipés de toutes les armes qui ont permis à nos ancêtres de survivre ? La génération qui aura subi de plein fouet la décennie de sang, n’a-t-elle pas été justement détroussée de telles armes mentales et comportementales contre la barbarie des empires industriels ?

Avec le recul, je me dis qu’ils étaient eux-mêmes  le produit  d’un temps  algérien révolu ; autant  qu’il porte  encore dans ses logiques et morales bien  des clefs  de notre avenir. Certaines d’entre elles peuvent  nous mener vers une écologie algérienne à la fois moderne, universelle,  certes, mais bien particulière aussi. D’autres, doivent nous inviter  à réaliser  les limites de tels modèles ancestraux, comme, en grandissant, j’ai tenté de comprendre en quoi ces Algériens n’avaient pas toutes les armes en main pour affronter un Monde qui allait avoir raison de la nature profonde de leurs enfants.

Je ne saurais donc  idéaliser autant ces héros et héroïnes de mon enfance algérienne, comme je suis revenu sur le cas de bien de mes idoles de petit parisien algérien. Pour moi, ils étaient déjà les victimes d’une vaste opération mondiale de dénaturation de la nature humaine. A bien des égards, ce qu’on leur aura fait subir peut être considéré comme le laboratoire de la nature humaine post-moderne que nous allons bientôt subir de plein fouet. Au détail près que ces anciens étaient encore munis d’un logiciel de valeurs, ainsi que de savoirs faire qui leur a permis de lutter assez efficacement contre une certaine forme de colonialisme des esprits qui aura dépassé de bien loin les seules frontières du territoire algérien.

C’est donc dans cette matrice empirique  qu’il faudrait aussi  chercher des principes, et non seulement des règles pour la modernité d’une Algérie qui n’avance pas, à force d’oublier pourquoi  il est seulement nécessaire de savoir reculer d’un pas  avant d’avancer vers l’inconnu. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article