Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Quels pourraient être les enjeux ainsi que les réalités d'une Justice climatique mondiale?

"La justice de l'opprimé" (Photo: Tedjani Karim)

"La justice de l'opprimé" (Photo: Tedjani Karim)

Chapitre huit

"Une société humaine..."

 

Parler  d’une Justice  relative au régime politique  « Climat » n’est pas  du tout une mince affaire. Du moins, c’est un exercice périlleux mais nécessaire, pour qui aspire à cela sans se contenter  seulement  de se fier aux opinions publiques.  Dans ce débat climatique, bien  des propagandes politiques, autant que des slogans publicitaires, sont prolixes à nous éclairer de leurs lumières  tamisées par des intérêts bien particuliers. Tout cet environnement de subjectivités  ne peut que venir  amplement parasiter la qualité d’un tel sujet de société humaine.  Il est à bien des titres fondateur et universel. Encore plus,  en ces temps de modernisme ultra productiviste, agité par un système mondial  de principes parmi les  plus écocidaires pour l’Humanité, d’ailleurs, que pour la Planète. .

Pour l’Humanité du 21ème siècle, fille de l’aube d’un  nouveau millénaire,  le nouveau paradigme social  qu’elle produira, afin de répondre à tel défi,  sera  peut-être agent d’une renaissance de la  nature humaine.  Elle serait  naturellement sympathique  à l’égard de  son environnement. Ou, faute de trouver cette nouvelle modernité,   les prochaines décennies  annonceront  sûrement le début  de la  fin sur Terre de l’Homme hyper-industriel.  

Il faut donc élargir la notion de Justice au champ lexical de l’environnement et non le réduire à une simple législation climatique. Car c’est un défaut de chaleur humaine qui est la cause principale de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, et non forcement le contraire. Même si vivre dans une atmosphère de pollution et d’irresponsabilité écologique n’est pas le meilleur cadre d’existence  pour  avoir une telle inclinaison vers  la convivialité  ainsi que le bien vivre ensemble. Comment pourrait-on envisager cela quand  chacun d’entre nous empoisonne son prochain ? Par nombre de gestes quotidiens qui nous paraissent pourtant si anodins à accomplir...

Pour répondre à cette question, je vous propose de continuer d’appliquer une méthode, certes assez rudimentaire, mais qui n’en reste pas moins très pratique et relativement sûre, il me semble.  Pour  poser les premières pierres d’une analyse d’un sujet, il n’est en effet  pas mauvais d’apporter un soin tout particulier à chercher  tout d’abord les identités plutôt que  la variété qui le composent.  Afin de mieux cerner plus tard les différences de point de vue, comme de natures qui donneront tout l’attrait ainsi que la profondeur de cette idée ainsi abordée. De la même manière  que je me suis appliqué à le faire pour  la Justice, nous allons  donc envisager   l’idée de Justice climatique ;  du point de vue de la Tradition humaine la plus originelle  et universelle possible. Puis nous verrons si cette tradition est applicable aux principes modernes de Liberté et d’Egalité si chères aux sociétés républicaines modernes, comme au libéralisme économique  le plus radical.

La Justice qui se profile au sein du  régime climatique international organisé par l’ONU et ses corollaires est-elle  vraiment légitime à se réclamer  une « utopie réaliste » ?  Pour reprendre la formule de l’auteur de « La théorie de la Justice ». C’est-à-dire capable d’être le médiateur entre un idéal de société et la réalité d’un monde si enclin à l’injustice, aussi sûrement que l’idée de Justice ne parait pas innée chez nous;  pour bien des grands penseurs modernes et antiques, comme  dans l’esprit pratique de bien  des quidams de ce Monde.

Pour cela, nous allons devoir nous interroger sur le caractère juste ou non de l’influence du Climat sur nos sociétés. Quelle pourrait-être la nature de cette Justice ? Ou bien, est-ce  l’idée d’une  Justice climatique qui serait  purement physique ? Cela  implique qu’elle serait active à équilibrer les avantages, mais aussi les  inconvénients liés au changement climatiques global de la « Terre des Hommes »; pour les redistribuer entre chaque sociétaire d’un contrat social mondial dont le critère de justice serait justement un équilibre mondial, non moral ou politique, mais plutôt climatique ? N’est-ce pas ce que cette de justice climatique voudrait nous faire admettre ? Je ne saurais dire si je suis un adepte averti du courant Communautariste de la Justice, principal adversaire de la « Théorie de la Justice » de Rawls.  Qui très en vogue parmi la majeure partie des sociétés de  ce monde d’obédiences  culturelle anglo-saxonne. Et qui joue une très grande influence, il me semble dans la nature même de la Justice qu’est censé incarner un Accord du le Climat mondial, ainsi que toute la législation qui lui serait corolaire.

De nouveau,  nous  devons nous rappeler quelle place judiciaire le Climat  occupait  dans la psyché collective de l’Humanité antique. Comment avait-on, jadis,  coutume de considérer  autant la légitimité que la légalité de cette force de la Nature ;  qui n’aura d’ailleurs  pas toujours été très tendre avec nos civilisations. Plus d’une fois, le Climat fut un agent accélérateur de leurs décadences...était-ce juste ou légal ?  

Alors, munis de ce  modeste  début de connaissance, nous pourrons peut-être aborder le  thème dans sa modernité, c’est-à-dire selon une  tradition dont les principes demeurent par-delà les   âges de l’Humanité ;  tandis que les modes et les formes évoluent au  grès de l’évolution humaine. Mais surtout afin d’identifier les potentielles différentes traditions de Justices qui pourraient bien se rencontrer au sens du régime climatique mondial le plus étendu à l’ensemble de la société humaine.

Un des symboles de cette Justice  les plus évidents,  et  donc communs  à beaucoup de cultures humaines,  c’est bien entendu l’histoire du Déluge.

En effet, des Sumériens aux religions Abrahamiques, plus d’une dizaine de grands textes religieux, à travers le Monde,  font référence à cette catastrophe  climatique.  A chaque fois on relate  qu’elle faillit bien éradiquer l’espèce humaine de la surface  terrestre. A bien des égards,  puisque qu’elle est admise par la majeure partie de nos traditions spirituelles, nous pouvons apprendre de cette histoire quels pourraient être les principes  d’une telle justice ; du moins déjà  dans les plus antiques profondeurs de l’esprit humain.

En tout premier lieu, il faut considérer la nature même de cette Justice, de quel côté de la balance entre légitimé et légalité son inclinaison est la plus marquée. Il parait incontestable qu’elle a un caractère plus légitimiste que légaliste ; puisque le motif de cette Justice vindicative est d’ordre  tout ce qu’il y a de plus moral. Cette pluie diluvienne n’est en rien la sentence d’aucune loi humaine. Elle est d’origine Céleste et, elle a pour motif de punir la dépravation irréversible de l’Humanité.  Devenue Bête Humaine,  dès lors qu’elle aura oublié sa nature  de création divine. Il est d’ailleurs très révélateur de voir que dans cette déchéance, toute autre forme de vie  ne sera quasiment pas épargnée par  ces trombes justicières.

Comme  si toute la faune et flore terrestre devait forcement payer également  pour les erreurs de l’Humanité. Mais  l’Homme n’est-il pas devenu depuis un « horrible »  idolâtre de la Nature ?  À force  de se vautrer dans la luxure facile  et la fascination pour les choses matérielles.  Ne s’agit-il pas ainsi de supprimer  tout un système environnemental, à la fois matériel et immatériel ?  Peut-être que les Humains auront pervertie  même la Nature en se l’appropriant comme un objet de sacrifice et non  comme le prolongement sacré d’une Force bien plus  immense ? Etait-elle devenue impure aux yeux de la Justice céleste ? Le fait est que l’Homme est ici  le seul coupable responsable de cette Calamité,  et que les autres espèces vivantes  apparaissent  dans ce récit comme les victimes collatérales de  la folie dépravante des humains.  

Mais, me direz-vous, pour les moins sensibles à de telles évocations religieuses, en quoi ce déluge pouvait-il être bien juste ? Est-ce seulement une vengeance  aveugle ? Son héritage laissé dans nos cultures respectives est-il  uniquement  la mémoire d’une terrible injustice ou bien d’un avertissement céleste ?

C’est que cette Justice, qui n’est pas celle du Climat, mais d’une Force métaphysique, aura bien choisi de répartir cette sentence  selon des critères de justesse bien établis. L’Alliance entre l’Homme et son Créateur n’a pas été respectée  par  le premier ; et ce, malgré l’envoi de nombreux prophètes, d’une succession d’avertissements  venus du Ciel. C’est parce que l’Humanité paraissait avoir atteint un point de non-retour définitif  dans sa décadence et son obstination à la nourrir dans son cœur,  qu’il aura fallu purifier la Terre de cette pollution (qui a pour racine le mot «  profanation »). Mais, ce n’est pas ici, apparemment, une Justice aveugle, car elle n’est pas cruelle avec l’innocent.

Noé, égaré parmi la  foule de prédateurs civilisés qui l’entoure, comme la descendance des animaux terrestres,  ne devront pas en subir les punitions, mais bien  en récolter  la récompense.  De leur innocence animale ou bien de leur vertu humaine.  Le mérite   est d’avoir su résister  au Mal séducteur, à l’obscurité morale des chandelles de la luxure ainsi que de l’égoïsme.  Ils ont ainsi gagné du Ciel l’honneur de participer à la fondation d’un nouveau Monde, lavé de tous les précédents pêchers de l’Humanité. Je pense qu’en substance, le message de justice que nous a transmis la Tradition diluvienne, est ainsi fondé; non au sens de forcément juste, mais plutôt de  sens principal.

Même si cette justice, parmi des nuées de formes vivantes, n’aura épargné que  de quoi remplir  de vie juste une seule  Arche.  Malgré tout, ceux qui n’auront  pas fauté ne subiront pas le sort de leurs semblables. Une chance est laissée à l’espèce humaine d’apprendre de ses erreurs et de refonder une nouvelle Alliance avec son Créateur. Cette même justice créera les conditions de la disparition de millions d’injustes, comme elle veillera à avertir et guider les justes. Ce sera bien du Ciel que viendra également les plans ainsi que la technologie  du Salut de l’Humanité, qui ne doit pas disparaitre totalement, mais changer radicalement.

On peut dire également que cette Justice, pour établir un nouveau contrat moral avec l’Humanité,  a décidé  de faire table rase du passé. Propulse l’être humain  dans un  monde de nouveaux Possibles ;  jusque-là inexplorés ou bien inaccessibles ;  par ce que  éloignés  des mauvaises habitudes qu’il aura cultivé comme on  bâtirait un temple au sacrilège.

Mais ce n’est pas une société qui allie ici le Ciel et l’Humanité, ni un contrat social ou légal délibéré par les deux parties. Il s’agit de convaincre, et de punir, s’il le faut. C’est encore l’ère du Dieu vengeur et justicier. Comme toute vision traditionnelle, ici, c’est le Tout qui l’emporte sur l’unité, l’ensemble sur l’individualité, qui doit se plier à des règles immuables  dont les voies ne peuvent qu’échapper  à l’entendement humain.

Dans cette  morale diluvienne, on n’est pas encore à la démonstration seulement métaphysique d’une Révélation, comme dans le Coran ;  ou bien  ni celle de l’empathie et des miracles du Jésus chrétien.  Dans la tradition biblique, il me semble qu’il faudra attendre le prophète Isaïe pour entendre évoquer  l’idée d’un Dieux miséricordieux.  Ce que l’on ne dit pas souvent à propos du Déluge, c’est que, dans la tradition Abrahamique juive, Dieu aurait promis à Noé de ne plus jamais procéder ainsi pour établir l’Ordre sur Terre. Par contre, à chaque fois que l’Humanité aura mérité de subir le Déluge, il le signifiera en faisant apparaitre un Arc en ciel sur Terre. C’est donc une Justice qui était censé être miséricordieuse et  capable d’évoluer dans ses formes tout en gardant sa nature la plus transcendantale et profonde.

Voici donc mes premières remarques sur ce Mythe. D’ores et déjà, après ce premier  « balayage » symbolique, je pense que nous pouvons  y retrouver certaines caractéristiques ou notion dans le débat que se livre deux des principaux pôles de Justice climatiques que nous avons déjà évoqué ultérieurement...

A suivre...

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article