Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologique Nouara

Le recyclage des déchets en Algérie, dont le volume devrait atteindre 23 millions de tonnes en 2016, permettra aussi d’épargner 260 hectares de foncier dans la bande nord du pays et 400 ha dans les zones désertiques et semi et désertiques. Des espaces qui sont mobilisés, en moyenne, chaque année pour la création et l’extension de Centres d’enfouissement technique (CET), a soutenu M. Ouamane.

 

Le directeur général de l’Agence nationale des déchets (AND) Karim Ouamane a indiqué lundi à Alger qu’il y a un intérêt de la part des opérateurs économiques pour l’activité de valorisation et de recyclage des déchets, relevant que le dispositif régissant cette filière est déjà mis en place. 

« Il y a de la demande pour qu’il y ait de la valeur ajoutée à travers la valorisation des déchets, et les entités qui veulent s’installer pour valoriser ces déchets pourront le faire dans un futur proche. Le dispositif existe, notamment les aspects réglementaire, institutionnel et opérationnel qui sont bien étoffés »a indiqué M. Ouamane lors d’une table ronde organisée par l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG). Il a néanmoins appelé à « synchroniser les différents acteurs qui interviennent sur cette branche. Ce qui permettra d’accélérer le processus ».

Le conférencier a mis l’accent, dans ce cadre, sur la contribution des différents secteurs concernés pour le développement de cette activité  citant en ce sens le ministère des Ressources en eau et de l’environnement et celui l’Industrie et des mines.

D’ailleurs, les deux ministères vont créer un comité pour étudier et statuer sur tous les dossiers d’investissement dans le domaine de la valorisation et la gestion des déchets.

Evoquant d’autre part l’impact de la relance de cette filière sur l’économie, le conférencier a indiqué que la valorisation des déchets pourrait créer de nombreux postes d’emploi, relevant à titre d’exemple que 7.600 emplois directs peuvent être créés dans la seule filière Pet (polyéthylène de téréphtalate) qui génère jusqu’à 350.000 tonnes de déchets annuellement.

Le recyclage des déchets en Algérie, dont le volume devrait atteindre 23 millions de tonnes en 2016, permettra aussi d’épargner 260 hectares de foncier dans la bande nord du pays et 400 ha dans les zones désertiques et semi et désertiques. Des espaces qui sont mobilisés, en moyenne, chaque année pour la création et l’extension de Centres d’enfouissement technique (CET), a soutenu M. Ouamane.

En outre, les matière organiques ou déchets « verts », peuvent servir de compost (engrais organiques) et peuvent être donc très bénéfique à l’heure où le pays fournit des efforts  pour développer l’agriculture.

Ces déchets organiques, a relevé le conférencier, servent aussi à créer des biogaz, une source d’énergie propre qui peut servir pour la transition énergétique.

La table ronde s’est déroulée en présence de représentants de ministères et d’institutions nationales du secteur de l’environnement, de chercheurs et scientifiques venus de plusieurs universités algériennes.

Pour sa part, le directeur général de l’INESG, Lyes Boukraa, a rappelé que le secteur de traitement et de la récupération des déchets peut permettre des économies importantes pour le pays, relancer les exportations tout en préservant l’environnement et en créant de l’emploi.

Articulée à d’autres secteurs, cette branche peut jouer un rôle de moteur et être consommateur de technologie venant d’autres filières, a-t-il ajouté.

Pour lui, cette filière offre comme perspective l’encouragement de l’investissement et le partenariat, la mobilisation des gisements à travers une gestion par filière, introduction de technologies de pointe.

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article