Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Notre pays est partie prenante et a adhéré à la Convention Ramsar pour la protection des zones humides, et se préoccupe de la sauvegarde et de la gestion rationnelle de ces milieux.

La zone humide de la Mactaâ, qui s’étend sur une superficie de 44 500 ha, classée le 2 février 2001 parmi le site Ramsar, fait actuellement l’objet d’une réelle volonté de la protéger de la part de l’Algérie. Notre pays est partie prenante et a adhéré à la Convention Ramsar pour la protection des zones humides et se préoccupe de la sauvegarde et la gestion rationnelle de ces milieux, elle cherche à en connaître leurs aspects socio-économiques. Dernièrement, un groupe d'experts et de chercheurs étrangers, spécialisé dans l'étude des oiseaux migrateurs et des zones humides dans l’Afrique du Nord et la rive sud de la Méditerranée, y a effectué une sortie de découverte.
La sortie scientifique de ces chercheurs universitaires et experts venus d’Allemagne, de France, du Maroc, de Tunisie et de Libye, leur a permis de découvrir la zone humide située entre Mostaganem, Oran et Mascara et surveiller et inspecter les indicateurs environnementaux, la faune et la flore, dans cette zone disposant d'un système écologique unique et diversifié.
Outre la Conservation locale des forêts, des chercheurs de l’université d'Oum El-Bouaghi ainsi que des associations locales spécialisées dans l’environnement ont également participé à cette initiative. Des explications ont été fournies au groupe par la Conservation des forêts sur l'importance environnementale de cette zone et sa richesse en matière de ressources naturelles puisqu'elle représente une zone de transit pour de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs cherchant des régions à conditions climatiques adéquates, a-t-on expliqué.  Cette zone humide, située entre plusieurs wilayas (Oran, Mostaganem et Mascara) et étendue sur 23 000 hectares, est classée dans la cadre de l’accord Ramsar des zones humides d'importance internationale, eu égard aux multiples spécificités naturelles dont elle dispose (steppes, marécages).
Selon le service de protection et de la conservation des forêts, quelque 20 000 oiseaux de 30 espèces ont été recensés durant l’année en cours dans cet espace naturel, certains déjà installés et d’autres venus d’Europe.
Plusieurs opérations ont été effectuées pour la protection et la valorisation de la biodiversité dans cette partie d'El-Mactaâ, étendue sur 380 hectares.

M. Salah

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article