Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Agriculture et Pêche se substituer aux hydrocarbures

A la question de savoir pourquoi 48% des terres cultivables sont demeurées en reste, le ministre répondit qu’il y a d’abord une partie qui doit rester en jachère, une pratique courante à travers tous les pays du monde et qui est également une pratique millénaire.

L’invité de la chaîne de télévision algérienne A3, M. Chelghoum, ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche s’est volontiers prêté aux questions de la présentatrice, une heure durant.

A la question de savoir pourquoi 48% des terres cultivables sont demeurées en reste, le ministre répondit qu’il y a d’abord une partie qui doit rester en jachère, une pratique courante à travers tous les pays du monde et qui est également une pratique millénaire. Quant à une autre catégorie de terre à même de produire, elle est le fait d’abandon de la part de certains de ses propriétaires tout en signalant qu’un règlement est prévu dans ce sens contre les absentéistes qui n’ont pas de justification convaincantes à donner. Un troisième cas de figure se pose au niveau de certaines E.A.C (Exploitation Agricoles Collectives) où l’on connaît le même problème.
Il suffit, soutiendra le ministre que sur 5 exploitants, une ou deux personnes créent un problème que l’exploitation en souffre. Il s’agit là de cas de problèmes nés entre associés pour lequel la justice aura à trancher.
Par ailleurs, le nord du pays compte 70% de bénéficiaires d’exploitation agricoles individuelles (E.A.I), les 30% restants sont constitués d’E.A.C.
Le ministre considère qu’il est nécessaire de regrouper les superficies dans l’intérêt général et ainsi la rentabilité ne serait que meilleure.
Il notera par ailleurs que, s’agissant de la production de blé au niveau des hauts plateaux, les résultats sont tributaires du stress hydrique qui assène parfois des coups durs à la récolte. Le pays compte 8,5 millions d’hectares de terre agricole et l’on est en passe d’atteindre 9 millions. Une telle superficie produit, outre le blé, des fruits et légumes. L’autosuffisance est atteinte pour ces derniers volets et le montant global des récoltes a atteint 30 milliards de dollars.
Il mettra par ailleurs l’accent sur la sollicitude à accorder aux fellahs et sur le confortement des coopératives pour faire barrière aux spéculateurs dans l’intérêt de tous et surtout pour le bien du consommateur. Il avancera également l’idée d’ouvrir les 170 fermes pilotes que compte le pays, au partenariat tant privé algérien qu’à l’adresse de partenaires étranger et ce, sur la base d’un cahier des charges précis. Pour les privés algériens, la part est de 34% s’agissant de partenaires étrangers la participation est 51/49.
A la question de savoir pourquoi on importe de la pomme, alors qu’elle est aisément disponible dans le pays, le ministre dira d’abord que l’Algérie produit 4,5 millions de quintaux alors que la même quantité est importée. Il promettra qu’à l’avenir, il sera mis en place une politique de protection de la production nationale qui interdira l’importation de fruits que le pays produit et cela « quelque soit le prix ». Au volet pêche et aquaculture, le ministre concédera qu’il y a un manque de 100.000 tonnes de poissons toutes espèces confondues du fait que la mer Méditerranée n’en produit pas suffisamment. D’où l’encouragement de la pêche en eaux douce et saumâtre. L’exemple d’un exploitant de crevettes à Ouargla et au niveau d’autres sites auxquels s’ajoute la pêche dans les barrages (carpe royale et carpe argentée) en sont un exemple à suivre auprès des exploitants. Avis aux exploitants.
M. Charif


Paroles d’investisseurs

Invité à prendre la parole, quelques exploitants ont laissé une forte impression au sein de l’assistance.
 M. Sahraoui, versé dans la production oléicole déclare qu’il procède à l’irrigation par G.P.S dont le but est la maîtrise et l’utilisation rationnelle de l’eau. C’est le fameux M to M qui par ricochet, aboutit à la maîtrise du rendement. - Un autre exploitant de Oued Souf, évoquera le surplus de production de pomme de terre qui n’a pas trouvé preneur ; ce qui amena le ministre à dire qu’il faut l’implication de toutes les parties, les D.S.A, les chambres pour étudier les voies et moyens devant permettre l’exportation, source de rentrées de devises. - Tassair Messaoud, exploitant, déclare que Biskra compte 5 millions de palmiers-dattiers, il dénoncera au passage, l’attitude d’individus qui viennent acheter la datte à 250 da/kg pour la stoker et la revendre bien après à 600 voire 700 da/kg. La récolte de Deglet Nour, cette datte unique en son genre fortement prisée à travers le monde, a produit 400.000 tonnes cette année. Le ministre dira qu’à partir de la datte, on peut produire de l’alcool chirurgical, du miel et autres... tout comme l’huile de figue de barbarie qui est écoulé à 1.000 euros à l’étranger, toujours selon le ministre.
- Yacef Sophiane, exploitant, exporte entre 1.000 à 2.000 tonnes de poulpes et autres crustacés vers l’Europe. Son produit est à la fois très prisé et fortement demandé.
Ce sont là, autant de créneaux à entourer d’une sollicitude particulière et dont les rentrées en devises sont certaines.
C. M.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article