Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Selon un rapport de l’Ademe, facturer le ramassage des ordures ménagères en fonction de la quantité jetée permet de réduire la masse de déchets produits jusqu’à 50 %.

Les Français sont moins enclins à remplir leur poubelle si cela pèse sur leur portefeuille. Selon un rapport de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) publié mardi, payer sa facture d'enlèvement des ordures ménagères résiduelles en fonction de la quantité de déchets jetés est un levier « très puissant » pour changer les comportements des usagers et améliorer le tri des déchets .

Ce dispositif, appelé « tarification incitative » , est actuellement appliqué à 4,5 millions d'habitants dans 190 collectivités. Il se traduit par l'intégration d'une part variable dans la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) ou la redevance d'enlèvement des ordures ménagères (REOM), payées par les usagers et qui avoisinent en moyenne 95 euros par habitant et par an (incluses dans la taxe foncière ou les charges locatives).

Cette part variable peut être calculée sur le volume de déchets, le poids ou le nombre de présentation du bac à la collecte.

Une mesure bien acceptée Selon l'Ademe, les collectivités ayant mis en place une redevance incitative ont réduit « entre 30 et 50% » la production par habitant d'ordures ménagères résiduelles, c'est-à-dire tout ce qui n'est pas trié au domicile. Dans le cas d'une taxe incitative, l'Ademe a étudié quatre collectivités pilotes et là encore ces dernières ont réduit « entre 20 et 40% » leurs ordures résiduelles.

Dans un sondage réalisé auprès des usagers déjà concernés, 70% d'entre eux sont favorables à un tel mécanisme. L'Ademe juge donc la tarification incitative comme « sans équivalent pour faire évoluer les comportements », même si elle reconnaît qu'elle nécessite un investissement « important ». 25 millions d'habitants concernés en 2025 La collectivité doit en effet équiper les poubelles ou les bacs de puces ou donner aux ménages une carte d'accès au conteneur d'apport volontaire des ordures.

Autres effets négatifs constatés : des impayés ainsi que des dépôts sauvages ou irréguliers de déchets mais qui restent « marginaux » et diminuent après action de prévention ou de verbalisation de la collectivité. Pour éviter ces impacts, l'Ademe recommande notamment de renforcer la communication sur les gestes de tri. Car cette initiative pourrait devenir la norme. La Loi sur la transition énergétique prévoit d'étendre ce dispositif à 15 millions d'habitants en 2020 et 25 millions en 2025. Source AFP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article