Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web écologique Nouara

 Quelle est la place de l’écologie dans la société algérienne ? Le citoyen s’intéresse-t-il au livre environnemental ? Sont des questions auxquelles la Rédaction Numérique de Liberté voulu répondre.

Présente au 21e salon international du livre d'Alger(du 26 octobre au 05 Novembre 2016) au palais des expositions des pins maritimes, la Rédaction est partie à la "chasse" des livres ayant traits à la planète.

Point de départ : le stand de l’Institut Français. Un choi loin d'être par hasard. La France est le pays hôte de la COP 21 qui s'est déroulé nen décembre 2015 à Paris. Sur place, une représentante a indiqué qu'il n y avait pas de livres sur le sujet, « il faudrait aller voir chez le stand des éditions l’ENAG ». Une indication surprenante. Comme recommandé, en se déplaçant vers le stand de l' "ENAG", les représentants de la maison d’édition nationale était surpris. «Vous êtes sûrs, c’est l’Institut français qui vous envoient chez nous ?». Avant d’ajouter « Vous pouvez voir les livres que nous avons, il n’y a pas de livres sur l’écologie ou la planète ». Effectivement c'était vrai.

Même chose pour les maisons d’édition françaises, telle que Hachette, et Eyrolles, où il n y avait que des livres techniques concernant l’agriculture et l’élevage bovin. Donc pas de traces de livres sur l'environnement dans les stands du pays de la COP 21. Allant du même "principe", la Rédaction Numérique a pris comme point d'arrivée le stand marocain, pays organisateur de la COP 22, à Marrakech du 7 au 18 novembre.

Même constat. Le représentant du ministère de la culture marocain était tout étonné par la question. « Nous n’avons aucun livre, ou brochure concernant cet événement », s’est-il désolé. Avant de se rappeler qu’il en avait « un » sur l’écologie. Il s’agissait du livre de Omar El Zeidi, «Écologie de l’espoir ». Un ouvrage édité par la maison d’édition Etawhidi, avec le soutient du ministère de la culture du Maroc. Dans l’extrait représentatif du contenu, à la quatrième de couverture, il est indiqué que l’ « Écologie de l’espoir » était le « résultat du lien complexe existant entre la crise sociale, la crise écologique, et la crise de la démocratie dans le monde ».

Imène AMOKRANE @ImeneAmokrane Publié dans : Environnement,Sila,Écologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article