Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

La ville des Cigognes, ex-Mirabeau, est devenue, ces dernières années, un foyer microbien à ciel ouvert. Passé de la bidonvilisation à la “bétonvilisation”, cette ville semble malheureusement perdre au fil des ans sa signification. En effet, elle n'offre presque plus rien de magique aux visiteurs.


Aucun quartier n’est épargné par les ordures ménagères qui ornent les trottoirs. En effet, la cité des 96-Logements, le marché couvert et le quartier 400, ex-cité DNC, pour ne citer que ceux là, sont devenus de vrais dépotoirs, constituant un danger pour la santé publique. Il suffit de s'engager dans ces cités traversées par de larges bandes souillées pour se rendre compte des risques sanitaires qu'encourent les riverains. Un état de fait regrettable où prolifèrent chats et chiens errants tout au long de l'année. Cependant, en dépit de l'odeur nauséabonde et intenable qui envahit les quartiers, les pouvoirs publics, notamment les services de l'APC et de la direction de l'environnement, ne semblent pas s'inquiéter outre mesure.


Sur les lieux, un groupe de riverains nous a indiqué que “les services de l'APC, censés veiller sur notre bien-être et la protection de l’environnement, continuent à briller par leur absence. Cette situation catastrophique renseigne sur le dysfonctionnement chronique du ramassage des ordures ménagères dans la ville de Draâ Ben Khedda”. Les nostalgiques de la belle époque et qui ont connu la ville de Mirabeau au temps de sa splendeur, souffrent aujourd'hui d'un vague à l'âme. En effet, dans un passé récent, Mirabeau était effectivement très propre. Les citoyens agissaient au quotidien par des efforts soutenus d'intérêt général d'embellissement et d'assainissement de toute la ville. Il n'y avait pas d'eau qui suintait de partout. La ville, comme le reste, était présentable ! Il y avait des poubelles un peu partout, des services étaient chargés de ramasser les déchets, et on ne pouvait pas jeter les ordures n'importe où.


Tout le monde nettoyait sa cour, son pré carré et devant sa porte. Jadis, au printemps, comme partout ailleurs, la nature se débarrassaient de ses lourds habits hivernaux, s'invente des toilettes colorées et scintillantes qui lui donnaient l'air d'une demoiselle se réveillant après un long sommeil. Partout, c'est l'invasion des genêts, violettes marguerites, des pâquerettes, des primevères et des ficaires.


BOUHAMAM AREZKI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article