Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Gestion des déchets: intégration des chiffonniers dans l'activité du tri sélectif
Sunday, 27 November 2016 14:48

ORAN- Les centres d'enfouissement technique (CET) à Oran ont pris l'initiative d'intégrer les chiffonniers dans l'activité du tri sélectif des déchets, pour profiter de leur expérience, a-t-on appris auprès de l'entreprise publique de gestion des CET.

Ainsi, 35 ouvriers en majorité des chiffonniers, appelés communément "chramtia" ayant foulé pendant des années la décharge publique d'El Kerma (au sud d'Oran), ont été recrutés cette année dans la chaine du tri sélectif des déchets, a indiqué la directrice de l'entreprise, soulignant que le recours à cette main d'oeuvre se fera à chaque fois que le besoin se fait sentir.

L'entreprise fera appel à ces "ouvriers" après la mise en service, en fin d'année courante, de la deuxième station de tri sélectif à Hassi BOunif (est d'Oran) dotée d'équipements sophistiquées et d'une capacité de traitement de 1.400 tonnes de déchets par jour, a annoncé Chellal Dalila.

Deux autres projets du genre sont prévus dans les communes Arzew et d'El Ançor, avec la perspective de recruter d'autres dans un cadre légal et en fonction des moyens financiers, a-t-elle ajouté faisant remarquer que le nombre de "chramtia" ne cesse d'agrandir avec l'extension d'un réseau spécialisé dans la récupération qui active illégalement.

Les ouvriers recrutés par l'entreprise de gestion des CET se lèvent tôt le matin pour collecter les déchets triés au niveau de hai "Akid Lotfi" et de la cité "AADL" avant le passage des chiffonniers opérant à leur compte, a expliqué la chargée du tri sélectif et de la récupération, Amina Megherbi

saluant l'expérience du tri sélectif dans ces deux quartiers, qui a fait l'objet au préalable de campagnes de sensibilisation visant à instaurer une culture environnementale et à valoriser les déchets.

La fermeture de la décharge publique d'El Kerma a contraint les chiffonniers à se tourner vers les bacs installés dans les quartiers sans se soucier des conséquences du tri sauvage et anarchique dont ils sont coupables en laissant derrière eux des amas de détritus éparpilés pêle-mêle, attirant les insectes et les chiens et chats errants et affectant l'image de la ville, a-t-on fait savoir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article