Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Le commerce international des déchets (PDF)

Le prix du déchet devient positif dès lors que son coût de collecte et de traitement est moindre que la valeur des matériaux récupérables qu’il contient.


Sophie Bernard, Damien Dussaux,

Mouez Fodha et Matthieu Glachant *

Sophie Bernard est professeure adjointe à Polytechnique Montréal. Damien Dussaux est chercheur à Mines ParisTech. Mouez Fodha est professeur d’économie à l’université d’Orléans. Matthieu Glachant est professeur d’économie à Mines ParisTech. ©*LE COMMERCE INTERNATIONAL DES DÉCHETS Éditions La Découverte, collection Repères, Paris, 2012 105S. Bernard, D. Dussaux, M. Fodha, M. Glachant


 

La loi française définit comme déchet « tout résidu d’un processus de production, de transformation, ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit, ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon ».

Cette définition indique que le déchet n’est pas une marchandise comme les autres ; destiné à l’abandon, son prix peut être négatif.

Le prix du déchet devient positif dès lors que son coût de collecte et de traitement est moindre que la valeur des matériaux récupérables qu’il contient.

C’est pourquoi la valeur économique du déchet dépend à la fois du progrès technique dans les secteurs de récupération (secteurs « verts ») qui transforment le déchet en matière première secondaire et de l’évolution des prix des matières premières. Devenus marchandises, certains déchets font l’objet d’échanges internationaux.

Le développement rapide de ce commerce est lié à la hausse des cours des matières premières – une grande partie des échanges concerne des déchets valorisables qui peuvent se substituer au moins partiellement aux matières premières vierges.

Cependant, de nombreux observateurs craignent que ce développement ne s’accompagne de dommages environnementaux dans des pays importateurs présentant une législation laxiste sur  les conditions de traitement, d’élimination et de recyclage.

Ces inquiétudes ont d’ailleurs conduit à l’adoption de la Convention de Bâle en 1989, un accord international régulant le commerce international des déchets dangereux.

Ce chapitre dresse un état des lieux du commerce international des déchets à partir des données statistiques de la base Comtrade des Nations unies et du secrétariat de la Convention de Bâle, et présente les principaux enjeux économiques et environnementaux qui lui sont associés.

Pour télécharger le document, cliquez sur le lien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article