Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Mardi, 13 Décembre 2016 18:09

 

TIPASA- Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelkader Ouali, a annoncé mardi à partir de Tipasa le lancement prochain des travaux de transfert d'eau à partir du barrage Kef Eddir, sur les hauteurs de Damous, à l’extrême-ouest de la wilaya.

"Le respect des délais de réalisation de ce transfert d’eau et de la qualité de ses travaux sont primordiaux", a insisté M.Ouali, lors de la présentation d’un exposé sur ce projet ayant accusé un grand retard dans son lancement.

Outre 11 communes de l’ouest de Tipasa, ce transfert d'eau profitera à trois communes de la wilaya d’Ain Defla et à trois autres de Chlef, en plus de la destination d’une partie de son eau à  l’irrigation agricole et aux zones d’expansion touristique, a-t-on expliqué sur place.

Le ministre a instruit les représentants de l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) d'accélérer les procédures d’expropriation constituant généralement une des contraintes majeures à l’avancée des travaux, a-t-il observé.

Il a, aussi, souligné l’importance, pour les  entreprises réalisatrices, de se tenir prêtes aux plans technique, matériel et logistique, d’autant plus que la partie ouest de Tipasa "fait face à un énorme déficit en eau potable".

Selon les estimations de la direction de l’hydraulique de la wilaya, le coût de réalisation du projet de transfert hydrique à partir du barrage Kef Eddir (entrée en exploitation en décembre 2015) est estimé à 25 milliards de DA.

Une fois opérationnel, ce transfert d'eau, prévu à la livraison dans un délai contractuel de 30 mois, "va assurer un approvisionnement en H24 de la wilaya en eau, en mettant notamment fin au déficit en AEP accusé dans les 11 communes de sa partie ouest, parallèlement à l’affectation d’un volume de prés de 15 millions de M3 à l’irrigation agricole", a indiqué le ministre, exprimant sa "satisfaction" quant à l’avenir de la wilaya en matière d’AEP.

Le transfert d'eau fait partie des grands projets stratégiques destinés au secteur à Tipasa, avec une enveloppe de plus de 27 milliards de DA. Le projet a enregistré un grand retard dans sa réalisation, dû principalement, selon les mêmes explications fournies sur place, au "non respect, par l’entreprise italienne en charge, de ses engagements".

Suite à quoi, a-t-on ajouté, le contrat passé avec cette entreprise étrangère a été résilié et le projet confié, en  2011, à l'entité algérienne Cosider dont c'est la première expérience du genre.

Ce transfert d'eau à partir du barrage Kef Eddir, dont le taux de remplissage actuel est de 33%, soit 44 millions de m3 contre une capacité théorique estimée à 125 millions de m3, englobe la réalisation de plus de 256 km linéaires de conduites dont 110 km traversant la wilaya, en plus de 13 stations de pompage d’eau, des réservoirs d’eau au niveau des 17 communes bénéficiaires et une station de traitement d'une capacité de 210.000 m3/j.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article