Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 6 septembre 2016| Lila Tam |http://capalgerie.com/ 

 

C’était prévisible, la production céréalière n’a pas connu d’augmentation, cette année, en raison de la sécheresse. En effet, le déficit hydrique a enregistré une perte de près d’un million d’hectares semés en céréales pour la campagne 2016.

Le directeur général de l’Institut technique des grandes cultures (ITGV), Omar Zaghouane l’a confirmé à l’APS, en juillet dernier. «Ce stress hydrique a fait que plus d’un tiers de la superficie ensemencée se trouve sinistré et perdu. Donc la production qui sera récoltée représente les deux tiers de la superficie semée laquelle est estimée à 3,3 millions hectares», avait-il avancé.

Il faut, aussi noter que les gelées observées début mai à Tiaret, Tissemsilt et Chlef ont accru les superficies sinistrées. Donc, même si pour l’heure, le bilan de la campagne moisson achevée en août dernier n’est pas connu, il est attendu que le volume de la récolte céréalière ne soit pas très différent de celui de l’année 2015 qui avait enregistré, pour rappel, une production de 40 millions de quintaux.

Face à cette situation, le département de l’agriculture a pris toutes les dispositions nécessaires, comme l’a souligné récemment son premier responsable, Abdessalem Chelghoum, pour satisfaire les besoins du pays en céréales (estimés à 80 millions de quintaux) via l’importation et le renforcement des capacités de stockage de céréales.

C’est le cas, à titre illustratif, à Constantine où deux silos totalisant 700.000 quintaux, seront prochainement réceptionnés. Mais, le défi qui reste à relever pour réduire la dépendance vis-à-vis des aléas climatiques et des importations est la généralisation de l’irrigation d’appoint.

Car, encore une fois, le stress hydrique vient rappeler la vulnérabilité de la filière céréalière et sa dépendance aux pluies alors que, et c’est connu, l’Algérie est un pays aride et semi-aride où le recours à l’irrigation d’appoint est nécessaire.

Or, sur ce plan, beaucoup reste à faire. La superficie équipée en système d’irrigation d’appoint n’est que de 240.000 ha environ alors que l’objectif est d’arriver à 600.000 ha dans la filière céréales sur les trois prochaines années.

Pour cela, le gouvernement mise sur le programme d’équipement des parcelles en système économiseur d’eau. Celui-ci n’a, cependant, pas donné les résultats escomptés malgré le soutien accordé par le gouvernement à l’acquisition de ce genre d’équipements.

Le ministre en charge du secteur n’a pas manqué d’appeler les cadres régionaux à fournir plus d’efforts pour développer encore plus cette filière. Certes, la moyenne de production de blé dur a augmenté de 61% au cours des six dernières années avec une moyenne de production au cours de la période 2009-2015, de 21 millions de quintaux contre 13,5 millions de quintaux en 2000-2008.

Mais, il y a lieu de consentir davantage d’efforts pour étendre l’irrigation complémentaire, selon le ministre. « C’est l’une des options les plus sûres pour augmenter la production », en plus des efforts nécessaires dans le domaine de la recherche en développement pour améliorer la performance technique, notamment.

L.T.

 

 

LA CAMPAGNE CÉRÉALIÈRE 2016 EN CHIFFRES :

 

– Superficie semée : 3,3 millions hectares.

 

– Un (1) million d’hectares perdus suite au déficit hydrique.

 

– Hausse de 2,4 millions de quintaux de quantité de semences certifiées.

 

– La superficie équipée en système d’irrigation d’appoint : 240.000 ha

 

 

 

RENDEMENT EN HAUSSE DANS LE SUD, MAIS…

 

Dans le Sud du pays, la campagne céréalière 2015-2016 s’est achevée, début juin, avec une récolte meilleure que la précédente. Selon, le directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), Mohamed Belabdi, en moyenne, le rendement par hectare est de 45 quintaux dans le sud. Mais, ce résultat est en deçà des objectifs attendus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article