Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Concrétiser une gouvernance locale consultative

PUBLIE LE : 17-01-2017 | 0:00| Salima Ettouahria El MOUJAHID

Le programme «CapDel» portant renforcement des acteurs de développement local et associant le gouvernement algérien, l'Union européenne (UE), ainsi que le Programme des Nations unies pour le Développement (Pnud),  a été officiellement lancé, dimanche à Alger.

Le programme cible une dizaine de communes modèles représentant les différentes régions du pays, et vise à «renforcer les capacités des autorités  locales et de la société civile comme acteurs du développement local", tout en «améliorant les systèmes de planification stratégique et de démocratie locale», expliquent ses concepteurs.

D'une durée de trois ans, ce projet est doté d'un financement du gouvernement algérien à hauteur de 2.970.000 dollars, de l'UE à raison de 7.700.000 euros et un apport de 200.000 dollars du Pnud.

Dans un message lu en son nom par le secrétaire général du ministère, El-Hocine Mazouz, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Nouredine Bedoui, a souligné que le projet «CapDel» permettra à ses bénéficiaires de «s’exercer à éviter la prise de décision unilatérale», en prenant en considération les opinions et suggestions des citoyens, s’agissant des questions relevant du développement socio-économique des collectivités locales.

Il est, en outre, escompté de ce projet qu’il offre des «outils pédagogiques  et des champs d’expériences à de nouvelles pratiques démocratiques locales», autant qu’il «salue» le rôle du mouvement associatif local, considéré comme étant «une école» en matière de démocratie, a renchéri M. Bedoui.

Concrétiser une gouvernance   locale consultative

Le ministre a affirmé, dans le même ordre d’idées, que la modernisation de l'administration locale se poursuivra avec «davantage de détermination et à un rythme plus accéléré».
M. Bedoui a ajouté que conformément à cette «large vision politique», son département s’attelle actuellement à mettre en œuvre un «projet global de réforme des collectivités territoriales, à travers la définition d’un cadre législatif et organisationnel renouvelé». 

L’objectif, a-t-il explicité, étant de concrétiser une «gouvernance locale consultative ancrant la culture de la participation citoyenne, ainsi que l’exploitation rationnelle, équitable et efficace des ressources». Il s’agit également de «l’amélioration de la qualité des prestations offertes au citoyen, ainsi que le renforcement du rôle économique des collectivités territoriales», et ce afin de créer une économie locale «solidaire et diversifiée». 

Ce projet, a rappelé le ministre, s’inscrit dans le cadre des réformes politiques «profondes» lancées par le Président de la République depuis sa réélection en 2014, lesquelles ont abouti, entre autres, à la dotation par le pays d’une nouvelle Constitution consacrant, «pour la première fois, le rôle de l’État dans l’encouragement d’une démocratie participative au niveau local».

Ces réformes, a estimé M. Bedoui, se doivent d’être «accompagnées par une gouvernance publique, démocratique et équilibrée en mesure de garantir l’efficacité et le rendement de l’exercice public», et ce dans l’optique du progrès, de la paix et de la cohésion sociale du pays.  Pour autant, le ministre a considéré que la réalisation de la «bonne gouvernance locale» n’incombait pas aux seules institutions publiques, mais aussi à l’ensemble des acteurs sociaux et économiques concernés par la prise de décision.

Le programme «CapDel», faut-il le souligner, s'intéresse particulièrement à «intégrer» les femmes et les jeunes, et permettra d’«appuyer techniquement et financièrement les autorités locales et la société civile dans la réponse à leurs priorités en termes d'amélioration des opportunités économiques et d'accès à des services administratifs et sociaux de qualité».

Le projet sera opérationnel dans les communes choisies sur des critères de typologie et de spécifiés géographiques, démographiques, culturelles, sociales, économiques et écologiques, avant qu'il ne soit élargi au niveau national, est-il également indiqué.

Asseoir les bases d’une gouvernance   communale concertée

Lors de la cérémonie de lancement, le représentant du ministère des Affaires étrangères (MAE), département concerné en tant que coordinateur du  projet, M. Ali Mokrani, s'est félicité que ce dernier soit «le premier du genre dans la région», et permettant une coopération «triangulaire» entre les trois partenaires.  S'inscrivant dans le cadre de la relance de l'accord d'association Algérie-UE, il s'agit également d'un projet avec «une approche inclusive» en matière de développement local, permettant un échange d'expériences et d'expertises, et visant à «rapprocher» l'administré de son administration, a-t-il observé, relevant  l'importance des «attentes» en la matière, ainsi que les défis «en commun» auxquels font face les deux parties. 

De son côté, le représentant résident du Pnud en Algérie, Eric Overset, a expliqué que le nouveau programme vise à «asseoir les bases d’une gouvernance communale concertée, transparente et attentive aux besoins des citoyens, et d’un développement humain local intégré». Plus concrètement, a-t-il détaillé, il s’agit, notamment de «réduire les disparités régionales et sociales, de promouvoir la solidarité nationale, de rapprocher le service public des citoyens à travers une administration moderne  et, enfin, d’impliquer les citoyens et leurs représentants dans la gestion des affaires publiques». 

À travers le «CapDel», le Pnud «soutient la volonté» du gouvernement algérien à asseoir une «stratégie nationale de développement local et à renforcer la démocratie participative», a-t-il poursuivi, notant que le projet constitue également «un réceptacle des bonnes pratiques et synergies identifiées» dans d’autres programmes, inscrits dans le cadre des Objectifs du développement durable (ODD). Pour le Chef de la Délégation de l’UE en Algérie, John O’Rourke, ce nouveau projet permettra, aux élus locaux bénéficiaires, «une autonomisation  et une responsabilisation» dans l’exercice de leurs prérogatives, en bénéficiant de l’expérience des pays européens en la matière, même si celles-ci ne peuvent pas être totalement «transposables» dans le contexte algérien.

Les différentes expériences menées dans le vieux continent ont démontré qu’une gestion des problèmes «du sommet à la base» ne peut pas à elle seule résoudre les préoccupations des citoyens, d’où la nécessité d’une plus grande  implication des différents acteurs locaux, a-t-il clarifié.  La démarche préconisée à travers le projet en question est celle qui fait des élus locaux des acteurs du développement local, ces derniers ne  devant pas être «seulement un réceptacle de l’aide de l’État», a-t-il conclu.
Salima Ettouahria

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article