Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Le respect des espèces animales protégées, une autre facette du développement durable d'une société...(Témoignage)

Photo : Malika Derbal et Yasmina Feredj
Photo : Malika Derbal et Yasmina Feredj

Photo : Malika Derbal et Yasmina Feredj

 

Voici le témoignage citoyen que deux lectrices de Nouara m'ont autorisé à partager avec vous sur ce blog. Il y est question d'un sujet si peu traité, au fond, dans la sphère "écolo" algérienne la plus médiatique,  celle qui préfère la plupart du temps traiter de pollution ainsi que de rechauffement climatique, ou bien d'énergies renouvelables. Pourtant, la protection, comme la préservation des espèces protégées algérienne n'est pas un sujet anecdotique et il est autant une affaire de respect de la loi, de la condition animale, qu'une forme d'humanité des plus noble et nécessaire au développement durable d'une société qui aspire à devenir vraiment moderne en ce debut de nouveau millénaire...Un grand merci et bravo à elles!

"Nous séjournions en début décembre 2016 à El Oued, à l'hôtel La Gazelle d'or nouveau fleuron de l'hôtellerie algérienne.


Lors d'une balade en ville avec notre chauffeur de taxi à qui nous avions demandé de nous amener voir des articles d'artisanat local, nous sommes dépitées de voir en cage un chat aux allures de siamois, avec une conjonctivite et des blessures aux pattes, un rapace déplumé surement d'une espèce rare  ainsi qu'un fennec au pelage dégarni.

Nous nous renseignons sur la raison de ces animaux dans de si petites cages et maltraités; le marchand nous répond qu'ils servent à être présentés aux touristes -à part nous il n'y avait aucun touriste dans la ville!- et que selon lui, il ne causait aucun tort à ces animaux puisqu'il leur donnait à manger.

A cela, nous cherchons à racheter le pauvre fennec  pour le libérer ensuite dans la nature mais le vendeur refuse et nous propose de nous en ramener un autre. Nous insistons pour acheter celui-ci au prix qu'il aura fixé mais il refuse de nouveau sans comprendre pourquoi nous insistons sur celui-ci alors qu'il se propose de nous en vendre un autre demain.

En remontant dans le taxi, nous apercevons une grande cage avec un coyotte (especes protegé aussi ).

Le soir même, nous faisons des recherche sur internet et nous sommes ravies de lire que l'Algérie est signataire de textes sur la protection des animaux et ce depuis 2003!

Le lendemain, lorsque nous expliquons au chauffeur de taxi que nous voulons aller porter plainte au commissariat celui ci nous supplie de nous en abstenir car nous allons mettre sur la paille un honnête homme et sa famille!

Nous comprenons vite que la population n'accorde aucun droit aux animaux.

Nous lui tenons tête et entrons au commissariat; ces derniers sont d'abord désemparés par notre demande et nous mettent entre les mains de leur commissaire qui nous écoute avec attention et étonnement devant nos arguments." Je constate une infraction à la loi et vous êtes garant de la loi par conséquent à qui dois-je me plaindre si ce n'est à la police?". le commissaire se renseigne par téléphone auprès d'un supérieur qui lui confirme que le fennec est une espèce protégée.

A cela, les policiers nous félicitent pour notre démarche et nous amène dans leur jeep dans le bureau de police du marché. Quelques instants plus tard, les policiers rapportent le fennec en cage et le propriétaire qui prétend avoir une autorisation de ministère des forêts qu'il n'a pas.

Concernant les autres animaux, le commissaire nous promet de faire le nécessaire pour les remettre aux services compétents de protection des animaux.

Eu égard à leur ignorance, notre plainte se mue en avertissement et les animaux lui sont retirés.

Avant de les quitter, le commissaire Mr Noé nous félicite pour notre démarche et nous assure qu'il n'y aura plus d'animaux en cage dans le marché de Oued Souf et nous propose de venir vérifier par nous mêmes.


Nous leur promettons de revenir et de continuer à dénoncer ces actes de cruauté.

Les mentalités ne peuvent changer que si nous dénonçons ces maltraitances.

Nous tenons à préciser que la police a été fort aimable et que quand bien même selon eux, beaucoup de foyer détienne des fennecs, ils ont tenu à appliquer la loi.

Suite aux recherches sur internet le rapace  en question fait partie d'une espèce d'oiseaux rares venu d'Egypte, en danger."

 

 

Malika Derbal et Yasmina Feredj

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article

Dr Tayeb 06/01/2017 11:15

Très bonne chose ! on doit protéger les animaux !
en Algérie et certains pays (inde, Maroc, Tunisie etc..) ils massacrent les chines à coup de fusil ou de poison ! incroyable ! et c'est devenu une pratique normale et personne ne bouge ! les animaux ne parlent pes et ne peuvent pes se défendre fasse à l'humain le féroce !

smaili 05/01/2017 18:42

à propos des espèces protégées ou tout autre animal: c'est une question d’éducation et de mentalités, assez souvent rétrogrades. beaucoup reste à faire dans ce domaine.