Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Liberté`|Par K.Fawzi

le 19-01-2017 10:00

Dans une rencontre avec les membres du bureau local de l’Union des paysans de la wilaya de Blida, M. Alioui lance un appel aux agriculteurs de ne pas céder leurs terres et demander leurs droits pour booster l’agriculture.

Le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui, a déclaré, mardi à Blida, que “60% des terres fertiles de cette région à vocation agricole ont été dévastés et massacrés par le béton”. Dans une rencontre avec les membres du bureau local de l’Union des paysans de la wilaya de Blida, M. Alioui lance un appel aux agriculteurs de ne pas céder leurs terres et demander leur droit pour booster l’agriculture.


Selon lui, c’est la première alternative pour une économie nationale hors hydrocarbures.
Il a également estimé qu’il n’y aura pas de secteur d’agriculture performant sans que ce dernier soit soutenu par l’État en matière du système d’irrigation moderne, l’accès au crédit bancaire et d’autres moyens qui motivent l’agriculteur. M. Alioui a également évoqué le problème de la bureaucratie qui, selon lui, reste le premier obstacle qui paralyse les agriculteurs à produire et les pousse à changer d’activité. Évoquant la problématique des concessions agricoles, M. Alioui revient sur 39 000 agriculteurs non encore bénéficiaires des contrats de jouissance qui restent à ce jour en suspens.

Devant ce constat, le SG de l’UNPA précise que “l’absence de contrats de jouissance est un frein pour toute action de redynamisation du secteur, car les banques exigent un contrat de jouissance pour tout financement en subvention ou prêt de quelque nature que ce soit”, a-t-il souligné.

Le secrétaire général de l’UNPA explique par la suite qu’une rencontre est prévue avec le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le ministre de l’Agriculture pour discuter de la concrétisation du projet relatif à la création d’un haut conseil de l’agriculture qui aura pour mission de cerner tous les problèmes du secteur agricole et proposer des solutions.

Selon M. Alioui, ce haut conseil permettra aux agriculteurs d’éviter d’attendre, à chaque fois, la tenue d’une tripartite pour exposer leurs problèmes.

K. FAWZI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article