Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Le directeur général des forêts, Abdelfattah Abdelmalek, a révélé que l'Algérie produit 40.000 quintaux de liège par an et pourrait atteindre 200.000 quintaux, en insistant, toutefois, sur la nécessité d'accroître les investissements pour le développement de l'économie.


En Algérie, les subéraies couvrent initialement une superficie variant entre 440 et 480.000 hectares et s’étendent sur le territoire de 23 départements, du littoral méditerranéen au nord aux chaînes telliennes au sud, selon M. Abdelfattah, qui précisera que les plus vastes massifs sont localisés à l’est du pays, région qui détient à elle seule plus de 4/5 de la subéraie.
Intervenant sur les ondes de la radio, M. Abdelfattah a fait savoir que la subéraie a connu au fil du temps « une constante régression », surtout après la décennie noire, où elle est estimée à 200.000 hectares, dont la priorité actuellement, dira-t-il, est « d’investir dans des espaces inexploités ».

C’est pourtant une des ressources (matière première) qui a fait longtemps la fierté du pays dans le bassin méditerranéen, où existent des concurrents solides, comme le Portugal, le Maroc, la Turquie, la Grèce etc. C’était, jusqu’aux années 1970, un des créneaux les plus prometteurs, avec les autres produits agricoles (vins, agrumes, produits de l’élevage ovin,…) que l’Algérie exportait, au moment où le pétrole et le gaz commençaient à peine à connaître leur première ascension.


Actuellement, et compte tenu du fait que les hydrocarbures est la principale richesse, et au vu de la crise économique actuelle, « il est primordial d’instaurer une vraie réflexion pour développer l’investissement dans le secteur forestier, et plus particulièrement dans celui du liège.


Le DG a fait savoir que le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a donné des instructions pour accorder des facilitations aux investisseurs dans le but d'exploiter le liège, notamment sa transformation, ajoutant qu'il existe un partenariat avec des investisseurs portugais, leader dans ce domaine, pour une plus grande exploitation de cette matière. Il sera également question d’attribuer plus de facilitations pour une meilleure exploitation des forêts, en donnant aux investisseurs des espaces pour la plantation des arbres d’intérêt économique, écologique et social.

Plus une espérance qu’une réalité

Dans le cadre de la réhabilitation des espèces dites nobles (chêne-liège, cèdre,…), la Direction générale des forêts a conçu des programmes de repeuplement et de reboisement en chêne-liège, de façon à lui faire retrouver au moins l’aire qu’il occupait dans les années 1950.


Néanmoins, les taux de réussite ne sont pas totalement satisfaisants, sachant que l’on a affaire à une espèce exigeante, les facteurs de dégradation étant nombreux, à commencer par le pâturage et l’enlèvement des jeunes plants par les sangliers, vieillissement des peuplements et une régénération naturelle déficiente, enrésinement des peuplements (pin d’Alep et pin maritime), absence de travaux sylvicoles (embroussaillement et abandon des forêts), manque de plans de gestion subéricole, mauvaise exploitation du liège, attaques parasitaires et surtout les feux de forêt.


Avec les incertitudes qui pèsent sur les opérations de récolte et les quantités à extraire, l’industrie du liège se réduit à la portion congrue. L’Entreprise algérienne de génie rural (EAGR) est chargée de récolter le liège dans les forêts domaniales. Elle le revend à des transformateurs qui en font des bouchons, des pièces de carrelage de décoration et des isolants. Mais, l’économie du liège est aujourd’hui plus une espérance qu’une réalité.
Ainsi, la protection et la préservation du chêne-liège est plus qu’une « priorité », compte tenu de l’importance de ce produit utilisé comme isolant dans le bâtiment, notamment, la place significative des produits dérivés du liège dans l’exportation nationale.


Kafia Ait Allouache

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article