Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

A. LOUCIF| le 30-01-2017 10:00 |Liberté.com

Parmi les objectifs de ce projet figurent le maintien des processus écologiques, la protection de la biodiversité naturelle, la préservation et la valorisation des agricultures familiales, la protection des zones de nidification des rapaces situées sur le mont Tababort.

Un atelier de présentation de la proposition de classement du parc national de Babor et Tababort s’est tenu à la fin de la semaine écoulée, à l’auditorium Mouloud-Kacem-Naït-Belkacem de l’université de Sétif.

Pour rappel, l’idée de créer le futur parc dans le massif du Babor a été initiée en 2014 par l’association de réflexion, d’échange et d’action pour l’environnement et le développement (AREA-ED), en partenariat avec l’Institut national de la recherche agronomique en Algérie (INRAA) et la Direction générale des forêts (DGF).

Le financement de ce projet est assuré par le fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF).

Le territoire du futur parc national de Babor-Tababort d’une superficie d’environ 24 000 ha s’étend sur 5 communes de trois wilayas, à savoir les communes Babor et Oued El-Bared (Sétif), les communes Darguina et Tamridjet (Béjaïa) et la commune Erraguène (Jijel).

Ce parc est composé de trois zones, à savoir une zone centrale qui sera dédiée aux activités de la recherche scientifique, une zone tampon qui sera ouverte au public pour des visites guidées et pour les activités agricoles familiales, et une zone de transition qui servira de lieu à toutes les actions de développement durable.

Selon le président de l’AREA-ED, Mounir Bencherif, cette rencontre est l’occasion de présenter la proposition de classement et de création du parc national de Babor et Tababort ainsi que les grands axes du plan d’action. “

La proposition de classement sera transmise à la Direction générale des forêts qui sera par la suite remise à la commission nationale chargée du classement des aires protégées pour donner son avis, avant d’être soumise à l’Assemblée populaire nationale (APN) car il s’agit ici d’une loi”, dira notre interlocuteur.

Ce dernier a tenu à souligner qu’un grand travail a été fait afin d’arriver à convaincre les citoyens d’accueillir ce projet. “Nous avons organisé des ateliers et des focus-groupes afin de sensibiliser les citoyens à soutenir ce projet. Nous n’allons pas prendre les terres des agriculteurs ou empêcher l’activité de l’élevage, mais nous visons la promotion de l’activité de l’agriculture de montagne, c’est le moment d’encourager ces gens à revenir dans leurs hameaux, car ce projet sera bénéfique à la population”, ajoutera M. Bencherif.

Parmi les objectifs de ce projet figurent le maintien des processus écologiques, la protection de la biodiversité naturelle, la préservation et la valorisation des agricultures familiales, la protection des zones de nidification des rapaces situées sur le mont Tababort.

A. LOUCIF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article